Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?
25 Octobre 2014, 01:48:14
Accueil Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous

+  S.O.S. 112
|-+  Acteurs
| |-+  Police Nationale
| | |-+  Etre une femme et Comment devenir C.R.S ?
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Etre une femme et Comment devenir C.R.S ?  (Lu 10361 fois)
liloune75
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 6


« le: 21 Février 2007, 14:06:40 »

bonjour à tous,

je suis mere de famille, j'ai 23 ans et je souhaiterais :
- rentrer dans la police avec l'optique de devenir CRS...
- savoir si ma situation dérangerait ?
- quels sont les diplomes requis pour y rentrer ?

merci à tous
Journalisée
gendy
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 909



WWW
« Répondre #1 le: 22 Février 2007, 01:19:31 »

Dommage que darkCRS ne soit pas dans les parages.
Je vais cependant essayer de te répondre.

Je ne te cache pas que dans les Compagnies Républicaines de Sécurité, le nombre de Femmes "gardien" est très faible. Dans certains corps toujours très masculins, une certaine misogynie est toujours de mise.  Undecided

Ceci peut s'expliquer par la masse corporelle.  Roll Eyes
Uniquement ce détail, mais qui a hélas beaucoup d'importances lors d'affrontements musclés.
Le maintien de l'ordre nécessite une parfaite connaissance de neutralisation, mais demande également une résistance extrême aux charges d'individus, grogne des agriculteurs par exemple (population très musclée).
Donc je ne pense pas que l'Institution autorisera à placer des Femmes en première ligne.

Mais je me répète, les Femmes sont tout aussi méritantes que les Hommes.
Qui plus est c'est une Femme qui dirige la Compagnie Républicaine de Sécurité n°20
Donc tu vois ce qu'il te reste à faire : passe le concours de lieutenant de Police.
Je te propose de lire cet article qui pourrait t’intéresser ?

Nadia la femme CRS
Émission du 20/03/2011 - Enquête exclusive M6.fr : Vidéo Enquête exclusive : La femme CRS - M6 http://www.m6.fr/emission-enquete_exclusive/videos/123810-la_femme_crs.html#ixzz2I3mTTjp0

Si tu souhaites concrétiser ton rêve, je te propose de consulter cette brochure.
Journalisée
frogman
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 11


WWW
« Répondre #2 le: 06 Mars 2007, 19:25:36 »

bonjour à tous,
je suis mère de famille, j'ai 23 ans et je souhaiterai :
- rentrer dans la police avec l'optique de devenir CRS...
- savoir si ma situation dérangerait ?
- quels sont les diplômes requis pour y accéder ?

merci à tous

Les femmes ne sont pas encore admises pour faire du maintien de l'ordre, que ce soit en Police/CRS comme en Gendarmerie/GM.

Alternatives possibles :
- Entrer dans une CRS autoroutière
- Entrer dans une CRS de maintien de l'ordre en tant qu'officier.

Pour le concours de gardien de la paix (CRS), il faut avoir le bac, la nationalité française, un casier judiciaire vierge, etc...

Pour le concours Officier ( lieutenant et + ), bac+3 minimum, mêmes conditions.
http://www.ensp.interieur.gouv.fr/Devenir-officier

Enfin, rien ne garanti que tu finiras un jour officier dans une CRS si tu n'es pas dans les 1ères, tu entres dans une école qui forme les officiers de la Police Nationale qui t'offrira en fin d'études un choix de places qui te donnera ou non satisfaction quant à volonté d'affectation en unité CRS ou non.
Journalisée
darkCRS
Très bonne participation
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 254



« Répondre #3 le: 22 Mai 2007, 21:31:25 »

Salut et re coucou tout le monde, pas de femmes "gardien" chez les CRS merci  Grin mais la brèche est ouverte  Undecided  
Le journal le Parisien titrait : Trois femmes chez les CRS  Shocked



