Auteur Sujet: Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !  (Lu 7768 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Faux engin explosif et vrai jeu de rôles  :o
La scène se passe ce dimanche, sur un parcours VTT dans la campagne Audoise. Le vététiste n’en revient pas lorsqu’il aperçoit, au bord du chemin, un engin qui ressemble bien à une machine explosive. Il court aussitôt prévenir les services du commissariat de Carcassonne de sa découverte qui dépêchent sur les lieux une équipe de la Bac. Mais, surprise, lorsque les policiers arrivent sur les lieux, l’engin explosif a disparu. Sur leur route, les policiers avaient croisé un véhicule 4x4 dont ils avaient, à toutes fins utiles, relevé le numéro d’immatriculation.
Ils se rendent donc à l’adresse du propriétaire qui ne fait aucun difficulté pour reconnaître qu’il avait bien déposé, puis récupéré, ce qui devait effectivement ressembler à un engin explosif mais qui n’était qu’une imitation, le tout dans le cadre d’un jeu de rôle, organisé par une association en relation avec une autre association catalane. Drôles de jeux.  ???

Ce matin à 7 heures, une habitante d'Orval a découvert sur le sol de son salon un objet qui ressemblait à un engin explosif. Elle a prévenu les gendarmes qui sont intervenus sur place dès 7h30 pour faire évacuer 22 personnes et faire venir une équipe de déminage.
Partie de Versailles, l'équipe de déminage est arrivée à 11 heures et a examiné l'objet, qui était en réalité un faux engin explosif. Il comportait notamment un bâton qui pouvait faire penser à un bâton de dynamite.
Le dispositif de sécurité mis en place a été levé. Une enquête a été ouverte pour savoir qui a déposé cet objet dans la maison.
Un homme de vingt-huit ans serait à l’origine de l’alerte à la bombe qui a entraîné l’évacuation de plusieurs habitants à Orval, dimanche matin.
Cet homme est l’ancien compagnon de la locataire qui a découvert la fausse bombe. Les gendarmes de Saint-Amand-Montrond et le parquet de Bourges estiment que ce passionné d’airsoft (jeu de rôle pratiqué avec des répliques d’armes très réalistes) a laissé volontairement l’engin dans la maison pour faire peur à son ancienne compagne, en raison d’une séparation difficile.
Il sera jugé le 11 décembre par le tribunal correctionnel de Bourges pour violence volontaire avec arme, sur ex-concubine et sans incapacité totale de travail.

Un jeune homme scolarisé au lycée Édouard a créé le trouble dans son établissement en menaçant de le faire exploser.
La proviseure a appris par la rumeur qu'un élève de première aurait « décidé de faire sauter le lycée le 21 décembre ». En temps normal, la proviseure aurait peut-être réagi différemment : « Mais avec le contexte qu’on connaît aux États-Unis et la psychose de la fin du monde, j’ai vu que les élèves étaient vraiment inquiets. J’ai préféré jouer la prudence et effectuer un signalement. Heureusement, les services de police ont rapidement rassuré les élèves. »

Le lycée a été fouillé et rien n’a été trouvé mais il était trop tard pour rassurer les parents sur l’absence de « bombe », terme rapporté par les élèves, et sur la tenue des cours ce matin, avec contrôle des entrées à l’appui. 60 % des élèves ne se sont pas rendus en cours.

Le jeune homme qui aurait menacé de faire exploser l’établissement a été auditionné jeudi en fin d’après-midi et ce matin, en compagnie de son père, par la police. Il a été laissé libre. Les policiers n’ont rien relevé de dangereux chez lui. Aucune fabrication de bombe n’était envisagée. Une expertise psychologique est envisagée.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #1 le: 22 octobre 2013, 11:45:31 »
Ce matin, un colis suspect a été retrouvé vers 7h45, dans le quartier de bureaux de la Part-Dieu à Lyon. 
L'équipe de démineurs a neutralisé le colis en faisant exploser un faux engin piégé "plus vrai que nature", dans le quartier de bureaux de la Part-Dieu à Lyon, a-t-on appris auprès de la préfecture de région.
L'alerte avait été donnée vers 08H30 par un passant qui avait signalé la présence de l'engin suspect, composé de trois cylindres simulant des bâtons d'explosif, reliés avec de l'adhésif à un téléphone portable", a expliqué le préfet délégué à la sécurité.

"Les cylindres étaient déposés à même le sol dans le caniveau" entre deux voitures, a-t-il précisé, soulignant qu'ils "pouvaient laisser penser qu'il s'agissait d'engins explosifs". Plusieurs centaines de personnes de ce quartier composé essentiellement de bureaux ont été évacuées durant l'opération de déminage qui s'est achevée vers 09H10.

"On est extrêmement vigilants compte tenu du contexte international et de l'anniversaire de l'affaire Merah et on ne prend absolument aucun risque pour assurer la sécurité des populations". L'enquête a été confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire de Lyon.

