Auteur Sujet: Bravo  (Lu 4451 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne SMUR

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 1384
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier-SMUR
    • Voir le profil
Bravo
« le: 15 avril 2008, 00:24:48 »
 Voilà un acte qui mérite reconnaissance , voyez plutôt ... :

 Il n'y a pas que sur le terrain que les sapeurs-pompiers réalisent des miracles. Cet article rend hommage au travail réalisé, dans l'ombre, par les opérateurs des CTA. Récit d'un sauvetage d'une fille de 5 ans par téléphone.

Le 26 mars dernier à Evreux, l'après-midi se termine au centre de traitement de l'alerte de l'Eure lorsqu'une demande de secours arrive aux oreilles de l'opérateur :
Un enfant ne respire plus car ses voies aériennes sont obstruées par un morceau de crêpe. Entre l'alerte et l'arrivée des secours sur place, il s'est écoulé 16 minutes. L'opérateur va garder en ligne la famille jusqu'à l'arrivée de ses collègues sur place. Nous vous proposons de vivre ci-dessous ces 16 minutes d'une grande intensité :

17h42'05''
L'opérateur : « Urgence pompiers ».
Le requérant (en pleurs) : « Ma fille est en train de s'étouffer ».
Dans quelle ville vous êtes, votre adresse exacte ?
Hameau (...), commune de Fourges, [rue et numéro dans la rue].
(L'opérateur insiste sur le nom du hameau pour écarter le risque de confusion avec le nom identique d'une commune.)
Elle a quel âge ?
Elle a 5 ans, elle est presque bleue, je ne sais pas comment l'aider.
Elle s'est étouffée avec quoi ?
Avec de la crêpe, elle ne réagit plus du tout.
Avez-vous des notions de secourisme ?
Un petit peu, dites-moi...
Vous connaissez la méthode de Heimlich ?
Non dites-moi...
Vous la prenez contre vous, vous mettez vos deux poings sous son thorax et vous appuyez fortement en remontant. Vous faites ça et je reste en ligne. Les pompiers de Gasny partent au moment où je vous parle...
(L'opérateur demande a un collègue de prévenir le Samu pour l'engagement d'une équipe médicale.)
La maman prend le téléphone à son tour en criant : « Venez vite, elle est en train de mourir ! »
Madame les pompiers de Gasny sont partis (et il confirme l'adresse) - c'est bien ça ?
Oui c'est ça...
Bon, elle est comment là ?
Elle est bleue, elle ne respire plus, elle a une crêpe dans sa gorge. Est-ce que l'on peut souffler dans son corps ?
Est-ce que votre mari fait ce que je lui ai demandé de faire ?
Oui, il est en train de lui donner de l'air...
Qu'il lui mette des claques dans le dos entre les deux omoplates...
Oui, des claques dans le dos, il faut que ça sorte...
Est-ce qu'elle réagit ?

Non, on dirait qu'elle est morte...
Je vous répète, il la met sur ses genoux, le ventre contre ses genoux, et il lui tape fortement entre les deux omoplates. Est-ce qu'il le fait ?
Non il lui fait du bouche à bouche pour lui donner de l'air...
Non, des claques dans le dos, il la met sur ses genoux...
(On entend les claques associées à des encouragements.)
Allez allez, ah ça y est, il y a quelque chose qui sort !
Dès que la crêpe sort, vous me le dites...
Ç a y est c'est sorti.
Bon, si c'est sorti, vous la mettez sur le dos...
Ah, il en reste encore...
Vous continuez alors...
Ç a y est, la crêpe est sortie.
Maintenant vous la mettez sur le dos et vous lui faites du bouche-à-bouche...
Il y a encore quelque chose qui sort... oh mon dieu, c'est pas vrai...
Il faut absolument lui retirer tout ce qu'elle a dans la bouche.

L'espoir reprend le dessus
A 17h46'30'', soit 4 minutes et 25 secondes après le début de l'appel, l'espoir reprend le dessus sur l'angoisse et la peur...

Houai elle commence à respirer, oui, je crois qu'elle recommence à respirer...
Madame, calmez-vous, les pompiers de Gasny vont arriver, est-ce qu'elle respire là ?
Oui, oui, elle commence à respirer (la maman de nouveau en pleurs)...
Est-ce qu'elle réagit ?
(On entend le père qui confirme qu'elle a repris sa respiration.)
Bon, très bien, vous êtes sûre qu'elle respire ?
Elle a les yeux ouverts et elle respire un peu... elle a un regard bizarre, et il lui donne de l'air...
Est-ce qu'elle peut cracher ?
Non, elle ne peut pas... Est-ce qu'il lui donne de l'air ?
Est-ce qu'elle respire toujours ?
Oui, oui, elle respire.
Bon, alors vous la mettez sur le côté... Elle n'est plus bleue, elle reprend des couleurs ?
Oui, elle respire mais difficilement, et elle est sur le côté. Attends, je vais voir si c'est les pompiers qui arrivent...
Les pompiers de Gasny arrivent Madame, ils sont sur la route...
J'espère qu'ils vont arriver vite ?
Ne vous inquiétez pas Madame, ils connaissent et ils ont des plans, on reste en ligne jusqu'à ce qu'ils arrivent, d'accord ?
Oui, oui. D'accord.
Elle est comment là ? Elle est habillée comment, avec un pantalon ?
Oui, oui, elle a un pantalon.
Vous lui desserrez son pantalon Madame, et tout ce qui peut la serrer, le col aussi...
Il y a un peu de sang qui sort de sa bouche...
Oui c'est normal, ne vous inquiétez pas, vous avez fait le plus gros travail. C'est elle que j'entends gémir derrière ?
Oui. (La mère sanglote à nouveau.)
Très bien, calmez-vous, c'est très bien. Est-ce qu'elle est toujours sur le côté ?
Oui, oui, mais elle respire difficilement.
Essayez de lui parler.
Mais elle ne répond pas, elle a les yeux ouverts.
Est-ce qu'elle a repris des couleurs ?
Heu, oui...
Elle n'est plus bleue ?
Non, non...
Vous avez fait du bon travail Madame.
Oui, mais je pense qu'elle a besoin d'aide.
Les pompiers arrivent ainsi qu'une équipe médicale avec un médecin, il faut leur laisser le temps de faire la route...
(L'adresse est reconfirmée une nouvelle fois.)
Il y a combien de kilomètres entre Gasny et Fourges ?

