Auteur Sujet: Antenne SMUR, juste une équipe mobile d'assistance médicalisée en VLM & VLI  (Lu 125952 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Peut être que cela se fera un jour mais à ma connaissance ça n'existe pas.
Par contre des équipages privés médicalisés (avec médecin) ou paramédicalisés (avec infirmier) arment des ambulances pour des interventions secondaires adultes et pédiatriques depuis pas mal d'années maintenant.

Hors ligne MaxNY

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 21
  • Sexe: Homme
  • EMT-B, Aux. Ambulancier, PSE1&2
    • Voir le profil
c'est sur la base des first responders américains
Qui devraient s'appeler Last Responders car envoyés en derniers quand aucune ambulance n'est dispo ou pour preter main forte a une equipe ayant besoin d'aide....

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6749
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
APRES LE 15 , LE 911 . 23 Janvier 2011 Par luc terramorsi

Une commande politique du plus haut niveau de l'Etat est de substituer au modèle Français des Urgences pré hospitalières , les SAMU SMUR , le système Américain des paramédics.

Pour cela , il faut surtout ne pas l'annoncer avec des mots clairs , mais faire évoluer les institutions de santé de concert pour y arriver à pattes de velours , dans la douceur , toujours en rassurant.

C'est ainsi que les VLI sont apparues sur notre territoire depuis les années 2005 , et particulièrement sur la Cote d'AZUR où les Pompiers sont les plus dotés de France après la région Parisienne. Les VLI sont des véhicules rapides légers armés par des Infirmiers , en remplacement des VLM et SMUR , armés par des médecins spécialisés dans la réanimation préhospitalière.

Le modèle Français s'est pourtant imposé dans la moitié des pays industrialisés et a montré une nette supériorité , notamment versus le modèle Américain des PARAMEDICS pour les détresses respiratoires et cardio vasculaires, l'accidentologie.

L'argument est bien sur financier : les SAMU SMUR ont un coût , et ne rapportent pas d'argent à l'institution : ils permettent simplement de sauver des vies et d'éviter des handicaps.

Pour substituer un système à un autre , il faut des traîtres : des Médecins respectés par leurs Confrères pour leur brillant passé scientifique.....et qui sont devenus des administratifs aux ambitions politiques; c'est très efficace.Ils se réunissent en comités d'experts , en toute discrétion , et pour des motifs évoqués qui sont tout autres : les collègues une fois enfumés , les projets réels avancent tranquillement.

Ainsi , dans quelques départements Français , actuellement , si une victime appelle les secours , certains se verront pris en charge par des Infirmiers , d'autres par des médecins pour les mêmes motifs.

Le risque de perte de chances existe bien , ainsi que l'inégalité de l'accès aux soins , pourtant mis en exergue par la loi HPST. On marche sur la tête , c'est dangereux. Le public n'est pas averti.....

 Dr Luc TERRAMORSI  - Membre du CA de l'AMUF
Infos extraite du site -http://blogs.mediapart.fr/blog/luc-terramorsi/230111/apres-le-15-le-911

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
    • Voir le profil
Je pense qu'il serait judicieux d'accoler ici la réponse de l'ANISP à ce torchon, et rappeler les motivations qui guident l'AMUF dans leurs guerres perpétuelles avec le reste du monde :


"Monsieur le président de l’AMUF
Messieurs les administrateurs de l’AMUF, 
 
Messieurs,
 
C’est avec une grande attention que nous avons lu votre communiqué de presse
concernant, une fois de plus, les infirmiers de sapeurs-pompiers. Puisque nous sommes la
cible de vos propos, vous nous permettrez cette réponse.
 
Tout d’abord acceptez nos félicitations pour la qualité de votre discours démagogique
et suffisamment alarmiste (peut-être un peu trop classique à force). Vous jouez parfaitement
votre rôle d’association syndicale caricaturale pour susciter des adhésions mais n’attendez
pas d’obtenir celle de la population contre les ISP, il y a peu de chance que cela fonctionne.
 
En effet, personne n’est dupe et même dans les rangs des urgentistes cœur de cible
de vos adhérents, tout le monde sait que celui qui a la charge d’adapter la réponse à l’appel
de détresse est bien le médecin régulateur. L’envoi d’un ISP n’empêche en rien l’envoi d’un
SMUR surtout quand le centre de décision est au CRRA 15. 
Quel médecin régulateur, sous prétexte que le CTA déclenche une VLI en départ
réflexe de proximité, retiendrait une équipe SMUR disponible à sa base s’il sait que la
réponse adaptée à la situation est médicale ? Vous savez donc pertinemment que lorsque
vos collègues urgentistes au CRRA 15 sollicitent l’envoi d’une VLI au CTA c’est que la
réponse la plus appropriée est paramédicale ou qu’il y a carence de SMUR.
 
Alors oui nous partageons vos inquiétudes quand à la fermeture des SMUR. Les ISP
sont un maillon complémentaire entre la prise en charge secouriste et la médicalisation.
Nous connaissons nos forces et nos limites en tant que professionnels responsables et ne
croyiez pas que nous sabrons le champagne à chaque évocation de fermeture ou de
diminution des ressources médicales pré hospitalières. C’est bien le contraire. 
 
Dans la mission partagée de l’AMU entre les SAMU et les SSSM des SDIS2, c’est
bien la complémentarité que nous recherchons et cette complémentarité revêt un triple
aspect :
- Territorial : La globalité du territoire départemental doit être couverte, de manière
équitable pour l’ensemble de nos concitoyens, par une réponse médicale à l’urgence
respectant les délais fixés par le CODAMUPS. Cette réponse doit s’articuler autour
des SMUR, des médecins du SSSM, des médecins correspondants SAMU et des
Infirmiers de sapeurs-pompiers. Le tout  en respectant les délais édictés, l’égalité
d’accès aux soins, la notion de continuité de service, principes fondateurs du service
public et en introduisant la notion d’efficience qui peut passer par l’absence de
médecin dans des cas identifiés et précis.
 
