Auteur Sujet: Compost, déchets alimentaires...  (Lu 2748 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Compost, déchets alimentaires...
« le: 14 décembre 2023, 09:11:39 »
à partir du 1er janvier 2024, il sera obligatoire de faire le tri ! Comment ça va marcher ?

Jeter vos déchets alimentaires avec vos ordures ménagères, ce sera bientôt de l'histoire ancienne : épluchures, coquilles d'œuf et autres restes alimentaires n'auront plus leur place dans les poubelles classiques dans quelques semaines. À compter du 1er janvier 2024, chaque foyer français devra en effet disposer d'une solution de tri à la source, qu'il s'agisse d'un bac à compost ou d'un bac de tri, qu'il soit individuel ou à proximité du domicile. Concrètement qu'est-ce que cela va changer pour les ménages ? La Dépêche du Midi répond à vos questions en plusieurs points.

Pourquoi ce changement ?
Si les déchets alimentaires sont désormais dans le collimateur instances publiques, c'est parce que ces derniers représentent "un tiers du contenu des poubelles ménagères des Français, soit 83 kg de déchets résiduels par habitant et par an". "On parle de 5 millions de tonnes par an de déchets, qui finissent aujourd’hui brûlés ou en décharge avec des pollutions extrêmes", explique Juliette Franquet, directrice de l’association Zero Waste France, auprès de nos confrères de France Info.

La combustion de ces déchets alimentaires n'est pas sans effet sur l'environnement, étant donné que ces déchets contiennent beaucoup d'eau : leur incinération entraîne "une combustion contre-nature émettant des dioxines (des polluants persistants) et des gaz à effet de serre [...] Enfouis, ils fermentent et leur décomposition ne s’effectue pas dans de bonnes conditions, conduisant à d’importantes émissions de méthane, un gaz au pouvoir de réchauffement global supérieur à celui du CO2", reprend l'intéressée. Les autorités françaises cherchent donc aujourd'hui à trier et valoriser ces déchets.

Le tri des biodéchets, comment ça va marcher ?
Le tri à la source des biodéchets a été évoqué non seulement dans le cadre du plan de planification écologique souhaité par le gouvernement, mais aussi et surtout par la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire (appelée "loi Agec" https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A16963 ).
Concrètement, la loi stipule "qu'à partir du 1er janvier 2024, les ménages auront l'obligation de trier leurs déchets alimentaires et les déchets verts de jardin afin qu'ils soient valorisés en solutions de compostage par les collectivités". Ce tri s'effectuera en deux temps :

Chez les ménages, il s'agira d'effectuer un premier tri, en séparant les déchets alimentaires des ordures ménagères. L'Ademe conseille de jeter ce type d'ordures dans "un petit seau avec couvercle et facile à transporter". Dans certains cas, la collectivité sera amenée à fournir des "sacs en papier kraft" ou des "sacs compostables". Par ailleurs, le compostage individuel reste une possibilité.
Pour le ramassage, deux solutions seront proposées selon les collectivités. Le point d'apport volontaire d'abord : dans ce cas de figure, les ménages seront tenus d'aller jeter leurs déchets alimentaires dans des poubelles collectives. Les collectivités pourront également organiser des collectes séparées : les ménages seront alors dotés d'un bac supplémentaire, "au couvercle le plus souvent marron". Ces bacs seront par la suite ramassés par des camions-bennes dédiés.

Quels types de déchets sont concernés par cette loi ?
Tous les déchets alimentaires seront concernés par cette mesure. On retrouve entre autres les épluchures de fruits et légumes – y compris peaux d’agrumes, d’oignons, d’ail, vert de poireaux – les restes de repas, les os et arêtes, les peaux de fruits, les coquilles d'œuf, trognons, fanes, les fleurs coupées jusqu'aux plantes d'intérieur...

On retrouve également les déchets verts issus de l'entretien des jardins comme les feuilles mortes, et les restes de pelouse issus de la tonte.

Les collectivités seront-elles prêtes ?
C'est la grande crainte de bon nombre de municipalités qui affirment déjà ne pas avoir le temps nécessaire de se préparer à la mesure. "Le tri à la source des biodéchets ne sera pas accessible pour toutes et tous, sur tout le territoire. Pourtant, cela fait huit ans que les collectivités savent qu’elles doivent le mettre en place", regrette Juliette Franquet.

Selon l'association Zéro Waste France, seule la moitié voire le quart de la population française sera convenablement équipée d'ici au 1er janvier. À l'heure actuelle, un peu plus de 150 communes en France ont mis en place un système de collecte de biodéchets dans le pays, ce qui ne couvre que 6% de la population française.

Pour les ménages, il est conseillé de se renseigner auprès de leur collectivité pour savoir comment le système de collecte de ces biodéchets sera organisé.

Source : https://www.ladepeche.fr/2023/12/14/compost-dechets-alimentaires-a-partir-du-1er-janvier-2024-il-sera-obligatoire-de-faire-le-tri-comment-ca-va-marcher-11639502.php?M_BT=100111792180#xtor=EPR-1-[newsletter]-20231214-[classique]