4 ou 5, mais c'est de la petite route.
Ils devraient être là d'ici 2à 3 minutes... C'est elle que j'entends derrière ?
Oui, elle commence à pleurer.
Si elle pleure, c'est qu'elle respire et que ça va mieux... vous ne lui donnez rien à boire surtout... Votre mari est près d'elle ?
Oui, c'est mon mari qui s'occupe d'elle.
(Pendant quelques instants, la mère n'écoute plus l'opérateur, puis elle reprend la parole.)
Qu'est-ce que c'est long...
C'est toujours long quand on attend. Vous avez appelé il y a maintenant 8 minutes, ils vont arriver, ne vous inquiétez pas. Elle pleure, c'est bon signe.
Elle a les yeux fermés.
Demandez-lui d'ouvrir les yeux. Et ne vous inquiétez surtout pas, vous avez fait le plus gros. Vous l'avez couverte avec une couverture ?
Oui, mais qu'est-ce que c'est long...
Les pompiers arrivent et une équipe médicale de Vernon.
Ah, mais Vernon, c'est loin, c'est à un quart d'heure d'ici.
C'est les pompiers de Gasny qui arrivent, et le médecin du Samu de Vernon. Ils font très vite, ils ont des voitures puissantes. Et puis rassurez-vous, on a fait ce qu'il fallait, ok ?
Ah je les entends ! Je vais me mettre devant pour leur faire signe, je les entends au loin. Nous sommes très choqués...
Il faudra féliciter votre mari, Madame par contre.
Oui et vous aussi.
C'est normal, elle est sauvée, c'est le principal. Quand un pompier arrive, vous lui passez votre téléphone, je veux lui parler.
(L'opérateur entend les 2 tons au loin.)
Ils sont loin, il faut leur dire que nous sommes à la sortie du hameau en direction de (...).
Ok, je leur précise...
(L'opérateur s'exécute sans tarder et transmet l'info par radio au VSAB Gasny qui se présentera moins d'une minute plus tard. L'opérateur décrit en deux mots la situation de départ et son évolution, le chef d'agrès lui confirme que la petite fille est « en état de choc mais ça a l'air d'aller »).

Une issue heureuse !
La petite victime a été transportée dans un état grave mais vivante vers un hôpital parisien. L'opérateur, pour sa part, après avoir « mouillé sa chemise » durant ces 16 minutes intenses, ira évacuer le stress. Il a su instaurer une véritable confiance entre le demandeur en pleine détresse et l'opérateur qui détient à ce moment précis la démarche salvatrice. Les formules de politesse ont totalement disparues, et ce sont quasiment des ordres qui fusent à travers le combiné, entre conseils et réconforts, voire félicitations.

Compte tenu des délais de route d'une part, et de l'ignorance des gestes de base de secourisme des parents de l'autre, il est évident que l'issue de cet accident aurait été fatale pour l'enfant.

A l'image d'un centre de secours, la routine n'existe pas au CTA. L'opérateur vit tout autant sa passion du service public que n'importe quel autre sapeur-pompier. Et voilà qui prouve une fois de plus que, chez les sapeurs-pompiers, que ce soit au téléphone ou sur le terrain, l'amateurisme n'a pas sa place.

Bravo à l'opérateur pour son acte exemplaire , et vous parents qui avais sauvé votre enfant  BRAVO

Hors ligne JSP627

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 213
  • Sexe: Homme
  • Jeune Sapeur Pompier
    • Voir le profil
Re : Bravo
« Réponse #1 le: 15 avril 2008, 14:06:48 »
[...]

J'en reste sans voix !

UN GRAND BRAVO À CE SAPEUR-POMPIER, ET AUX PARENTS QUI ONT SAUVÉS CETTE PETITE FILLE !!!

Hors ligne sabrina

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 165
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Re : Bravo
« Réponse #2 le: 15 avril 2008, 18:41:15 »
je tire mon chapeau bas !!!!
je souhaitrais féliciter tout les opérateur des cta et au SP car c'est grace à eux que de nombreuses vies sont sauvées.
je tiens également à féliciter les parents de la petites qui ont su garder leur calme face à une telle situation
chapeau!

Hors ligne djedoui

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 15
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Bravo
« Réponse #3 le: 28 avril 2008, 17:31:38 »
Bravo aux sapeurs pompiers !! Il a su gardé son sang froid malgré la panique encore bravo !!

Felicition aussi aux parents qui malgrés la peur et tout ce qui s'en suit on su géré la situation et ecouter le sapeur pompier !!

Encore une fois grand bravo a tous les 3 ! et a la petite aussi quand meme pour qui sa a dut etre trés difficile