Auteur Sujet: Au secours de la forêt  (Lu 7579 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne gendy

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 864
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • www.sos112.fr
Au secours de la forêt
« le: 15 juin 2004, 09:39:17 »
En forêt, toute l’année, il est interdit de fumer ou de faire du feu  >:(
Citer
Vous risquez
    de déclencher un départ de feu très vite immaîtrisable;
    de vous retrouver face à un incendie de grande ampleur sans trouver rapidement une zone de protection;
    de subir de grave dommages.

Vous connaissez le code
    Toute l’année en forêt, il est interdit de fumer et de faire du feu;
    Toute l’année, le code forestier interdit de « porter ou d’allumer du feu à l’intérieur et jusqu’à 200 m des bois, forêts, plantations, landes et maquis ». Ces dispositions s’appliquent également pour l’interdiction de fumer en forêt.

Allumer une cigarette ou un feu de camp est passible d’une amende de 135 € qui sera aggravée en cas de responsabilité de dégâts à autrui. Les auteurs même involontaires d’un incendie sont systématiquement recherchés et poursuivis.
http://www.prevention-incendie-foret.com/pratiques-a-risque/en-foret-interdiction-de-faire-feu

En région Méditerranéenne, le feu de forêt est un phénomène ancien et récurrent qui a largement orienté l’évolution et la dynamique de la forêt et des espaces naturels. Qualifiées de « pyrophytes », certaines plantes comme les Cistes ou les Pins peuvent favoriser les incendies. Plus préoccupants sont les grands feux de forêt qui impactent durablement les paysages et les passages répétés des incendies qui laissent place à des formations non arborées. Avec le changement climatique, le régime des feux sera probablement aggravé.

Tous les acteurs de la lutte contre les incendies de forêt sont sur le pied de guerre en Provence à la veille "d'une saison qui s'annonce difficile", comme l'a souligné lundi à Marseille le président de la Région.

Sapeurs-pompiers, comités de feux de forêt, Office national des Forêts, élus, propriétaires fonciers, services de l’État, soit quelque 150 personnes, étaient réunis au siège du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA). Avec deux maîtres mots : débroussaillement, une "mesure prioritaire par excellence", selon les intervenants, et information renforcée du public.

L'an dernier, 25.000 hectares de forêts ont brûlé en PACA, ce qui n'avait plus été le cas depuis les grands incendies du début des années 1990, et 9.000 heures de vol d'avions bombardiers d'eau ont été répertoriées, "un record historique", a relevé le préfet de région, Christian Frémont.

En ce début d'été 2004, chacun juge la situation "inquiétante".

Pour Jacqueline Bidet, de Météo-France, "la région, qui n'a pas connu de pluie depuis cinq semaines, connaît un dessèchement très important, notamment dans le sud du Vaucluse, le Var, les Bouches-du-Rhône et les Hautes-Alpes".

En outre, de nombreux végétaux sont très inflammables depuis la sécheresse de 2003. Les zones à surveiller particulièrement sont le massif des Maures, l'Esterel et le Tanneron, a précisé Mme Bidet.

En matière de débroussaillement obligatoire, certaines communes, comme Plan-de-la-Tour (Var) ont adopté une attitude volontariste, en engageant dès février 2003 des réunions publiques de sensibilisation, suivies de visites-conseil aux propriétaires, puis de contrôles de janvier à mai 2004.

A ce jour, une expertise a permis d'établir que 90% des propriétaires de la commune avaient réalisé les travaux demandés.

Jacky Gérard, président de l'Entente interdépartementale pour la protection de la forêt contre l'incendie, s'est inquiété de la charge financière pour les petites communes qui ont des surfaces boisées importantes. "La sensibilisation des élus est en cours, mais il n'y a pas d'aide supplémentaire et il me semble qu'il serait opportun d'y ajouter des moyens", a-t-il plaidé.

Le préfet de région a souligné pour sa part qu'il avait demandé aux services de l'Etat de "donner l'exemple" pour que les abords des routes, des lignes électriques, des voies ferrées soient débroussaillées.

L'accent a également été mis sur l'information du public, partant du constat que plus de la moitié des départs de feu sont dus à l'imprudence et pourraient être évités.

