Auteur Sujet: Moins de commissaires et davantage de gardiens  (Lu 5955 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne gendy

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 862
  • Sexe: Homme
    • www.sos112.fr
Moins de commissaires et davantage de gardiens
« le: 25 mai 2004, 23:10:26 »
La réforme des corps et des carrières de la police, présentée mardi aux syndicats par le ministre de l'Intérieur Dominique de Villepin, sera achevée en 2012, coûtera 429 millions d'euros et verra le nombre de commissaires et d'officiers diminuer et celui des gradés et gardiens augmenter.

Cette "plate-forme de réformes", comme on la qualifie au ministère de l'Intérieur, va faire l'objet "d'une phase de négociations avec chaque syndicat, le calendrier est arrêté".

Les principaux syndicats de police se sont d'ailleurs déclarés "a priori satisfaits" à l'issue de cette réunion de plus de deux heures mais ils attendent particulièrement du gouvernement que "les engagements soient tenus".

Sur ce plan, le ministre s'est, selon eux, montré rassurant : "Il s'est engagé à ce qu'il n'y ait pas d'obstruction, il a même parlé de facéties, de la part de Bercy (les Finances). Il ne se laissera pas faire par des farces et attrapes, selon sa propre expression", a déclaré Patrice Ribeiro, pour Synergie, second syndicat chez les officiers.

"On est très ouvert et il n'y a pas de réticence a priori", a commenté Gérald Noulé, secrétaire général du SNPT, second syndicat chez les gradés et gardiens.

Pour "Alliance", premier syndicat chez les gardiens, Jean-Luc Garnier a évoqué "un a priori favorable" et Joaquin Masanet (Unsa-Police) a prévenu que si "les engagements pris par Nicolas Sarkozy quand il était ministre de l'Intérieur n'étaient pas tenus, nous appellerions à une mobilisation."

La mesure phare de cette réforme porte sur "le rééquilibrage entre les corps."

Ainsi, l'effectif des commissaires passera de 2.030 aujourd'hui à 1.600 "au plus en 2012", (- 21 %) tandis que celui des officiers fondra de 15.000 à 9.000 "au plus" (- 40 %) à la même date.

En revanche, le nombre des gradés et gardiens augmentera, pour passer de 100.644 à 108.220 (+ 7,42 %), qui verront en outre le nombre de postes de promotion augmenter de 148 %. Celui des personnels administratifs, techniques et scientifiques atteindra 17.930 au lieu de 15.799 à ce jour (+ 13,50 %).

Pour renforcer l'encadrement quotidien, le grade de brigadier sera attribué sous réserve d'être officier de police judiciaire (OPJ) et de l'obtention de qualifications nouvellement créées dans un ou l'autre des métiers principaux de police (ordre public, renseignement...), sanctionnées par un examen professionnel, et, dans tous les cas, après 4 ans de titularisation.

Le nombre de ces brigadiers sera porté à 25.000 d'ici à 2012 (17.500 à ce jour), auxquels s'ajouteront 17.150 brigadiers-chefs et 7.500 brigadiers-majors. Au total, ces 49.650 "brigadiers nouveaux" (+ 136,80 %) représenteront près de 46 % de l'ensemble du corps de maîtrise et d'application.

Leur nombre sera renforcé en région parisienne, et ils y resteront plus longtemps.

En effet, la réforme prévoit de "fidéliser" les policiers en leur imposant l'obligation de rester cinq ans (au lieu de deux) dans leur première région d'affectation.

Dans le même temps, le ministre de l'Intérieur a décidé d'élever les niveaux de recrutement, puisqu'il faudra avoir le bac pour être gardien de la paix et bac + 3 pour être officier.

La seule "voie d'accès à la Police nationale pour les non-bacheliers" restera celle des adjoints de sécurité (ADS), dont le nombre actuel de 11.300 "sera maintenu", assure-t-on à la Direction générale de la Police nationale.

Enfin, diverses mesures indiciaires et indemnitaires sont prévues pour les policiers dont la masse salariale annuelle représente aujourd'hui 3,1 milliards d'euros.

Il y a 145.000 policiers en France.

AFP 25/05/2004 - 19:59