LA BRÈCHE est ouverte. Un des derniers bastions de la police interdits aux femmes est en train de tomber. Pour la première fois, une jeune femme, âgée de 18 à 26 ans, peut intégrer les CRS (compagnies républicaines de sécurité), mais par un biais encore détourné : celui des ADS (adjoints de sécurité), en clair des emplois jeunes.
Entre la décision et l'application, tout est allé très vite. Le ministère de l'Intérieur a donné son aval en mars dernier à l'intégration des femmes chez les CRS.
Les trois premières candidates sont arrivées dans leurs compagnies respectives en juillet. L'une à la CRS 7 de Deuil-la-Barre (Val-d'Oise), l'autre à la CRS 5 de Massy (Essonne) et la dernière à la CRS 45 de Chassieu (Rhône). Trois femmes pour quatre cent soixante-dix-neuf ADS masculins chez les CRS, c'est peu.
Mais, ce n'est qu'un début puisque toutes les jeunes femmes de France peuvent postuler aux centaines de postes d'ADS offerts ces prochaines semaines. « Une présence féminine apporte du réconfort aux gens » Pourquoi les CRS ont-ils soudainement ouvert leurs portes aux femmes ?
Ils manquaient d'ADS. Plus de la moitié de leurs emplois jeunes sont partis vers d'autres lieux.
La plupart ont réussi le concours de gardien de la paix. Il fallait donc les remplacer. « Beaucoup de femmes de bon niveau se présentaient pour être ADS. On s'est rendu compte que ce serait dommage que les CRS se privent de ces jeunes femmes de grande valeur », explique le commandant Marc Thomas de l'état-major des CRS. Le commandant de la CRS 7, Antoine Bonillo, réclamait depuis plusieurs mois l'intégration de ces femmes. « On a besoin d'elles chez les CRS pour faire des fouilles au corps à des femmes, pour porter assistance à des victimes. Une présence féminine apporte du réconfort aux gens. »
Ces ADS femmes ont bien d'autres possibilités au programme.
Patrouille, prévention routière, secrétariat, comptabilité, entretien des véhicules et des pièces détachées, accueil, en tout une quarantaine d'activités leur est proposée.
Tout se présente donc pour le mieux pour ces jeunes recrues. Sauf leur avenir. C'est le sujet qui fâche. « C'est tabou », répète-t-on chez les CRS. Car la porte n'est qu'entrouverte. Une fois ADS, les femmes peuvent prétendre devenir gardien de la paix dans la police, mais pas chez les CRS. A cela, deux raisons sont invoquées.
- La première : les infrastructures ne sont pas encore aux normes pour les accueillir.
Les femmes doivent avoir chambre et douche individuelles dans les compagnies.
- La seconde : les femmes ne peuvent pas être affectées au maintien de l'ordre.
Peur de les voir blessées ?
Constitution des femmes trop fragile ?
Chacun a sa petite idée.
En attendant, il n'est toujours pas question de revêtir le casque, le gilet pare-balles, les bottes et la matraque. Le commandant Thomas sait qu'« il faudra tôt ou tard se poser la question d'une plus grande ouverture si des jeunes filles réussissent le concours de gardien de la paix et veulent rester chez les CRS. Sinon, ce sera l'impasse ».

Nadia, 30 ans, femme, lieutenant et CRS  Azn elle fait partie de la dizaine de filles à être intégrées dans cet univers viril.
À 26 ans, on vous découvre lieutenant à diriger quarante hommes. Comment, lorsqu’on est l’une des dix femmes CRS, se faire respecter dans ce milieu machiste ?

Nadia : Avant d’entrer chez les CRS, milieu exclusivement masculin, j’avais cette appréhension. Mais, lorsque vous faites vos preuves professionnellement et humainement, les autres CRS vous reconnaissent en tant qu’officier.
 
Les CRS sont absents deux cents jours par an de leur foyer. Comment, à l’avenir, allez-vous concilier votre activité et votre rôle de mère de famille ?

Mon métier est très prenant, mais me passionne. Je ne renoncerai pas pour autant à être mère un jour. Reste à trouver un conjoint conciliant, qui assumera la vie de famille pendant mes absences. Même si je sais qu’avec les enfants, ce sera douloureux… Undecided
En revanche, dans la rue, les gens m’interpellent beaucoup plus sur le fait que je sois une femme CRS.



Journalisée
Jeano 11
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4667



« Répondre #4 le: 15 Janvier 2010, 15:28:45 »

Karine, lieutenant de CRS : "Je dois faire preuve de diplomatie"  Cool

http://www.linternaute.com/femmes/carriere/0501metiers-d-homme/crs.shtml

ce qui suit est extrait du site ci-dessus :
- Karine Bonnet est la première femme à intégrer le commandement d'une compagnie républicaine de sécurité (CRS).    
Qu'est-ce que cela implique, d'être la première femme (depuis la réforme de la police de 1995) à être lieutenant des CRS ? On pose la question à Karine Bonnet. "Eh bien, surtout d'être poursuivie par les médias…", réplique-t-elle, moqueuse. Entrée dans la police après ses études d'administration, la jeune femme a toujours aimé ce métier qui lui permet "que les journées se suivent et ne se ressemblent pas".