Dans le cadre de la campagne de prévention 2004, 4.500 kits pédagogiques ont été distribués dans les écoles. Sont prévus également des messages radio et des documents sur les imprudences à ne pas commettre (jets de mégots, barbecues, etc...) distribués dans les mairies, les sites d'informations touristiques, les péages autoroutiers ou encore les boulangeries.

"Pas plus que je ne peux mettre un CRS derrière chaque automobiliste, je ne peux placer un pompier derrière chaque citoyen", a observé le préfet de région.

AFP 14/06/2004 - 18:16

Hors ligne Indien

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 58
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier
    • Voir le profil
    • http://hautes.alpes.secours.free.fr
Re : Au secours de la forêt
« Réponse #1 le: 18 juin 2004, 16:37:59 »
Salut, en parlant de feux, à l'heure actuelle 200 pompiers sont sur le 1er incendie de l'année à Marseille. Courage les gars, ont pense à vous.

Citer
L’année 2015 devrait être, d’après les meilleurs experts en météorologie et risques naturels majeurs, l’année de tous les dangers. Les données établies par les spécialistes et les nombreuses inondations dans le Sud de la France ces dernières années, prouvent que le climat change.
L’automne va nous faire prendre l’eau, et l’été va nous brûler en commençant par nos forêts.
Tous le savent donc, des primo-intervenants que sont les sapeurs-pompiers jusqu’au plus hautes autorités de notre pays. Il nous faut une politique forte en termes de prévention, de gestion des forêts, d’urbanisme et d’aménagement du territoire alors que les moyens de lutte contre le feu de forêt ont sans doute atteint leurs limites face aux contraintes économiques.

Hors ligne atlas

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 157
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Au secours de la forêt
« Réponse #2 le: 20 juin 2004, 07:17:11 »
C'est surement moins spectaculaire mais j'en suis à mon troisième feu ce mois ci en Bretagne  :(

PRÉVENTION : TU FUMES, ÇA BRÛLE... A PIED OU EN VOITURE SUR LA ROUTE, PAS DE MÉGOTS... "MAL" ÉTEINT comme disent les journalistes  >:(
Citer
Risque incendie sur la route, attention aux mégots de cigarette !
Sur le bas côté de la route, un mégot peut enflammer les herbes sèches. L’incandescence de la cigarette, la végétation et le vent sont les conditions réunies pour un départ de feu très rapide.
Dans l’inconscient collectif, le mégot qui embrase la forêt est une chose impossible, pourtant il est à l’origine de nombreux incendies majeurs.
Le risque !
    Votre mégot peut se retrouver sur le bas côté de la route, où les herbes sèches sont un facteur de départ de feu.
    Aussi, évitez de stationner sur les zones herbeuses. Le pot catalytique du véhicule très chaud, peut provoquer un incendie.

Je connais le code ?
Toute l’année, il est interdit de jeter des objets incandescents sur les voies et leurs abords qui traversent les zones boisées, maquis et garrigues.
J’anticipe
Je stationne toujours de façon à ne pas gêner les secours.
Face au feu :
    Je rebrousse chemin, je m’éloigne du feu.
    En cas d’impossibilité, je ne sors jamais du véhicule, je ferme les vitres et j’allume les phares. Ne coupez pas le moteur pour pouvoir repartir dès que possible.
Les sanctions & Responsabilité !
    Les auteurs, même involontaires d’un incendie sont systématiquement recherchés et poursuivis.
    Les auteurs d’un départ de feu par imprudence, peuvent être sanctionnés. Ils peuvent être passibles d’une amende de 3750€ et d’un emprisonnement de 6 mois.
    Ces sanctions peuvent être aggravées si les dégâts causés à des tiers sont importants. Ne pas se déclarer en cas de responsabilité d’un incendie par négligence, est un délit pour inaction fautive, lourdement condamné.

http://www.prevention-incendie-foret.com/pratiques-a-risque/risque-incendie-route-megot-cigarette

Il peut se retrouver sur le bas côté de la route, où la présence d'herbes sèches favorise les départs de feu.  :(

Sachez que toute l'année, il est interdit de jeter des objets incandescents sur les voies et leurs abords et les automobilistes surpris à jeter sur la route leur mégot peuvent être verbalisés (135 € et ce n'est pas cher... vu le cout des incendies) par les agents assermentés (gendarmerie, police, ONF...), simplement en relevant leur numéro d'immatriculation.

