Auteur Sujet: Tempête Monica : au moins quatre morts sur des ponts submersibles...  (Lu 17591 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Quatre personnes sont mortes dans les crues qui ont touché le Gard, décédées après avoir tenté de traverser des ponts submersibles.
Ces axes représentent de véritables dangers mortels lors de fortes intempéries.

Le bilan des crues dans l'Hérault et le Gard causées par la tempête Monica (mars 2024) est monté à cinq morts ce lundi 11 mars.
Un point commun lie au moins quatre de ces différents drames : le fait que les victimes ont tenté de traverser des ponts submersibles du département. Par ailleurs, les recherches se poursuivent, dans le Gard et en Ardèche, pour retrouver trois personnes, dont deux enfants, toujours portées disparues.

Une des victimes retrouvées est un homme, sans doute le père de famille emporté par les flots du Gardon après avoir tenté de traverser un pont submersible dans le village de Dions, au nord de Nîmes, samedi soir.

La famille s'était engagée sur le pont alors que des panneaux avaient déjà été installés pour signaler le danger et interdire le passage, mais avant qu'une barrière ne soit mise en place pour bloquer l'accès aux automobilistes, ont détaillé les autorités. Axes sensibles, les ponts submersibles deviennent des lieux aux risques mortels décuplés en cas de rivières en crue. Notamment pour les automobilistes imprudents.

Qu'est-ce qu'un pont submersible ?
Le département du Gard compte au moins 63 ponts submersibles, ou "pont-gués", selon un rapport du Conseil départemental cité par le Centre d’études et d’expertise sur les risques, la mobilité et l’aménagement (Cerema) datant de 2020.
Ce type de pont est "un ouvrage généralement peu élevé susceptible d’être submergé parce qu’il traverse une rivière ou un fleuve dont le niveau peut fluctuer très fortement", d'après le rapport de l'établissement public.
Son principal avantage pour les autorités publiques : il est peu coûteux.
 En effet, "il est conçu pour laisser s’écouler l’eau le plus librement possible au-dessus du tablier en cas de fortes crue", détaille le Cerema.

Dans le Gard toujours, une quinzaine de ponts submersibles sont équipés de barrières. Elles peuvent être fermées en cas de quelconque risque, selon le Cerema. Les autres ont des panneaux de signalisation en amont qui avertissent du potentiel danger en cas de fortes pluies.

Pourquoi le risque est-il quasiment instantané en cas de crue ?
Concernant le drame de Dions, "à 23h, les panneaux directionnels ont été posés par les services du Conseil départemental du Gard pour indiquer que la chaussée était inondée, et donc il y avait une interdiction de passage", a insisté le secrétaire général de la Préfecture du Gard, Frédéric Loiseau. Puis, "à 23h45, a été installée la barrière fermant physiquement la chaussée de part et d'autre", un quart d'heure après l'appel de détresse de la famille, a-t-il poursuivi avant de pointer "des comportements individuels pas totalement adaptés".

Frédéric Loiseau a tenu à rappeler que seulement "vingt centimètres d'eau sur le sol" pouvaient suffire à faire perdre le contrôle d’un véhicule léger à l'automobiliste. Un danger qui devient mortel extrêmement rapidement en cas de fortes pluies. Les périodes de crue ajoutent un élément aggravant : la boue glissante s'accumulant sur la chaussée de ces ponts. Sur l'antenne de BFMTV, le porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, Éric Brocardi, a rappelé à la population de ne "jamais minimiser les risques" et de ne pas "braver des interdits" devant les dangers que présentent les ponts submersibles.