D'abord gardien de la paix à Paris, elle découvre les différentes facettes du métier en étant affectée successivement au service de nuit, à la brigade d'îlotiers, et dans des services de procédure. En 2004, elle décide de continuer son évolution en passant le concours de lieutenant de police. A la sortie de cette formation, les postes se choisissent suivant le classement. Les élèves mieux notés se disprostituéent les places en compagnie républicaine de sécurité, très cotées. "J'ai pris le dernier poste disponible en CRS", raconte Karine.

Sa principale difficulté : un peu de temps pour sa vie privée
Il s'agit de Limoges. Elle trouve la compagnie "accueillante". Et que pense l'équipe en place de la nouvelle venue qui les dirige à présent ? "On ne me le dit pas, mais je devine que certains doivent avoir un peu de mal à l'accepter, même si les jeunes sont plus ouverts". Alors ? Le jeune lieutenant ne connaît qu'une solution : "Je dois faire mes preuves, deux fois plus qu'un autre". Plutôt que de mettre en place des rapports de force, elle préfère déployer des arts de diplomate et "ménager" la susceptibilité de ses troupes.

Ce ne sont pas les risques du métier qui l'arrêtent, ni la fatigue. Non, ce qui l'ennuie le plus, c'est l'organisation : "Nous sommes souvent en déplacement, nous rentrons tard… Quand je voudrai mener une vie de famille, ça ne sera pas facile". Pourtant, elle n'entend renoncer ni à son métier, ni à sa féminité. "Je n'ai pas du tout l'allure d'un garçon manqué, et c'est tant mieux si cela surprend les gens qui apprennent ma profession." Parce qu'il n'y a rien de "manqué" du tout, chez Karine Bonnet.
Journalisée
Jeano 11
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4667



« Répondre #5 le: 14 Mars 2013, 16:12:14 »

Enquête exclusive sur M6 (mars 2011), faites la connaissance de Nadia, 30 ans. Elle fait partie de la dizaine de filles à être intégrées dans cet univers viril. Télé 7 jours a recueilli ses impressions.
http://www.m6.fr/emission-enquete_exclusive/videos/123810-la_femme_crs.html
Nadia est une jeune femme de 28 ans exerçant le dur métier de CRS. Dans cette profession machiste où il n’y a que 10 femmes sur 14.000 CRS en France, elle compte démontrer qu’elle est capable des mêmes performances que ses collègues masculins au sein de la Compagnie.
On vous découvre lieutenant à diriger quarante hommes. Comment, lorsqu’on est l’une des dix femmes CRS, se faire respecter dans ce milieu machiste ?

Avant d’entrer chez les CRS, milieu exclusivement masculin, j’avais cette appréhension. Mais, lorsque vous faites vos preuves professionnellement et humainement, les autres CRS vous reconnaissent en tant qu’officier.

Vous êtes issue de l’immigration. On vous le fait ressentir lorsque vous intervenez dans les cités ?

En sept mois de terrain, je n’ai rencontré qu’une seule fois ce problème, lors d’un contrôle routier de jeunes dans une cité sensible. Ils avaient des regards lourds de sous-entendus et des petits sourires en coin… Mais ce n’est pas allé plus loin. En revanche, dans la rue, les gens m’interpellent beaucoup plus sur le fait que je sois une femme CRS.

Les CRS sont absents deux cents jours par an de leur foyer. Comment, à l’avenir, allez-vous concilier votre activité et votre rôle de mère de famille ?

Mon métier est très prenant, mais me passionne. Je ne renoncerai pas pour autant à être mère un jour. Reste à trouver un conjoint conciliant, qui assumera la vie de famille pendant mes absences. Même si je sais qu’avec les enfants, ce sera douloureux…
Journalisée
Jeano 11
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4667



« Répondre #6 le: 12 Juillet 2014, 15:07:49 »

Croque-mort, sous-officier GM, gardien CRS, femme sous-marinière… des métiers encore interdits aux femmes !!