Les braquages avec armes factices …
D'après un article lu dans L'Express, il y aurait de plus en plus de braquage avec des armes factices mais réalistes. L'article parle particulièrement de l'Airsoft mais le problème peut être étendue aux répliques de Paintball. 
Doit-on alors s'inquiéter de voir la législation s'adapter et nous faire quelques difficultés à la pratique du Paintball et de l'Airsoft ?
C'est malheureusement les dérives que quelques uns qui pourraient pénaliser tous les joueurs sérieux alors en ces jours où le terrorisme monte en France ne vous promenez pas en ville avec vos armes à la main.
La charte de la Fédération Française d'Airsoft (FFA) stipule notamment que « les répliques ne doivent jamais être montrées sur la voie publique » et recommande de bien démonter vos lanceurs lorsque vous trimballez votre matériel de chez vous au terrain à l'aller comme au retour.

Parce que le réalisme de ces répliques est parfois époustouflant de réalité qui ne frémirait pas devant le canon d'un Famas ou d'un M16 voire un pistolet ou un révolver pointé sur lui, avant de savoir que ce n'est que des billes en plastiques ou de peintures qui sortiront de cet engin ? :-\
Les agents de police ou les gendarmes, dans le feu de l'action, s'y laissent prendre aussi et cela pourrait devenir critique pour vous, heureusement que nous n'avons pas à faire à des policiers américains :P

Citer
Le 23 février dernier, un jeune homme de 19 ans a été tué par la police, dans la région lyonnaise, après une course-poursuite. Braqués par le fuyard, les policiers ont ouvert le feu, le touchant d'une balle dans le thorax. Ils ont alors découvert que son arme était un faux pistolet, très bien imité mais ne tirant que des billes en plastique.
Ce drame n'est pas inédit car en 2009, un cas similaire s'était déjà produit à Nîmes. Les statistiques confirment l'ampleur du problème, sur 3500 « petits » braquages recensés chaque année, environ 2000 seraient commis avec des armes factices.
Aux yeux de la loi, l'utilisation de telles « armes » atténue la gravité des faits, et donc des peines encourues. Mais cela ne change rien du point de la victime car celle-ci peut, si elle riposte avec une arme réelle pourra invoquer la légitime défense.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #2 le: 27 octobre 2014, 16:48:00 »
Armes factices ou artisanales sont saisies régulièrement par les policiers ou des gendarmes. :-\

Braquages, agressions… De plus en plus, les policiers font face à des malfaiteurs munis d'armes à feu factices. Des imitations en vente libre et quasiment impossibles à distinguer des vraies.  ::)
Appelés sur les lieux d'un braquage, des membres de la Brigade anticriminalité (BAC) font irruption dans une supérette de la rue de Varsovie, à Toulouse. Un malfaiteur surgit alors d'un lieu de stockage, arme braquée sur les policiers.
L'un d'eux tire un coup et le braqueur s'effondre, mort.
Les enquêteurs découvriront que l'arme que portait le jeune homme était factice. Selon les déclarations du procureur de la République à Toulouse, le jour même des faits, ses munitions «ne pouvaient pas être létales».  :-X

Mais comment savoir ?
Les armes à blanc sont les répliques parfaites de véritables pistolets.
«Elles fonctionnent comme un véritable pistolet, font le même bruit mais ne tirent pas de coups mortels». Leur canon est neutralisé. Certaines tirent de la poudre, d'autres du gaz irritant pour repousser un agresseur.
En vente libre, elles ne nécessitent pas à l'acquisition de permis particulier. Sur un site Internet de protection, on peut ainsi en quelques clics acquérir le clone d'un Glock 17 ou d'un Berretta 92, deux types de pistolet semi-automatique extrêmement répandus. Il suffit de fournir un justificatif d'identité prouvant sa majorité et débourser une centaine d'euros.

Après le drame, le représentant de la Police nationale, posait sans détour le problème : « faut 'il se prendre une vraie balle pour savoir que ce n'est qu'une  arme factice... ça devient difficile pour nous…»

Fusils d'Airsoft :
Des armes jouets bien imitées peuvent également tromper les forces de l'ordre. Il y a quelque temps, deux équipages de policiers ont ainsi été mis en joue, pour l'un avec une réplique de Kalachnikov, pour l'autre avec un faux fusil à pompe. «Ce sont des jouets que l'on ne trouve pas forcément en France, mais facilement dans des magasins paramilitaires en Espagne ou au Pas de la Case». «Les fusils d'Airsoft, que l'on achète librement dans des magasins et sur des sites spécialisés, peuvent aussi être pris pour des vrais», précise un policier. «Pour des questions marketing, les sociétés créent des répliques d'armes de guerre, alors qu'elles tirent des billes dont la puissance est inférieure à 20 joules. Mais pour un commerçant ou un policier braqué, impossible de savoir avant que l'arme ait tiré…»
Une pièce d'identité... c'est tout ce qui sera demandé pour l'achat un pistolet de défense, sur Internet ou dans une armurerie. Ces pistolets, dont le canon est neutralisé, servent à la dissuasion. Mais ils sont souvent les répliques exactes de célèbres semi-automatiques.

Braquer n'est pas jouer  ???

