Auteur Sujet: Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!  (Lu 58040 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!
« Réponse #15 le: 25 mai 2018, 14:12:11 »
Connaissez-vous le Code de la route à vélo ?

S’il y a une chose qu’un bon cycliste doit connaitre, c’est bien le Code de la route ! C’est en effet la garantie de rouler en sécurité et en harmonie avec les autres usagers…

Petit rappel des grands fondamentaux !
Couloir à autobus mentionnant la présence des cyclistes.

Peut-on rouler dans les couloirs de bus ?

Uniquement quand c’est autorisé.
Attention certains couloirs de bus peuvent en effet être des zones à risques pour les cyclistes, la cohabitation bus/vélo n’étant pas toujours si évidente. Dans certains couloirs vous pouvez ainsi être autorisés à rouler tandis que dans d’autre non.

Pour savoir si c’est le cas, jetez un œil aux panneaux de signalisation et aux marquages au sol qui vous indiqueront clairement si vous avez le droit ou non de circuler.

Téléphoner à vélo, c’est possible ?

Absolument pas !
L’interdiction de téléphoner au volant valable pour les automobilistes l’est tout aussi pour les cyclistes. En effet selon l’article R412-6-1 du Code de la route, « l’usage d’un téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation est interdit », le cycliste étant considéré comme un conducteur de véhicule comme un autre. Il en est de même pour l’utilisation d’un kit main-libres, sous peine de payer une amende de 135€.

Peut-on perdre des points sur son permis de conduire ?

Rassurez-vous, la réponse est non.
En cas d’infraction au Code commise à vélo, aucun point ne vous sera retiré. Le Ministère de l’intérieur explique qu’il ne peut pas y avoir de retrait de points lors de l’utilisation d’un véhicule pour la conduite duquel un permis de conduire est exigé. Mais attention, le cycliste n’est pas à l’abri d’une amende en cas de non-respect des règles. Et dans des circonstances vraiment dangereuses comme la conduite en état d’ébriété, la suspension du permis pourra être soumise à une décision d’un juge.

Emprunter les pistes cyclables est-il obligatoire ?

Oui mais pas toujours !
En effet, certains aménagements doivent obligatoirement être empruntés tandis que pour d’autres vous aurez le choix.

Une seule chose à faire : se référer aux panneaux. S’ils ont une forme carrée, ils vous indiqueront simplement un aménagement facultatif. Des panneaux ronds seront quant à eux une indication pour un aménagement obligatoire. Quoi qu’il en soit, rouler sur les pistes et bandes cyclables est beaucoup plus sûr.

Rouler sur le trottoir, c’est autorisé ?

Pas vraiment.
Le Code stipule que seuls les enfants de moins de huit ans peuvent rouler sur le trottoir. Néanmoins vous pourrez y circuler, à condition d’être à pied et de pousser votre vélo à la main.

Il existe toutefois une petite exception : si sur une portion du trottoir, une piste cyclable est matérialisée par deux bandes blanches avec un pictogramme de vélo. Mais faites toujours preuve de vigilance car des piétons peuvent se trouver dans ces espaces.

Et dans une rue ou aire piétonne ?

Sauf indication contraire, oui, vous pouvez circuler à deux-roues dans une rue ou aire piétonne ! Mais il vous faudra tout de même « conserver l’allure du pas et ne pas occasionner de gêne aux piétons », comme le précise l’article R 431-9 du Code de la route. Ces derniers sont en effet toujours prioritaires, vous devrez donc leur céder le passage et si nécessaire vous arrêter pour ne pas entraver leur déplacement.

Peut-on circuler côte à côte à vélo ?

Au-delà de deux vélos, ce n’est pas autorisé. Si vous êtes à deux, vous avez le droit mais soyez attentif à la circulation. En effet, l’article R431-7 dispose que les cyclistes « doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent, notamment lorsqu’un véhicule voulant les dépasser annonce son approche ».

Y a-t-il des équipements obligatoires ?

Votre vélo doit être en bon état et comporter obligatoirement une sonnette, de freins à l’avant et à l’arrière. Pareil pour les feux : un à l’avant blanc et un à l’arrière rouge. Sans oublier les réflecteurs oranges sur le côté.