Par ailleurs, les auteurs d'un départ de feu par imprudence, peuvent être sanctionnés d'une amende de 3750 € et d'un emprisonnement de 6 mois.  :-\
Ces sanctions peuvent être aggravées si les dégâts causés à des tiers sont importants.

En outre, j'évite de stationner sur les zones herbeuses car le pot catalytique du véhicule très chaud, peut provoquer un incendie.D'ailleurs je stationne toujours de façon à ne pas gêner les secours. Les gendarmes, les forestiers et les sapeurs pompiers vous remercient de partager ce message !!!

Hors ligne Yama9422

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 252
  • Sexe: Homme
  • Secouriste CRF 94
    • Voir le profil
    • http://leperreux.croix-rouge.fr/index.php
Re : Au secours de la forêt
« Réponse #3 le: 01 novembre 2004, 16:40:46 »
Un site très bien fait et super intéressant.. à consulter d'urgence  :D
Des "business angels" d'un nouveau genre donnent un coup de pouce à l'industrie du bois, l'un des secteurs avec le déficit commercial le plus important du pays.

Pour aider l'industrie du bois en difficulté, quoi de mieux que les propriétaires forestiers eux-mêmes? Avec 4 millions d'euros investis en quatre ans, ces nouveaux "business angels" donnent un coup de pouce à la filière, des scieries à la chimie verte. Le projet est parti d'un constat : l'industrie du bois, qui emploie 450 000 personnes, est l'un des secteurs avec le déficit commercial le plus important du pays. Car la France exporte beaucoup de bois brut vers l'étranger, avant d'en réimporter une partie sous forme de meubles et de parquets, perdant au passage la valeur ajoutée. En cause notamment, la Chine, qui multiplie les achats de bois brut hexagonal depuis quelques années. "Il faut que la compétitivité des industriels français leur permette de rattraper le différentiel de main-d'oeuvre.
Il faut plus d'investissements et mieux", affirme Henri Plauche-Gillon, président de la Fédération des forestiers privés de France. D'où l'idée, lancée en 2010 par les forestiers privés, d'investir eux-même dans les entreprises du secteur, pour les aider à devenir plus performantes. L'association Forinvest Business Angels était née.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Au secours de la forêt
« Réponse #4 le: 17 juillet 2017, 18:56:11 »
Risque incendie sur la route, attention aux mégots de cigarette !
Sur le bas côté de la route, un mégot peut enflammer les herbes sèches. L’incandescence de la cigarette, la végétation et le vent sont les conditions réunies pour un départ de feu très rapide.
Dans l’inconscient collectif, le mégot qui embrase la forêt est une chose impossible, pourtant il est à l’origine de nombreux incendies majeurs.
Le risque :
    Votre mégot peut se retrouver sur le bas côté de la route, où les herbes sèches sont un facteur de départ de feu.
    Aussi, évitez de stationner sur les zones herbeuses. Le pot catalytique du véhicule très chaud, peut provoquer un incendie.
Je connais le code
Toute l’année, il est interdit de jeter des objets incandescents sur les voies et leurs abords qui traversent les zones boisées, maquis et garrigues.
J’anticipe
Je stationne toujours de façon à ne pas gêner les secours.
Face au feu
    Je rebrousse chemin, je m’éloigne du feu.
    En cas d’impossibilité, je ne sors jamais du véhicule, je ferme les vitres et j’allume les phares. Ne coupez pas le moteur pour pouvoir repartir dès que possible.