Une semaine avant le braquage de la rue de Varsovie, les représentants syndicaux évoquaient dans nos colonnes leur «préoccupation» devant l'utilisation de plus en plus fréquente, dans les agressions, de ces faux semblables aux vrais.
«C'est très dangereux pour celui qui porte l'arme, et cela met les policiers dans des situations extrêmement délicates».
Les Policiers et les Gendarmes rappellent qu'un vol commis avec une arme, qu'elle soit factice ou réelle, est considéré comme «vol à main armée», un crime puni de 20 ans de prison et 150 000 euros d'amende. La légitime défense peut également s'appliquer.

Mathilde Tournier de la Dépêche du midi.fr

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #3 le: 10 janvier 2015, 18:25:21 »
Deux faits divers auraient pu hier, en alerte vigie pirate, très mal tourner sans le sang-froid des policiers du commissariat d'Albi.  8)
Le premier : Un hôtelier a prévenu les forces de l'ordre à la vue de deux jeunes encapuchonnés et en possession de ce qui s'est avéré être de parfaites imitations d'armes de guerre de type M16, kalachnikov ou HK-MP5.

Une fois sur place, les policiers, qui ne sont pas comme les américains, ont heureusement gardé leur calme et ont interpellé momentanément deux jeunes mineurs qui se baladaient avec des armes destinées à l'airsoft (jeux avec des répliques d'armes) vendues par un commerçant albigeois. Après vérification, les deux jeunes ont été relâchés mais une enquête est ouverte sur le gérant du magasin d'Airsoft qui a vendu de façon illégale ces imitations des fusils mitrailleurs factices à ces mineurs.

Un second fait divers aurait également pu tourner au drame dans un autre quartier. C'est sur un signalement donné par une dame qui dit voir vu un homme, pénétrer dans sa voiture avec une arme longue et une arme de poing, cette dernière renfermant en outre une bonbonne de gaz.
Lorsque les policiers interviennent, ils découvrent un arsenal impressionnant à savoir là encore des imitations plus vraies que nature de fusils mitrailleurs kalachnikov, des HK-MP5 et des armes de poing dont trois Luger, tous factices.
À leur arrivée sur les lieux, dans le feu de l'action, les policiers ont menotté l'individu avant de finalement le relâcher après vérifications.

«J'aimerais alerter la population sur le fait que, par les temps qui courent, il est fortement déconseillé d'exhiber des armes de guerre factices», a souligné hier le commandant Jean-Pierre Benoît du commissariat d'Albi. Un appel au bons sens civique repris par la Fédération française d'airsoft dès après la tuerie de Charlie Hebdo.

TERRORISME - Dans la soirée du mercredi 22 juin, un homme a semé la panique sur des terrasses de café en plein centre de Paris avec un fusil automatique factice, sept mois seulement après les attentats du 13 novembre, avant d'être interpellé dans la soirée.
La police a été appelée peu avant minuit par des personnes signalant "un homme armé qui s'apprêtait à tirer sur une terrasse" de café de la place Thorigny, dans le 3e arrondissement de la capitale.
Sur place, les policiers n'entendent pas de coups de feu mais "aperçoivent un individu tenant une arme longue de type fusil automatique", a-t-elle détaillé. "Ils déclinent leur qualité et demandent à l'homme de poser son fusil à terre, ce qu'il fait, et il est immédiatement interpellé."

Les policiers découvrent alors que l'arme est factice. Mais les clients des terrasses ont vécu un moment d’effroi. "Les terrasses étaient pleines. Les gens couraient partout. Certains se sont cachés derrière le bar. Mes deux serveurs ont fait monter les gens à l’étage et on a fermé", a expliqué le responsable du restaurant la Petite Place, au Parisien.

"Certaines personnes étaient traumatisées, notamment deux femmes enceintes particulièrement choquées qui ont été prises en charge par les pompiers. D'autres ont exprimé leur souhait de porter plainte", a expliqué une source policière à l'AFP.
Placé en garde à vue, l'homme, d'origine asiatique, "n'a pas expliqué son geste". Il a été conduit à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris pour un examen de comportement, a précisé une source judiciaire.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #4 le: 10 février 2015, 17:23:04 »
Vigipirate.
 Les armes des soldats en surveillance sont elles approvisionnées et chargées ?
Derrière cette interrogation, il y a en réalité une vielle rumeur qui circule depuis le premier jour d’application du plan Vigipirate, le 2 janvier 1991. Selon celle-ci les Famas de nos soldats ne seraient pas chargés.  ::)

S’il est de notoriété publique que les armes des policiers et des gendarmes en patrouille sont chargées, c’est autrement plus flou concernant les soldats de Vigipirate attentat.

Selon différents témoignages récoltés, les munitions ne sont en effet pas engagées dans les Famas et les chargeurs sont dans le porte-munition. Et si les chefs des patrouilles sont les seuls à pouvoir porter une arme « approvisionnée », celle-ci est systématiquement sécurisée.

Contrairement à une légende urbaine qui circule, les armes des militaires déployés dans le cadre du plan Vigipirate sont bel et bien chargées... « les fusils des soldats sont approvisionnés mais pas armés ». :o

Après l’agression de Nice où un homme armé d’un couteau a attaqué et blessé un soldat en patrouille, la polémique sur l’armement des militaires a rebondi. Une légende urbaine voudrait même que les fusils des soldats ne soient pas chargés ou bien « à blanc ».