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a annoncé que les femmes sont désormais autorisées à intégrer les sous-marins français. Les pionnières entreront en formation l’année prochaine pour rejoindre les équipages dès 2017. L’occasion de revenir sur les professions qui sont à l'heure actuelle toujours interdites aux femmes en France.
Autoriser les femmes dans les sous-marins est une bonne mesure, mais ce n’est pas une révolution en soi.

Les femmes ont en effet leur place dans la marine depuis longtemps déjà. Dès 1982, des femmes médecins embarquaient sur la Jeanne d’Arc. Néanmoins il a fallu attendre 1993 pour que soient créés les premiers équipages mixtes.

Pourquoi avoir tant attendu pour les équipages de sous-marins ?

Aucun argument ne tient la route pour s'opposer à la mixité !

Alors qu'enfin plus personne ne doute que les femmes ont toutes les compétences pour exercer tous les métiers, que l’on sait depuis plus de quinze ans l’apport très positif de la mixité sur l’état d’esprit des équipages embarqués, et que la marine a compris depuis des années l’intérêt d’élargir à tous la base de son recrutement pour disposer d’un personnel au plus haut niveau en qualité et en motivation.

Les raisons ne manquent sans doute pas, souvent plus mauvaises que bonnes :

la moindre force physique des femmes, leur incompatibilité avec le métier des armes, ou avec une population ancestralement attachée à son image de virilité, la dureté morale de missions longues et exigeantes, le risque de déstabilisation des équipages que pourraient provoquer la création de couples au milieu de marins tenus à l’abstinence, la coupable indulgence ou au contraire l’extrême sévérité de chefs envers leurs subordonnés de l’autre sexe, l’hostilité des familles restant à terre due à la peur que époux ou épouses succombent pendant ces longues périodes où elles ne peuvent entretenir les liens par des gestes quotidiens…

Aucune ne tient, devant l’exemple donné par tant d’excellentes navigatrices civiles ou militaires, et les expériences réussies de mixité dans la marine comme dans d’autres milieux aussi exigeants.

La mixité demande du temps d'adaptation !!  Wink

Dans le cadre du plan d'action pour l'égalité professionnelle en gendarmerie et afin d'ouvrir aux femmes la totalité des métiers et des fonctions, le Directeur Général a ainsi souhaité ouvrir la GM à la féminisation.
C'est le sens de l'histoire. Les exemples d'intégration progressive au sein de la gendarmerie départementale (1983), des régiments de la garde républicaine (1999) ou encore du GIGN (EPIGN 2003) incitent à l'optimisme.
Il importe cependant de ne pas se précipiter et de créer les conditions favorables pour franchir cette nouvelle étape.
La gendarmerie mobile est suffisamment mature pour aborder ce nouveau cap avec sérénité. C'est ainsi que la Gendarmerie va lancer, en 2015, une expérimentation sur la féminisation (sous-officier) de plusieurs escadrons de gendarmerie mobile (GM).

Citation
Bonjour, Je suis July B. une sous-officier féminin de la Gendarmerie.  Wink
Étant une femme je n'ai pas eu le choix en sortie d'ESOG... la GD !

Et pourtant, si j'en avais eu la possibilité, mon premier choix aurait été la mobile ! Je comprends tout à fait que cela puisse poser certains problèmes lors des déplacements pour tout ce qui est cantonnement mais comment font ils dans les Armées ?

Quand nous effectuons la formation militaire en école sous off, hommes et  femmes sont ensemble, travaillent et vivent dans les mêmes conditions. Le coin douche, un drap tendu. Les WC, un trou creusé dans le sol.
Je pars du principe que l'on peut s'adapter à tout.
On pourra toujours argumenter qu'une femme est physiquement moins forte qu'un homme. Certes, mais n'y a-t-il pas des femmes qui ont ces capacités ? Après c'est comme tout avec de l'entrainement, on progresse.

J'ai vu des gendarmes féminins bien plus hargneuses que certains hommes. Et quand j'entends dire "certaines femmes quand cela chauffe s'enferment dans le véhicule " cela me fais doucement rire sous cape car il ne faut jamais généraliser. Pour la plupart d'entre nous, nous savons très bien qu'à un moment ou à un autre nous allons devoir aller au contact ! Personnellement cela ne me pose aucun souci.
Après concernant les relations hommes-femmes, comme partout il n'y a pas qu'en mobile où cela peut entrainer des problèmes. 
Enfin bref, je suis pour les femmes en GM mais je ne vois pas un escadron constitué uniquement de femmes.
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.185 secondes avec 19 requêtes.