D’autres équipements sont facultatifs à vélo mais toutefois recommandés pour améliorer votre sécurité. Casque, gilet fluorescent ou autres brassards réfléchissants seront donc conseillés, surtout de nuit.

Y a-t-il une distance à laisser aux véhicules pour doubler ?

Toujours selon le code, pour doubler un vélo, un automobiliste « doit se déporter suffisamment pour ne pas risquer de heurter l’usager qu’il veut dépasser. Il ne doit pas en tout cas s’en approcher latéralement à moins d’un mètre (1 m) en agglomération et d’un mètre et demi  (1.5) hors agglomération s’il s’agit d’un véhicule à traction animale, d’un engin à deux ou à trois roues, d’un piéton, d’un cavalier ou d’un animal».

Pour votre sécurité toutefois, dans les rues étroites et à sens unique, préférez toujours rouler au milieu de la route plutôt que de serrer à droite. Vous éviterez ainsi d’inciter l’automobiliste à doubler alors la distance préconisée est insuffisante tout en évitant de vous faire surprendre par une portière qui s’ouvre ou un piéton qui traverserait brusquement.

Doit-on indiquer un changement de direction avec son bras ?

Oui !
 Comme le cycliste est considéré comme un conducteur de véhicule, l’article R 412-10 s’applique à lui. Il a donc l’obligation d’indiquer tout changement de direction de son véhicule aux autres usagers de la route en tendant son bras. Plus pratique encore, il existe aussi des feux clignotants à installer sur le vélo. N’oubliez pas, en effet, que voir et être vu est essentiel !

Vous voilà donc un peu plus au courant des principales choses à savoir concernant le Code de la route pour une pratique du deux-roues en toute sécurité.

Source https://www.citycle.com/22530-connaissez-vous-le-code-de-la-route-a-velo/

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!
« Réponse #16 le: 11 juin 2018, 11:31:13 »
Peut-on rouler n'importe où avec des rollers, un skateboard ou une trottinette ?
19 février 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Les utilisateurs de rollers, skateboards ou trottinettes (sans moteur) sont considérés comme des piétons, aussi ils doivent rouler sur le trottoir. Les engins de déplacements électriques (hoverboard, gyropodes, monoroue, trottinette électrique) ne sont que tolérés sur les trottoirs. La plupart des vélos sont considérés comme des véhicules et doivent circuler sur la chaussée.

Source et plus d'infos https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F308

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!
« Réponse #17 le: 23 mars 2024, 10:48:05 »
Alcoolémie, feu rouge grillé, usage du portable, écouteurs, port du casque…
À vélo, que dit le code de la route et quelles sont les sanctions ?

Que dit la loi en cas d’infraction au Code de la route lorsqu’on circule à vélo ?
La Dépêche du Midi fait le point sur les droits et devoirs du cycliste.

Que ce soit en voiture, à deux-roues motorisés ou bien à vélo, la Sécurité routière se veut catégorique : "le code de la route s’applique de la même manière à tous".
Mais quelques particularités s’appliquent lorsqu’on circule à vélo.

Écouteurs, téléphone à vélo, que dit la loi ?
Au guidon d’un vélo, "il est interdit de porter à l’oreille tout dispositif susceptible d’émettre un son (écouteurs, oreillettes ou casque audio). Tenir en main en main son téléphone est également interdit. Pour résumer, il n’existe "aucun dispositif permettant aux cyclistes de téléphoner en route à ce jour".

Retraits de point, amende : quelles sanctions ?
Un coup de fil au guidon d’un vélo, un feu rouge grillé (en l’absence de panneaux autorisant les vélos à passer) ou un contrôle d’alcoolémie positif ?
À quoi s’expose un cycliste ne respectant pas la loi ?
En cas d’infraction, ce dernier reçoit une amende.

Concernant l’alcool, la limite à ne pas dépasser est la même pour le conducteur d’une voiture que pour celui d’un cycle : à savoir 0,5 gramme d’alcool par litre de sang.

Même titulaire du permis de conduire, un cycliste ne peut en revanche perdre des points s’il enfreint le code de la route. "Toutefois, en cas d’infraction grave, le juge peut suspendre votre permis de conduire", précise service-public.fr.

