Auteur Sujet: Tout sur la foudre  (Lu 1575 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Voir le profil
    • Formation Ambulancier
Tout sur la foudre
« le: 05 juin 2016, 11:24:37 »
Le nombre de foudroyés en France est d’environ 100 personnes avec 30 % de décès (certains gardent des séquelles) pour un million de coups de foudre au sol. En résumé la probabilité qu’une personne soit touchée est faible.
L’orage
Un nuage orageux est un cumulo-nimbus parfois de plusieurs dizaines de kms de hauteur avec un sommet aplati en forme d’enclumes. Il se forme car il y a de l’air chaud et humide au sol et de l’air froid en altitude. Des courants ascendants font gonfler les nuages. De grosses quantités d’eau (en bas) et de glace en haut) sont stockées. La base du nuage est à 2 à 3000 m.
Il se forme des charges électriques, positive en haut, négative en bas, alors qu’au sol des charges positives montent.

La foudre
Elle se manifeste à nous par l’éclair et le tonnerre.

-   L’éclair
Les charges du bas du nuage et le sol essayent de se rejoindre attiré par le contraire, en empruntant le chemin le plus court et sans résistance comme un arbre, une pointe, un homme debout…et aussi un paratonnerre. Une prédécharge ascendante trace le chemin suivi en une fraction de seconde de la décharge descendante dont la puissance peut atteindre 100 000 volts avec un fort dégagement de chaleur jusqu’à 3000° ! (Mais l’éclair peut être ascendant à partir d’un élément haut : montagne, mat…). Il y a aussi des éclairs à l’intérieur des nuages.
-   Le tonnerre
Il est dû à l’expansion brutale de l’air qui se réchauffe dans l’éclair. On l’entend après l’éclair car si la vitesse de la lumière est de 300 000 m/s, le son est de seulement 340 m/s. Pour connaître la distance où est tombée la foudre, on compte à partir de l’éclair et on divise par 3, ou par ex « 1,2,3 = 1 km)

Comment être foudroyé
L’homme est hélas un bon conducteur surtout lorsque la peau est humide. Comme pour l’électrocution, le trajet privilégiera les axes vasculaires et nerveux (d’où les brûlures cachées). Plusieurs mécanismes sont possibles et peuvent être associés.
- Coup de foudre direct
La foudre se décharge sur la victime
Elle arrive généralement sur un point haut (tête, épaule ou main) et elle doit rejoindre la terre en passant par les pieds. Pour cela, elle va choisir les organes les plus conducteurs du corps : les nerfs, les vaisseaux sanguins ou les muscles. Les os et la graisse sont en général épargnés car ils ne sont pas ou peu conducteurs, de même que la peau, si elle est sèche. Elle passe volontiers par les objets métalliques portés.
- Coup de foudre latéral
La victime est à proximité immédiate d’un objet recevant la foudre comme un arbre. Un arc secondaire se produit
- Electrisation de contact
La personne touche un élément foudroyé
- Foudroiement par tension de pas
La foudre touche la terre et indirectement la victime
- Foudroiement indirect
Via les fils électriques, téléphonique, TV
- Foudroiement collectif
D’une personne à l’autre
Conséquences indirectes
-   Effet acoustique (surdité)
-   Effet blast (souffle)
-   Effet lumineux (arc électrique)
-   Traumatismes (chute d’arbres…)

Bilan du foudroyé
Après le foudroiement, plusieurs scénarios sont possibles :
- Etat de mort apparente
- Arrêt respiratoire isolé
- Syncope suivie rapidement de la présence d’un pouls
- Sidération de la victime
Les premiers gestes de survie seront mis en route puis un examen systématique sera pratiqué appareil par appareil
- Bilan neurologique : conscience, déficit, perte de la parole (aphasie), difficulté à parler (dysarthrie)
- Bilan cardiaque : troubles du rythme
- Bilan cutané : Il n’est pas à négliger
Brûlure cutanées « en feuille de fougère »
Brûlure nécrosantes aux points d’entrée et de sortie
Brûlures au contact d’objet métallique (colliers, montre, boutons de pantalon…)
- Bilan des yeux ; vision, couleurs
- Surdité ?

Gestes d’urgence
Ce sont ceux de la réanimation cardio-respiratoire et/ou des brûlures.
Il n’y a rien de spécifique mais la précocité des gestes est important
Il n’y pas de risque d’électrocution en touchant la victime car il ne s’agit pas d’une électrocution par fil.
Appel rapide 15/112

Prévention

Eviter la proximité des arbres
Préférer un abri rocheux ou une voiture (qui est « isolante « ) (mais pas sous un arbre qui risque de tomber)
En rase campagne, faute d’abri, il ne faut pas rester debout mais se pelotonner au sol, jambes repliées, et pieds joints sur un matériau isolant comme un ciré ou du plastique.
Au sein d’un groupe ne pas se serrer les coudes mais s’écarter d’au moins 3 mètres les uns des autres
Ne pas toucher une pièce métallique ou en porter
S'éloigner des lignes électriques ou téléphoniques.
Eviter de toucher les conduites d'eau et les robinets, de téléphoner (sauf urgence) et d’utiliser Internet. Ne pas prendre de bain ou de douche
Débrancher les appareils électriques, la télévision et son câble d'antenne