Peu après 5h ce dimanche matin, (visibilité mauvaise à cause de la nuit et de la pluie) deux femmes ont été emportées par les eaux à Goudargues, dans le Gard, département où 4 autres personnes sont recherchées depuis samedi (à Russan et Gagnières). Les secours ont reçu un appel d'urgence de deux automobilistes se disant en difficulté, avant de perdre le contact. L'appel a pu être localisé par GPS sur un pont submersible à Goudargues, dans le nord du département près de l'Ardèche, et une trentaine de pompiers, dont 10 sauveteurs aquatiques de l'Hérault, un drone et un hélicoptère de la sécurité civile des Bouches-du-Rhône ont été engagés pour tenter de retrouver les automobilistes.

Source https://www.ladepeche.fr/2024/03/12/tempete-monica-au-moins-quatre-morts-sur-des-ponts-submersibles-pourquoi-ces-routes-deviennent-mortelles-en-cas-de-crues-11819012.php?M_BT=100111792180#xtor=EPR-1-[newsletter]-20240312-[classique]

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Ce dimanche matin, les secours étaient à la recherche de 6 personnes portées disparues après avoir traversé des ponts submersibles dans la nuit du samedi au dimanche 10 mars. Le corps d'un homme de 62 ans a été retrouvé à Gagnières, son véhicule a été pris au piège dans les inondations. A Dions, deux femmes ont été retrouvées mortes dans leur véhicule. Les recherches continuent pour retrouver les deux enfants et leur père disparus à Dions.

Un homme de 62 ans a été retrouvé à Gagnières, au nord du Gard par les secours. Il avait tenté de franchir un pont submersible hier soir vers 18h30 mais son 4x4 avait été emporté par les eaux. Un autre homme dans le véhicule avait réussi à sortir du véhicule par le toit. Les pompiers lui ont alors porté secours. La route avait été coupée par le maire mais l'homme de 62 ans avait quand même voulu traverser à bord de son 4x4 pour regagner sa maison située de l'autre côté de la rive. Il y avait un mètre d'eau au-dessus du pont au plus fort des intempéries.

Deux femmes de 47 et 57 ans disparues ont été retrouvées cet après-midi
A Goudargues, une commune située au nord-est du département du Gard, à 5h ce dimanche matin deux femmes de 47 et 57 ans ont disparu, leur véhicule ayant été emporté par les eaux. C'est à nouveau sur un pont submersible que leur véhicule a été emporté. Les deux femmes avaient contacté les secours voyant leur véhicule se faisant emporter par les eaux mais la communication a ensuite été perdue.

Les recherches sont toujours en cours à Dions avec des moyens exceptionnels déployés. Le véhicule a été retrouvé mais vide.

Deux enfants disparus de 4 et 13 ans à Dions
A Dions, une commune située au Nord de Nîmes, vers 23h30, un couple et ses deux enfants décident de s'engager à bord de leur véhicule sur le pont submersible de la commune. Le véhicule a été emporté par les eaux. Plus de 50 pompiers sont engagés pour retrouver le père de famille de famille et ses deux enfants de 4 et 13 ans. La mère âgée de 40 ans a réussi à s'extraire du véhicule et a pu être sauvée par les pompiers.

Au total les pompiers sont intervenus prés de 180 fois pour porter secours à la population gardoise dans la nuit du samedi au dimanche.

Fred Mahler, maire de Goudargues, était l'invité de France Bleu Gard Lozère ce lundi matin, un peu plus de 24 heures après la mort de deux femmes de 47 et 50 ans. Ces deux victimes sont mortes emportées par l'Aiguillon, rivière affluente de la Cèze. "Par expérience, on sait que c'est un ruisseau qui monte à une vitesse folle.
C'est la furie de l'eau" relate Fred Malher. "C'est d'ailleurs surprenant que nous n'ayons pas d'étiage de contrôle sur ruisseau là. Sur certains ruisseaux, il n'y a pas de repères de crues" poursuit l'élu.
Les deux femmes décédées étaient dans une voiture, et ont, a priori, emprunté un pont submersible. Même si le maire tempère et indique que vu la puissance de l'eau, il est possible que le véhicule ait été emporté quelques mètres avant de s'engager sur le pont.