Actuellement, les armes des militaires déployés dans le cadre de Vigipirate sont bel et bien approvisionnées. Démonstration vendredi matin, à Rennes, en compagnie de soldats d’un régiment de Vannes.
http://www.ouest-france.fr/vigipirate-les-armes-des-soldats-sont-elles-chargees-3171183?55_source=Ouest-France&55_action=outbrain&55_emplacement=widget&55_campaign=obclick

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #5 le: 24 novembre 2015, 10:45:18 »
[À PARTAGER] Se promener avec une arme factice : mauvaise idée !  :-[

Hier en fin d'après-midi, les gendarmes de Libourne ont ainsi été alertés car un piéton muni d'un fusil d'assaut marchait d'un pas alerte dans les rues de la ville.
Une personne âgée a ainsi alerté les forces de l'ordre, après avoir croisé un jeune homme portant un fusil d'assaut... Rapidement retrouvé, le jeune homme sortait d'une partie de paintball et il n'a pas songé à ranger son arme factice dans un fourreau ou un sac et sortait de son véhicule pour simplement gagner son domicile, revenait d'un entraînement d'Airsoft, un jeu utilisant des répliques d'armes à feu propulsant des billes en plastique ou de peinture.
Le fusil était bien un faux mais "vu le contexte actuel, le moment est peut-être mal choisi", livre un gendarme. Il a été interpellé puis relâché, son arme de catégorie D étant légale.
(Cf l'article sur www.sudouest.fr/2015/11/23/faits-divers-2194567-4584.php)

Suite aux attentats du vendredi 13 novembre 2015, les signalements ont explosé sur l'arrondissement de Libourne. Dimanche, un jeune homme trimbalant une fausse arme a fait l'objet d'une interpellation. Les gendarmes l'ont rappelé à la prudence  8)
La législation française, en ce qui concerne les armes factices, provient notamment du décret du 24 mars 1999 et de la circulaire ministérielle du 6 mai 1998. D’après le décret, il est totalement légal d’acheter une arme factice tant que l’énergie à la bouche (sortie du canon) n’excède pas une puissance de 2 joules. Il est interdit, par contre, de vendre ou de céder une arme factice de plus de 0,8 joule à un mineur. Des interdictions dans 19 départements  :P :P

Pour ce qui est du port de ce type d’arme, la circulaire ministérielle laisse à la préfecture la liberté de trancher. Selon les départements, le port d’arme factice peut être interdit dans les transports publics et d’autres lieux publics. C’est le cas pour dix-neuf départements, parmi lesquels ne figure pas le Nord, où s’est arrêté notre ami belge. Dans les autres, la peine encourue est une amende qui varie entre 11 et 35 euros.

RAPPEL : Dans le contexte actuel, il est rappelé que le port d'une arme factice dans les transports publics et les lieux publics peut être interprété comme une menace.
Au regard de la parfaite ressemblance des armes factices, les différents mouvements d'armes liés aux pratiques de type AIR SOFT ou associés doivent être réalisés de manière discrète et sécurisée (démontage des armes longues si nécessaire - boîtier sécurisé).
Il est donc vivement déconseillé, si ce n'est interdit comme c'est le cas dans plusieurs départements (19), de se balader avec ce type d'objet à la vue de tous.
L’article 132-75 du code pénal précise :
«Est assimilé à une arme tout objet qui, présentant […] une ressemblance de nature à créer une confusion, est utilisé pour menacer de tuer ou de blesser ou est destiné, par celui qui en est porteur, à menacer de tuer ou de blesser.»

Une part d'appréciation subjective  ???
On peut considérer (spécialement dans le contexte actuel de vigie-pirate) que se balader dans un train ou dans une gare ou la rue avec une arme factice pourrait être interprété comme une menace de mort.
À partir du moment où il y a une volonté d’intimider avec une arme factice, il peut y avoir un recours en justice selon l’appréciation des forces de l’ordre pour utilisation d’une arme factice à des fins de menace, estime Stéphane Babonneau, avocat pénaliste au barreau de Paris.

Le port et le transport d'arme sont soumis à règlementation. Plus d'infos sur www.service-public.fr

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #6 le: 30 novembre 2015, 17:43:58 »
LIBOURNE : IL SE PROMÈNE AVEC UNE RÉPLIQUE D'ARME À LA MAIN  >:(

Les récents événements traumatisants de Paris du 13 novembre ont généré une recrudescence de signalements visant à informer la gendarmerie de comportements suspects.  8)

Ainsi, hier à Libourne, une personne signale au CORG qu'un individu, sans empressement particulier et habillé d'un pantalon de treillis et d'un bonnet noir, est apparu à la vue de plusieurs personnes sur la voie publique, arme à la main.