Les équipements obligatoires
Pour les cyclistes, ces derniers doivent respecter un certain nombre d’obligations en matière d’équipements. Ainsi, le port du casque, qui doit être attaché, est obligatoire pour le conducteur et le passager avant l’âge de 12 ans. S’il n’est pas obligatoire pour les adultes, il est néanmoins fortement recommandé, les blessures à la tête restant la première cause de décès chez les cyclistes.

Pour tout cycliste circulant hors agglomération la nuit, il est obligatoire de porter un gilet rétroréfléchissant, mais également lorsque la visibilité est insuffisante, par temps de brouillard par exemple, trop de cyclistes sont vêtus de vêtements sombres voire carrément noir.

Concernant le vélo, ce dernier doit comporter : deux freins (avant et arrière), des catadioptres (rouge à l’arrière, blanche ou jaune à l’avant, orange sur les côtés et sur les pédales ), mais aussi des feux de position (lumière blanche ou jaune à l’avant, rouge à l’arrière), et un avertisseur sonore audible à au moins 50 mètres.

La liste des différentes amendes
Défaut d’éclairage : 11 €
Changement de direction sans avertissement préalable : 35 €
Circuler à plus de 2 de front sur la chaussée : 35 €
Avoir un passager sur son vélo (sans siège fixé au véhicule)  : 35 €
Remorquage : 35 €
Dépassement de la vitesse maximale autorisée* : 35 €
Non-respect de l’arrêt au feu orange : 35 €
Défaut de freinage : 68 €
Circuler sur le trottoir en agglomération : 135 €
Tenir en main son téléphone ou porter des écouteurs : 135 €
Rouler en sens interdit 135 € Non-respect de l’arrêt au feu rouge : 135 €
Non-respect de l’arrêt à un stop : 135 €
Remonter les files par la droite : 135 €
Circuler sous l’emprise de l’alcool (entre 0,25 et 0,4 mg/l d’air expiré) : 135 €
Vitesse inadaptée au regard des circonstances* : 135 €
Dépassement sans avertissement préalable : 135 €
Non-respect de la priorité de passage à l’égard des piétons : 135 €

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!
« Réponse #18 le: 23 mars 2024, 10:50:16 »
Un étudiant vivant à La Rochelle a eu la très mauvaise surprise de voir 400 euros bloqués sur son compte par l’administration, six mois après avoir été contrôlé à vélo avec des écouteurs dans les oreilles.

C’est une balade à vélo qui pourrait lui coûter très cher. Martin, étudiant rochelais de 23 ans, a eu la désagréable surprise de constater que la somme de 400 euros avait été bloquée sur son compte en banque au début du mois de mars, comme le raconte France Bleu La Rochelle.

Le jeune homme n’a, dans un premier temps, pas su dire ce qui lui arrivait. Mais il a fini par comprendre : six mois plus tôt, en août 2023, la police lui avait demandé de s’arrêter alors qu’il se déplaçait à vélo près du Vieux-Port de La Rochelle. Il a cru d’abord qu’il roulait peut-être trop vite, avant que les policiers ne lui expliquent le contenu d’un article précis du Code de la route datant de 2015 : il est interdit de conduire sur la voie publique un véhicule avec écouteurs, oreillettes ou casque sur les oreilles.

Martin, de bonne foi, explique qu’il ignorait ce détail de la loi. Il repart, sans se douter que l’histoire va lui revenir six mois plus tard. Faute d’avoir reçu ni amende, ni PV, ni courrier de relance, l’étudiant passe à autre chose… Jusqu’à cette retenue sur son compte bancaire survenue début mars. Un montant de 400 euros, correspondant à l’amende forfaitaire majorée, faute d’avoir payé dans les délais pour son infraction.

Mais Martin l’assure : il n’a jamais rien reçu, et rit jaune. "Ils n’ont pas été capables de trouver mon adresse, mais ils ont trouvé très vite mon compte en banque", raille-t-il auprès de la radio locale. Il se réserve aujourd’hui la possibilité de contester la majoration de son amende. En espérant que cette fois, la communication avec l’administration se fasse de façon plus fluide….