- Technique : Les prérogatives des secouristes se sont développées au sein des SDIS
(notamment grâce aux SSSM) pour un bénéfice dans la prise en charge des victimes
mais l’écart est encore trop grand entre ces gestes et la médicalisation pratiquée par
les SMUR. Il existe en effet de très nombreuses interventions ne nécessitant pas une
équipe de réanimation mais pour lesquels les secouristes et les ambulanciers sont
désarmés. Il s’agit par exemple de la prise en charge de la douleur dans certains cas
de chute ou de traumatisme, de cas précis d’interruptions de traitement et notamment
en cas de crise naissante, des corrections de certains troubles métaboliques évidents
(hypoglycémie)…L’infirmier offre alors une alternative à la médicalisation efficace et à
moindre coût pour la collectivité
 
- Numéraire : La diminution de la ressource médicale, le vieillissement de la
population, le désengagement de certains médecins dans le cadre de la permanence
des soins ainsi que l’augmentation du nombre de transferts inter hospitaliers ont un
impact réel sur la disponibilité des SMUR. Cette situation aboutirait largement à une
sous prise en charge médicale ou un retard important d’accès à la médicalisation
sans la présence d’un infirmier de sapeurs pompiers réalisant des protocoles. Enfin,
les exemples ne manquent pas concernant l’aide à la médicalisation où, le temps
d’une intervention, l’ISP intègre l’équipe de SMUR pour permettre la prise en charge
de plusieurs victimes simultanément
 
Nous observons par contre une divergence sur la généralisation volontaire de vos
propos. 
En effet, plusieurs départements sont touchés par les diminutions de lignes de SMUR
financées par les ARS lorsqu’ils n’atteignent pas un quota de sorties suffisant alors même
que les SDIS n’ont pas mis en œuvre de VLI ou d’ISP sur leur secteur de premier
appel. Il n’y a donc pas de lien de cause à effets. L’origine est ailleurs et vous le savez très
bien.
Si votre soucis est d’alerter la population sur les carences de son système de soins et
de secours, ne vous trompez pas de cibles. Vous savez pertinemment que nous avons tous
une place dans la réponse adaptée que vous avez cautionnée en participant et validant les
travaux de la commission quadripartite aboutissant au référentiel SAP-AMU3.
 
Nous avons l'habitude de vous lire accuser le SSSM et ses ISP de nombreux maux
mais allez-vous aussi bientôt nous mettre sur les épaules la faim dans le monde, les prises
d’otage de Français au Niger ou encore le réchauffement climatique ?
Merci de modérer vos propos et notamment en les argumentant sérieusement, car
vous jouez dangereusement sur le terrain de la diffamation et de la calomnie. 
 
Veuillez recevoir, Monsieur le Président et messieurs les administrateurs,
l’expression de nos cordiales salutations.
 
 
Stéphane ROCH "
 

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Voir le profil
    • Formation Ambulancier
L’hôpital de Saint-Yrieix accueille désormais une antenne du service mobile d'urgence et de réanimation, ce nouveau service d'urgences est officiellement lancé. Il va améliorer la prise en charge d'urgence aux confins de la Haute-Vienne, de la Corrèze et de la Dordogne.
L’équipe est un peu allégée : à bord, pas d’ambulancier, juste un médecin urgentiste et une infirmière. Le transport des patients reste assuré par les pompiers ou les ambulances privées.
Laministre de la Santé, Marisol Touraine, avait rappelé l'engagement du président de la République : « garantir l'accès de tous les habitants de l'hexagone à un service d'urgence situé à moins de 30 km de son domicile».
En célébrant hier, l'acte de naissance de l'antenne SMUR de Saint-Yrieix, Philippe Calmette, le nouveau directeur de l'Agence Régionale de Santé du Limousin (ARS), rappela cet enjeu majeur de santé publique, inscrit notamment dans le plan Régional de Santé.

http://limousin.france3.fr/2012/10/05/l-hopital-de-saint-yrieix-accueille-desormais-une-antenne-du-service-mobile-d-urgence-et-de-reanimation-117131.html


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6749
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
St Yrierx c'est la banlieue de Limoges !!
Si le SAMU décentralise c'est que les voies de communication pour accéder rapidement aux victimes sont saturées ??
Pourquoi le transports est assuré uniquement par les pompiers ? ... pas de bon AP  sur les lieux ??

Cependant Limoges ne semble pas être le seul CH qui se décentralise en antenne

Le SMUR 66 est constitué d'équipes mobiles de secours qui peuvent se déplacer sur le lieu de détresse (transport primaire) ou bien assurer le transport médicalisé entre deux établissements (transport secondaire). Actuellement 3 équipes mobiles sont mobilisées pour le SMUR de Perpignan et une équipe pour l'antenne de Cerdagne.
Le département des PO étant constitué d'un territoire en "long" et Perpignan se trouvant en plaine au bord de mer et la cerdagne dans le piémont pyrénéen cela se conçoit d’avantage afin d'être plus proche des patients.

Le Smur de Bar-sur-Aube... comment on a échappé à sa disparition
http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/smur-comment-on-a-echappe-a-sa-disparition

Le CH de Châteauroux aussi ...

Hors ligne Jolin0565

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 3
  • Sans Profession
    • Voir le profil
belle idée ça me fait un peu penser au binome que les sp envoient.