Les militaires de la Brigade et du PSIG de Libourne dépêchés sur les lieux, mettent rapidement en place un dispositif avec pour objectif l'interpellation du suspect.
Surpris d'un tel déploiement de force, l'individu se présente spontanément aux gendarmes et explique qu'il revient simplement d'un entraînement d'Airsoft et que son arme est une reproduction fidèle d'une AK 47…

Au vu du contexte actuel, la gendarmerie et la police vous rappelent qu'il est préférable de prendre des précautions afin d'éviter un mouvement de panique.
De plus, les signalements reconnus comme des actes de citoyenneté sont les bienvenus mais doivent pour le moins rester cohérents... Dans le doute, nous vous rappelons que tous vos appels seront pris au sérieux.

Mais qu'entend-on par armes factices ?  :P
En première approche, on pense aux jouets en plastique de nos rejetons, mais en fait, il s'agit fréquemment de répliques d'armes réelles, propulsant de petites billes en rafale ou au coup par coup. Elles peuvent être mécaniques (à ressort), parfois électriques, mais le plus souvent, elles fonctionnent à l'air comprimé (avec réarmement) ou à l'aide de petites recharges de gaz. D'où le nom de airsoft gun. On dit que ces copies ont vu le jour au Japon, où une réglementation très stricte sur la détention d'armes avait été imposée par les Américains, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. À l'origine, elles sont destinées aux collectionneurs ou aux tireurs sur cible. Mais aujourd'hui, de plus en plus, on les utilise dans des jeux de rôle, lors de scénarios basés sur des opérations militaires ou des opérations de police. Et, écolo oblige, les billes sont devenues biodégradables.

En France, la vente de ces fac-similés, est réglementée. Lorsque l'énergie à la bouche du canon est comprise entre 0.08  joule et 2 joules, elles sont notamment interdites aux mineurs. En deçà, elles sont en vente libre (même aux mineurs), et au-delà, elles entrent dans la 7° catégorie du décret de 1995 (armes non soumises à déclaration).
À noter qu'une circulaire de 1998, donne instruction aux préfets d'interdire le port et le transport d'objets ayant l'apparence d'une arme à feu aux abords des établissements scolaires.
Lors du débat sur la nouvelle législation sur les armes, les parlementaires se sont penchés sur la question. Certains ont rappelé, à juste raison me semble-t-il, que l'on ne pouvait mettre dans le même panier des objets destinés à tuer et des objets ludiques. Et que les armes factices devaient faire l'objet d'un autre débat.

http://moreas.blog.lemonde.fr/2011/02/26/armes-factices-a-double-tranchant/comment-page-1/

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #7 le: 08 décembre 2015, 16:04:43 »
Deux jeunes femmes de 21 et 24 ans, masquées, armées d'une kalachnikov AK47 factice, ont semé l'émoi hier et mobilisé durant quatre heures un important dispositif de sécurité, à Andernos-les-Bains, une petite station balnéaire du Bassin d'Arcachon (Gironde).

Peu avant 12h30, la gendarmerie d'Andernos a été alertée par le directeur du lycée Nord Bassin de la présence de deux jeunes femmes, armées d'un fusil d'assaut à billes de type AK47, aux abords de l'établissement.
Les deux jeunes femmes, dont l'une est domiciliée à Andernos et originaire de la région, ont abordé des jeunes à la sortie du lycée pour leur demander une cigarette sans même chercher à dissimuler le fusil à billes que l'une d'elle portait.
Par principe de précaution, les élèves ont été confinés chez eux, ou dans les établissements.

Après déploiement de très nombreux gendarmes, de l'hélicoptère de la SAG de Bordeaux, etc., les deux jeunes femmes ont été finalement interpellées au domicile de l'une d'elles et placées en garde à vue. Au final, il s'avère qu'elles étaient qu'en possession d'une réplique de kalachnikov...  :P
Les mesures de confinement ont donc été levées vers 15H00.

Il est rappelé que, notamment au regard du contexte actuel, (vigie-pirate & terrorisme) porter ou transporter une arme même factice de catégorie D (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31877) peut rapidement créer des troubles à l'ordre public.  :o  8) :-[

Citer
Arme de catégorie D :
- Arme d'épaule à canon lisse tirant 1 coup par canon, ainsi que ses éléments et munitions  (tir sportif ou chasse)
- Arme d'alarme air comprimé de moins de 20 joules, lanceur de paintball,
- Générateur d'aérosols lacrymogènes ou incapacitants d'une capacité inférieure ou égale à 100ml, arme à impulsion électrique,
- Arme blanche, matraque,
- Arme neutralisée, arme conçue avant 1900 (sauf exceptions) ou reproduction.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #8 le: 07 février 2016, 10:27:29 »
Gendarmerie de l'Eure [FAIT DIVERS]
Il menace les gendarmes avec une arme factice et se retrouve en prison !

Le 2 février2016, au cours d'une opération de police judiciaire, un individu met en joue les gendarmes avec une arme de poing. Il tire à deux reprises dans leur direction sans faire de blessé.
Les militaires déterminent qu'il s'agit d'une arme factice.  :o
Le 5 février, une unité d'intervention spécialisée, le PSPG, interpelle l'individu à 6 heures du matin à son domicile. Rapidement neutralisé il est placé en garde à vue par les enquêteurs. L'arme, de type "airsoft", est retrouvée au domicile.