Les sanctions & Responsabilité
    Les auteurs, même involontaires d’un incendie sont systématiquement recherchés et poursuivis.
    Les auteurs d’un départ de feu par imprudence, peuvent être sanctionnés. Ils peuvent être passibles d’une amende de 3750€ et d’un emprisonnement de 6 mois.
    Ces sanctions peuvent être aggravées si les dégâts causés à des tiers sont importants. Ne pas se déclarer en cas de responsabilité d’un incendie par négligence, est un délit pour inaction fautive, lourdement condamné.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Au secours de la forêt
« Réponse #5 le: 17 juillet 2017, 18:59:59 »
Face au feu : les bons comportements :P
Des réflexes sûrs et adaptés peuvent vous éviter erreurs, surprises et drames au passage de l’incendie…
    Stress. Tous les témoignages le confirment, le feu arrive souvent plus vite qu’on ne le croit. Il génère alors peur et angoisse quand il ne provoque pas des crises de panique. Garder votre calme sera plus facile si vous avez bien anticipé la situation : n’hésitez pas à simuler avec votre famille l’arrivée d’un feu en répétant les gestes à effectuer.
    Autoprotection. Bien préparés, votre maison et ses abords sont le plus sûr moyen pour assurer la sécurité de vos proches.
    Lutte. N’oubliez pas qu’en cas de gros incendie, les sapeurs-pompiers ne peuvent défendre chaque maison, et qu’il est possible que vous soyez seuls lors du passage du feu.
    Confiné ou évacué. Si votre propriété n’est pas conforme aux règles et prescriptions du chapitre précédent, vous devrez évacuer votre habitation bien à l’avance sans gêner les opérations de lutte et en n’emportant que le strict minimum. Si votre propriété est débroussaillée réglementairement, vous pouvez vous confiner à l’intérieur de votre habitation. Dans tous les cas, suivez les instructions données par les personnes habilitées (gendarmerie, police, pompiers).

    L’expérience prouve que les victimes se comptent le plus souvent parmi les personnes surprises par le feu lors de leur déplacement. Lors d’un incendie, pour vous et vos proches, votre construction traditionnelle dont les abords sont correctement débroussaillés reste votre meilleure protection. Le confinement doit donc rester la règle et l’évacuation devenir l’exception.
    Inquiétez-vous de vos voisins. Personnes âgées ou seules peuvent avoir besoin de votre aide ou de votre protection.

Source http://www.prevention-incendie-foret.com/conseils-pratiques/face-au-feu-gestes-et-conduite-a-tenir

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Au secours de la forêt
« Réponse #6 le: 17 juillet 2017, 19:02:52 »
Emploi du feu et règlementation  8)
Il est interdit à toutes personnes autres que les propriétaires de terrains boisés ou non et les ayant droit de ces propriétaires, de porter ou d’allumer du feu sur ces terrains et jusqu’à une distance de 200 m des bois, forêts, plantations, reboisements ainsi que des landes, maquis et garrigues ayant été parcourus par des incendies.
Sommaire
    L’usage du feu est strictement règlementé
    Les arrêtés préfectoraux par département
    Les sanctions encourues

Une réglementation spécifique concerne l’emploi du feu pour les travaux de prévention des incendies de forêt (brûlage dirigé et incinération) effectués par l’Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements ou leurs mandataires tels que l’ONF et les SDIS ainsi que les associations syndicales autorisées. Il en est de même de l’usage du feu pour les nécessités de la lutte contre les incendies (feux tactiques).
L’usage du feu est strictement réglementé  8)
Le préfet peut réglementer, par arrêté préfectoral, l’usage du feu, que ce soit par les propriétaires et leurs ayants droit, ou toute autre personne. C’est le cas pour chacun des départements de la région PACA.
Les arrêtés préfectoraux relatifs à l’emploi du feu y instaurent différentes périodes, à des dates fixes ou en fonction du niveau de risque (dans certains départements, lorsque le vent est supérieur à 40 km/h), au cours desquelles doivent être respectées des prescriptions plus ou moins rigoureuses.

Concernant les mesures applicables aux propriétaires et à leur ayants droit, les préfet peuvent :
    interdire d’allumer ou de porter du feu
    réglementer l’emploi du feu à l’intérieur et jusqu’à une distance de 200 m des bois, forêts, plantations, reboisement ainsi que des landes, maquis et garrigues ayant été parcourus par des incendies. Ainsi l’emploi du feu peut être soumis à une déclaration préalable en mairie ou une demande d’autorisation auprès du maire.
Ces mesures ne peuvent s’étendre en aucun cas aux habitations, à leurs dépendances ainsi qu’aux chantiers, ateliers ou usines, sous réserve de l’observation des prescriptions édictées par l’autorité publique.
Concernant les mesures applicables à toute personne, les préfets peuvent :
    réglementer l’incinération de végétaux sur pied à moins de 200 m des bois, forêts, plantations, reboisements ainsi que des landes, maquis et garrigues ayant été parcourus par des incendies.
    interdire de fumer sur ces terrains, cette interdiction s’appliquant également aux usagers des voies publiques traversant ces terrains.
    interdire, en cas de risque exceptionnel d’incendie, l’apport sur ces terrains d’allumettes et de certains appareils porteurs de feu.