Source : https://www.ladepeche.fr/2024/03/21/je-nai-recu-aucun-pv-il-roule-a-velo-avec-des-ecouteurs-et-doit-payer-400-euros-damende-six-mois-plus-tard-11840147.php

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7086
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!
« Réponse #19 le: 23 mars 2024, 10:54:24 »
La municipalité de Toulouse fera entrer en vigueur un code de la rue, pour « apaiser » la cohabitation de plus en plus tendue entre voitures et cyclistes, surtout entre piétons et vélos. Une grande campagne de communication et des réunions publiques sont prévues.

La rue est à tout le monde mais pas n’importe comment. Fin 2023, début 2024, la ville de Toulouse, dont la population intra-muros a atteint le demi-million d’habitants, mettra en vigueur son code de la rue.

La cohabitation arrive à son comble essentiellement dans l’hypercentre entre les automobilistes et les cyclistes d’un côté, les piétons et les cyclistes de l’autre, sans oublier les trottinettes électriques et autres modes de transport. Résultat, les piétons se sentent de moins en moins en sécurité en arpentant les rues de la Ville rose.

Le nombre de cyclistes a augmenté de 77% entre 2016 et 2021
Un phénomène nouveau que la municipalité souhaite prendre en compte, alors que « le nombre de cyclistes a évolué de 77 % entre 2016 et 2011 », a rappelé hier le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole dont l’objectif est aussi d’atteindre « 80 % des rues limitées à 30 km/heure ».

« Nous avons doublé le budget vélo et pérenniser les pistes, pour autant cela ne veut pas dire que tous les Toulousains sont cyclistes ou ont vocation à l’être, ajoute Jean-luc Moudenc. Mais de nombreux piétons vulnérables nous font part de leur inconfort à se déplacer à pied. »

Pour le maire, la grande problématique des conflits d’usage se situe dans les « zones de rencontres », là où tout le monde se croise. À l’image de la rue d’Alsace-Lorraine, où tous les véhicules ont droit de passage au milieu de milliers de piétons.

Le respect des règles
« Cyclistes, automobilistes, motards, utilisateurs de trottinettes ou de scooters, transports en commun, livreurs et piétons sont amenés à partager, en bonne intelligence et respect des règles, un espace public qui évolue, explique la mairie. Les enfants doivent pouvoir aller à l’école à vélo ou à pied dans un environnement rassurant ; les aînés et les personnes à mobilité réduite se rendre dans leur commerce de proximité sans craindre la vitesse des véhicules individuels ».

La sécurisation des abords des écoles
Avec 35 000 élèves qui se rendent chaque jour en cours, la ville accentue ses dispositifs de sécurisation des abords de ses 210 écoles. Notamment, l’expérimentation lancée à la rentrée 2022 des rues scolaires à proximité de sept écoles : Falguière, Patte d’oie, Etienne Billières Viollet-le-Duc, Fabre, Daurat et Calas-Dupont, a expliqué l’adjointe au maire chargée de l’éducation Marion Lalane de Laubadère.

Selon Maxime Boyer, adjoint au maire chargé de la circulation, le code de la rue « rappellera les bonnes pratiques et les réglementations en vigueur, car c’est souvent de la méconnaissance, de même que la verbalisation sera renforcée ». L’adjoint annonce plusieurs réunions publiques, en mai, dans les quartiers de la ville pour sensibiliser la population.

Une grande consultation citoyenne
La ville de Toulouse organise en mai une consultation citoyenne pour débattre des modes de transport et de leur cohabitation. Pour participer à cette consultation citoyenne et aux ateliers, les inscriptions se feront dès le mardi 18 avril sur la plateforme jeparticipe.metropole.toulouse.fr  La plateforme sera ouverte jusqu’au 30 juin pour recueillir le plus grand nombre de contributions, indique la municipalité.

Plusieurs ateliers seront ouverts aux habitants : le 16 mai : salle Garonne (6 rue René Leduc); le 22 Mai : salle Osète (6 Rue du Lieutenant-Colonel Pélissier); le 23 mai : salle San Subra (4 rue San Subra); le 24 mai : salle polyvalente (3 place Guy Hersant); le 25 mai : Petit Capitole (153 avenue de Lardenne); le 26 mai : Maison de la Citoyenneté des Minimes (4 place du Marché aux cochons).