Au vue de la gravité des faits, le mis en cause, âgé de 24 ans, a été placé en détention à la maison d'arrêt d’Évreux en attendant son jugement qui interviendra le 4 mars prochain.
Nous profitons de ce fait divers pour rappeler à nos chers internautes que la législation est limpide en ce qui concerne les armes factices.
Une réplique d'airsoft faisant moins de deux joules, n'est pas considérée comme une arme au titre de la législation. Toutefois, il est utile de préciser que, si la réplique est utilisée en dehors du jeu, elle peut rapidement devenir une arme.

Article 132-75 du Code pénal
Est assimilé à une arme tout objet qui, présentant avec l'arme définie au premier alinéa une ressemblance de nature à créer une confusion, est utilisé pour menacer de tuer ou de blesser ou est destiné, par celui qui en est porteur, à menacer de tuer ou de blesser.

Les peines en cas de délit avec une arme (que ce soit une réplique ou non)

Article 222-12 du Code Pénal: Les violences ( art 222-11 du Code Pénal) sont punies de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende lorsqu'elle est commise avec usage ou menace d'une arme.

Art 311-8 du Code Pénal: Le vol est puni de vingt ans de réclusion criminelle et de 150000 euros d'amende lorsqu'il est commis soit avec usage ou menace d'une arme, soit par une personne porteuse d'une arme soumise à autorisation ou dont le port est prohibé.

Art 312-5 du Code pénal:L'extorsion est punie de trente ans de réclusion criminelle et de 150000 euros d'amende lorsqu'elle est commise soit avec usage ou menace d'une arme, soit par une personne porteuse d'une arme soumise à autorisation ou dont le port est prohibé.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #9 le: 20 juin 2016, 17:08:17 »
En période d’État d’urgence, il ne faut pas grand-chose pour mettre la panique même dans un petit village du Lot-et-Garonne. Selon Sud-Ouest, un important déploiement de forces de l’ordre a eu lieu ce jeudi à Laroque-Timbaut près d’Agen à « cause de la présence de terroristes ». Une certaine psychose  :o

Tout est parti d’un coup de fil d’une habitante aux gendarmes après avoir vu deux hommes cagoulés, vêtus de treillis noirs et des fusils à la main. Ces derniers se dirigent à ce moment sur un site désaffecté.  8)

Deux ados jouaient les terroristes à Laroque-Timbaut
Un petit arsenal factice a été retrouvé chez les ados. À s'y méprendre... Ces derniers risquaient gros si un riverain avait eu l'idée de se défendre, face à la menace qu'ils représentaient...
Les gendarmes ne savaient pas, et pour cause, que les deux hommes cagoulés et armée aperçus à Laroque-Timbaut étaient deux ados de 17 ans en mal de sensations...
Depuis les attentats de Paris le 13 novembre dernier, le pays est placé en état d'urgence. Dans ces colonnes comme dans d'autres, dans le petit écran ou dans le poste, il ne se passe pas un jour sans que la menace terroriste ne revienne sur le devant de la scène, et l'horreur du double homicide commis en début de semaine a rappelé à tous que le terrorisme et ce qu'il véhicule étaient désormais en arrière-plan de l'avenir proche commun à tous, en Europe Occidentale, et donc en France. La psychose collective aidant, il est dont facile d'imaginer la teneur des deux appels que les gendarmes du groupement départemental ont reçu hier peu après 14 heures. Des témoins leur ont affirmé avoir aperçu deux hommes cagoulés, vêtus de noir ou de tenues sombres en tout cas, armés chacun d'un fusil, circulant aux alentours de Laroque-Timbaut.
Dispositif de recherches
Largement sollicités par la mise en place de l'état d'urgence comme les fonctionnaires de police depuis sept mois, les gendarmes ont donc mobilisé «des moyens considérables», c'est-à-dire les compagnies de Villeneuve-sur-Lot, d'Agen, le peloton de sécurité et d'intervention (PSIG) sans oublier les motards de l'escadron de sécurité routière (EDSR). Un dispositif de recherches exceptionnel, à la mesure de la menace présumée, à savoir deux hommes non identifiés et armés. Les gendarmes ont balayé les environs, pour finalement retrouver les auteurs de cette «menace terroriste» en bordure de route, à deux pas de l'ancienne gare de Laroque.
Consignes de parents
Il s'agit de deux adolescents de 17 ans qui s'amusaient avec des armes de type Airsoft, factices donc. Le fils de la maison avait reçu pour consigne de ses parents, au travail, de ne pas quitter le domaine familial.
Consigne qu'avec son copain il n'a pas suivie.  :-\
Un impressionnant arsenal  :o
D’ailleurs, si toutes les armes utilisées par les deux adolescents, âgés de 16 et 17 ans, étaient factices, elles pouvaient paraître impressionnantes :
un Famas, un fusil d’assaut HK et deux pistolets.
Finalement, ils ont été entendus puis relâchés. Les gendarmes rappellent tout de même qu’étant donné le contexte, ces enfants se mettent en danger tout seul en se baladant avec des armes qui ont l’air vraies.
Les gendarmes conseillent «vivement» à tous les parents de surveiller «activement ce genre d'agissements» et de les encadrer. Une procédure judiciaire est en cours.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #10 le: 20 juin 2016, 17:14:31 »
Un fusil sniper dans le métro lillois...( les fusil sniper airsoft sont des fusils de précision destinés aux tireurs d'élites ou aux snipers ) Une femme âgée d’une trentaine d’années a été interpellée et placée en garde à vue car elle a été vue avec une fausse arme dans une rame de métro, nous rapporte La Voix du Nord. 
Vers 19h, Transpole est alerté via la borne d’urgence activée par des passagers d’un comportement suspect sur la ligne rouge du métro, dans le quartier Moulins. Une femme était en train de manipuler une arme dans la rame.  :-X
Un fusil de précision pour airsoft - Le métro a alors été arrêté à la station Porte de Valenciennes pour permettre aux médiateurs de monter à bord et de sortir l’individu. C’est à ce moment qu’ils se rendent compte que l’arme est une réplique utilisée pour jouer au airsoft, la jeune femme a été interpellée par la police et placée en garde à vue. Elle s’en est sortie avec un simple rappel à la loi.
----------------------------------------------------------------------------------
Un adolescent de 13 ans a été interpellé par une patrouille de police, mercredi après-midi à Rouen (Seine-Maritime). Armé d’un vraisemblable fusil d’assaut, il visait des passants et voitures.