Certains des arrêtés préfectoraux instaurent, dans certaines forêts accueillant le public, des foyers spécialement aménagés où il est autorisé, sous certaines conditions, d’employer le feu. Les arrêtés préfectoraux réglementant l’emploi du feu sont consultables en mairie et en préfecture. Ils peuvent également être téléchargés sur le site de la préfecture ou celui de l’Observatoire de la forêt méditerranéenne (www.ofme.org)

Source  http://www.prevention-incendie-foret.com/connaitre-les-regles/emploi-du-feu-et-reglementation

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Au secours de la forêt
« Réponse #7 le: 18 juillet 2017, 09:35:04 »
7 idées reçues, 7 préjugés à oublier !
    « La forêt dans notre région, ce n’est pas l’aviateur, le pompier, qui la sauvera, c’est l’opinion publique. »
    Francis ARRIGHI Préfet en charge de la création de l’Entente pour la forêt

    La faute à la forêt !
    Ce ne sont pas les arbres et les résineux qui provoquent des incendies. C’est la main de l’homme, car 95% des incendies ont une origine humaine. Il n’y a pas de combustion spontanée avec la résine des pins; il n’y a pas non plus de départs de feu à cause des frottements des branches comme on peut parfois l’entendre !
    Des secteurs à l’abri !
    Ce n’est pas parce que le feu n’est pas passé de mémoire de résident qu’il n’a pas de probabilité de se produire. Avec le réchauffement climatique, la certitude augmente si l’on ne fait rien pour l’éviter.
    Des incendies moins nombreux !
    Bien que l’on enregistre depuis une vingtaine d’années une baisse des départs de feu pour les incendies de forêt, ils restent cependant à des niveaux importants proches d’une moyenne annuelle de 2500. Mais il ne faut pas oublier les feux qui se déclenchent dans l’espace périurbain et qui sont stoppés avant de menacer une forêt : ceux là sont en progression et toujours plus nombreux.
    Un risque qui ne s’aggrave pas !
    L’urbanisation et l’étalement urbain qui progressent, modifient la géographie des villes, des campagnes et des espaces naturels. De plus en plus de forêts sont en contact avec des quartiers en périphérie. Cela a pour conséquence un risque augmenté et une menace plus forte de départs de feux. Les bilans et les dégradations seront certainement aussi plus lourds à l’avenir.
    Beaucoup de causes naturelles !
    La foudre est la seule cause naturelle de départs de feu. Selon les départements, elle est à l’origine de 4 à 8% des départs. Problématique car pouvant se produire au cœur des massifs dans des secteurs sans points d’accès, elle n’occasionne cependant que de « petits » incendies en raison des conditions météo plutôt humides qui l’accompagne.
    Les incendiaires, les seuls coupables !
    Les mises à feu volontaires sont estimées à 40% des causes. Ils ne sont donc pas majoritaires même si ces mises à feu sont souvent provoquées lors de conditions défavorables. La vengeance ou la volonté de nuire sont les moteurs de ces personnes qui sont activement recherchées par les équipes en charge des enquêtes post incendie.
    Des sapeurs pompiers toujours là !
    Les maisons, camping, plages sont des nombreux points sensibles quand l’incendie se déclare et pend de l’ampleur. Mais les forces de la lutte bien que déjà forts nombreuses ne sont pas en capacité de défendre chaque maison, chaque quartier. Leurs doctrines c’est de compter sur les secteurs bien débroussaillés pour mettre en sécurité les personnes et lutter contre les développements catastrophiques de l’incendie.

Accès en forêt
    En période de danger incendie et selon les conditions météo, certains massifs peuvent être fermés et l’accès, la circulation, la présence et les travaux interdits. Chaque département prescrit sa propre règlementation sur des périodes pouvant couvrir 4 mois à compter du 1er juin de l’année. Des répondeurs et des sites de préfectures peuvent vous renseigner au quotidien.

Bien connaître les mécanismes du feu et les comportements de l’incendie peuvent vous éviter bien des difficultés.
Rappelez-vous qu’à proximité d’un incendie, vous êtes en danger car vous êtes exposé à des températures et des fumées intenses et à un phénomène ultra rapide.