Vérification faite, il s’agissait en fait d’une arme factice, réplique très fidèle du HK G36, utilisé notamment pour les combats d’Airsoft mais ne tirant que des billes. Également en possession de deux autres fausses armes (un Glock et un Sig Sauer à billes), l’adolescent a été conduit à l’Hôtel de Police mais, en raison de son âge, n’a pas fait l’objet d’une en garde à vue. Face aux policiers, le jeune amateur d’armes a expliqué qu’il partait jouer avec des amis dans des caves, quand il a remarqué une pièce cassée au niveau du viseur de son fusil factice.
C’est donc pour vérifier que son arme à billes fonctionnait correctement qu’il s’est mis à viser des piétons. Même s’il a provoqué une belle frayeur chez ces derniers, l’adolescent a finalement été confié à son tuteur légal, son oncle, venu le chercher dans les locaux de la police, indique Normandie Actu. Ses trois armes ont également été confisquées.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #11 le: 21 juillet 2016, 14:33:11 »
Un vent de panique a envahi les plages de Gruissan, dans l’Aude, mercredi en début d’après-midi. Vers 14h, deux personnes ont aperçu un adolescent muni d’une arme qu’ils pensaient être une kalachnikov.

Rapidement, la rumeur enfle sur les plages, le garçon ayant été aperçu le long du Canal qui mène à celle des Chalets. Les gendarmes de Narbonne vont intervenir sur place et rapidement confirmer qu’il s’agissait en fait d’une arme factice « airsoft » ressemblant à s’y méprendre à un fusil d'assaut.

Mais, après l’attentat de Nice, et malgré les démentis des autorités, la rumeur s’est propagée comme une traînée de poudre.

L’adolescent a expliqué aux forces de l’ordre qu’il ne s’était pas rendu compte et n'avait pas conscience qu’il pouvait semer la panique. Selon L’Indépendant, le parquet de Narbonne pourrait envisager des poursuites à l’encontre de ses responsables, à savoir ses parents.
https://twitter.com/prefet11?ref_src=twsrc%5Etfw


Le voyageur du métro Toulousain a semé un vent de panique  :-X  :P

Le climat actuel incite à une grande défiance. Un voyageur qui portait une ceinture de sport lestée a été pris pour un kamikaze par certains usagers du métro toulousain cet après-midi, vers 14h40, au niveau des Arènes.
Un vent de panique s'est dispersé au sein des passagers depuis le métro Saint-Cyprien avant que la BAC n'interpelle l'individu aux Arènes. Il était simplement outillé d'une veste de sport lestée.

L'homme tout de même été placé en garde à vue. La Sureté départementale a été chargée de l'enquête.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #12 le: 26 juillet 2016, 17:54:39 »
Gendarmerie-Isere Hier, 25 juillet 2016 à 15:59 ·

[FAIT DIVERS- CONDRIEU] « C’EST PAS LE MOMENT »
LU DANS LE Dauphiné Libéré le 25/07/16: Rhône : déguisé en terroriste pour tourner un clip devant la Poste http://www.ledauphine.com/france-monde/2016/07/24/rhone-deguise-en-terroriste-pour-tourner-un-clip-devant-la-poste

Déguisés en terroristes pour tourner un clip mais les gendarmes ont failli tirer après sommations  :P

Qu’est-ce qui a bien pu leur passer par la tête ?  :o
L’un est animateur d’un site dédié à une websérie humoristique et informative. L’autre est comédien. Dans leur prochain numéro, ils voulaient montrer que l’on pouvait tourner les terroristes en ridicule, ou encore les attraper comme on le fait avec “Pokémon Go”, ce jeu sur smartphone qui fait actuellement fureur.

Pour tourner cet épisode, le duo a choisi de se rendre devant La Poste de Condrieu, samedi vers 17 heures. Et il n’a pas lésiné sur les moyens. Le comédien s’est déguisé en un terroriste plus vrai que nature : foulard sur la tête, arme de poing, arme d’épaule, et surtout une ceinture d’explosifs avec le scotch caractéristique, et les fils électriques de toutes les couleurs.

Une douzaine de véhicules fondent sur les lieux
C’est une automobiliste qui l’a aperçu. Heureusement, elle n’avait pas de problèmes cardiaques. Elle alerte aussitôt la gendarmerie. On imagine le branle-bas de combat dans le contexte actuel. Une douzaine de véhicules et une trentaine d’hommes fondent sur les lieux, se préparant au pire. La mission est simple : boucler le secteur, et neutraliser le porteur de la ceinture. Autrement dit, tirer au besoin avant qu’il ne puisse actionner son dispositif.

« À leur arrivée, les deux individus ont levé les mains en écartant bien les doigts. Cela leur a sans doute sauvé la vie, car les premiers gendarmes arrivés sur les lieux, qui ont fait preuve de beaucoup de sang-froid, ont vu qu’ils n’avaient pas de télécommande reliée à la ceinture. Mais on peut dire que les deux ont frôlé la mort », indique une source proche de l’enquête.

Les deux auteurs, 37 et 41 ans, ont pourtant l’âge de la maturité. Leur garde à vue a tourné à l’examen de conscience. « Ils ont fini par réaliser qu’ils étaient sur une autre planète », ajoute une source.
Placés en GAV pour menaces avec préméditation, les deux individus risquent tout de même jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000€ d’amende.

Il est évident que compte tenu de la situation actuelle, il n’y a pas de place pour ce genre de canular  >:( les déguisements et accessoires de terroristes n’amusent personne… et cet incident a généré un fort émoi auprès de la population de CONDRIEU qui a cru, l’espace de quelques minutes, être victime d’un nouvel attentant terroriste en France.

Nous, Cdt de gendarmerie, tenons à féliciter les gendarmes de la compagnie de GD de GIVORS qui ont su faire preuve d’un sang-froid et d’une réactivité remarquables… (petite mention également pour les 2 gendarmes permissionnaires qui portaient leur arme de service et qui n’ont pas hésité à se joindre à eux pour les appuyer en cas de riposte des deux individus).

Le parquet, qui a ouvert une enquête de flagrance pour “violence avec préméditation” devrait décider, des poursuites dans ce dossier hors normes dans le contexte actuel.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #13 le: 22 mars 2017, 09:21:01 »
INSOLITE - Avec leurs armes d'airsoft, cinq hommes ont créé la panique dans le XIIe arrondissement de Parii. Ils voulaient en réalité faire la bande-son d'un film.

Plus de peur que de mal.  :-[  :-X  >:(

Lundi 20 mars 2017, quand ils ont vu cinq hommes "sortir de voiture à 15h30 rue de Charenton avec des fusils d'assaut sur l'épaule et rentrer dans un immeuble", les riverains de cette rue du XIIe arrondissement de Paris ont pris peur rapporte Le Parisien, qui cite des sources policières.

Une réaction compréhensible deux jours après l'attaque à Orly et dans un de menace terroriste élevée. Contactée, la police a décidé de déclencher le Plan particulier de mise en sûreté face aux risques majeurs (PPMS) dans les écoles alentour.

Ce n'est qu'une heure plus tard, lorsque les cinq individus âgés de 22 à 43 ans sont ressortis de l'immeuble, que les forces de l'ordre ce sont rendus compte que ces hommes rentraient chez eux "avec des airsofts", ces répliques d'armes propulsant des billes en plastique, a précisé la préfecture. Ils ont dit qu'ils voulaient faire une bande-son d'un film", a expliqué une source proche du dossier.
"Nous allons vérifier tout ça."  8)

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6714
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Interventons policiaires pour des armes factices "Airsoft" !
« Réponse #14 le: 13 juin 2018, 15:25:11 »
Un fusil «jouet» cause une vraie pagaille dans le centre-ville toulousain  8)

Des policiers municipaux ont remarqué hier matin vers 8 heures une voiture stationnée sur un emplacement réservé aux livreurs de fonds, à l'angle de la rue des Arts et de la rue de Metz, devant la Société générale à Toulouse.  >:(
Et lors de la vérification, un policier a remarqué une arme longue dans le véhicule avec ce qui ressemblait à un gilet pare-balles.  :P
L'information a été immédiatement transmise à la salle de commandement de la police nationale et un vaste périmètre de sécurité a été mis en place, empêchant notamment la circulation rue de Metz.

Les démineurs de la sécurité civile ont été appelés pour «lever le doute».
Ils ont vérifié que la voiture n'était pas piégée, ouvrant l'avant de cette Ford Fiesta comme une boîte de sardine. La vite arrière a été également brisée.  :-X
Une fois les vérifications, et le périmètre de sécurité juste levé, le propriétaire du véhicule est arrivé. Il avait garé son véhicule pour la nuit sans imaginer ce qui pouvait se passer.  :-[
Verbalisé notamment pour stationnement interdit (135 €), il sera convoqué ultérieurement par la police pour s'expliquer sur son arme, un air soft, qui a été confisquée (le gilet était un simple gilet tactique).

Source La Dépêche du Midi