Auteur Sujet: Doit on faire payer les frais de recherche ou de secours ??  (Lu 5168 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Le canoë de quatre touristes a été retrouvé vide vendredi dans le Var. Les recherches se poursuivent pour retrouver les disparus.

Les gendarmes et les pompiers recherchent un couple de touristes et leurs deux enfants, partis puis disparus, en canoë jeudi après-midi, sur le lac de Sainte-Croix, à la frontière du Var et des Alpes-de-Haute-Provence.

Les recherches ont débuté jeudi dans la soirée après l’alerte donnée par le loueur du canoë, installé à Aiguines (Var). Les parents âgés d’une quarantaine d’années, et leurs enfants, qui auraient de 8 à 12 ans, avaient emprunté le bateau « vers 16 h 40 pour une petite promenade de trois heures, 5,4 km aller-retour », a précisé le responsable de l’entreprise.

L’embarcation « aux trois quarts immergée »

Un hélicoptère de la gendarmerie et plusieurs brigades nautiques des pompiers et gendarmes ont été mobilisés pour ces recherches, sur ce lac situé à la sortie des gorges du Verdon. Leur canoë a été retrouvé vide.
Cette embarcation de quatre mètres, à double coque et « insubmersible », était « aux trois-quarts immergée, dans une zone où la circulation est interdite et dangereuse », a précisé le sous-préfet du Var Emmanuel Dupuis.

La piste d’« un abandon ou d’un vol du canoë », qui avait été évoquée dans un premier temps, semble donc écartée, a ajouté le sous-préfet, estimant que ces « derniers éléments sont beaucoup plus inquiétants ».

D’importants moyens déployés !!
Une douzaine de plongeurs ont immédiatement été dépêchés sur place pour tenter de retrouver les quatre disparus, selon le sous-préfet.

Un hélicoptère de la gendarmerie et plusieurs équipes nautiques et terrestres des pompiers et gendarmes des deux départements ont été mobilisés, sur ce lac situé à la sortie des gorges du Verdon.

Les disparus du Verdon, deux couples d’une quarantaine d’années et non une famille (2 parents et 2 enfants) comme indiqué initialement, se sont manifestés auprès des gendarmes samedi après-midi, expliquant qu’ils s’étaient perdus et étaient rentrés chez eux, a-t-on appris auprès de la préfecture du Var.

Originaires de la région de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), ces quatre personnes étaient parties en canoë jeudi sur le lac de Sainte-Croix, au départ d’Aiguines (Var), et n’avaient plus donné signe de vie depuis, entraînant la mise en place d’un important dispositif de recherches.

«C’est l’amie d’un des couples qui a alerté les gendarmes et a donné les coordonnées» d’une des femmes portées disparues, a précisé à l’AFP la procureure de la République de Draguignan, Danielle Drouy-Ayral.

http://www.franceinfo.fr/faits-divers/ils-ont-decide-de-laisser-le-canoe-et-de-rentrer-a-pied-danielle-drouy-ay-1109939-2013-08-17

«On l’a contactée, elle s’est déplacée à Aiguines où elle a été entendue par les gendarmes. Elle a reconnu que c’était elle et ses amis qui avaient abandonné le canoë après avoir eu un souci de navigation et s’être disputés», a-t-elle ajouté.

«Pris de panique», ils ont emporté pagaies, gilets et bidons, «ont emprunté la piste et sont rentrés chez eux», a raconté sur les lieux le capitaine de gendarmerie Frédéric Del Aguila, qui a salué ce «dénouement heureux».

«Un peu inquiets des conséquences que ça aurait pu avoir, ils ont renoncé à se manifester», selon la procureure, soulignant qu’il n’était pas possible d’engager de poursuites judiciaires à leur encontre.

Citer
La responsabilité civile et pénale en montagne où ailleurs ??

"Etre responsable moralement, c'est éviter de l'être juridiquement"
Elie CAYREY, Ex-Major du PGHM de Pierrefitte Nestalas

Voilà une affirmation pleine de bon sens qui doit inciter à la réflexion. Si la responsabilité est la sanction juridique de l'activité d'une personne, la faute est le fondement de la responsabilité. De ce fait, rien ne nous soustrait à nos responsabilités quels que soient nos actes qu'il s'agisse d'activités de montagne ou de simples activités familiales ou professionnelles. C'est la règle dans tout cadre social.

http://www.rtl.fr/sondage/question-internet-du-18-08-2013-touristes-verdon-7763863429Sondage RTL

Citer
 le 18/08/2013 - Des imbéciles de PREMIÈRE, totalement irresponsables qui, se sachant recherchés, n'ont pas levé le petit doigt, ne serait se que pour arrêter des recherches inutiles et, s'ils n'avaient pas été "dénoncés", la gendarmerie et les pompiers les chercherait ENCORE  ??? Rien que pour cela ils devraient être taxé au portefeuille de façon exemplaire, même si les secours restent....GRATUITS.. l'Etat devrait se porter partie civile et engager des poursuites judiciaires ??

Il faut cependant noter la légèreté du loueur de canoë qui n'a prit qu'un prénom comme "caution"  8)
 

La ministre du Tourisme, Sylvia Pinel, n’a pas écarté une verbalisation des personnes qui font fi d’un drapeau rouge ou des consignes de sécurité, alors que quinze personnes se sont noyées (saison 2013) en mer, en rivière ou sur des plans d’eau en France.
Appel à la responsabilité de chacun  :ange:
« Il faut qu’il y ait beaucoup plus de prise en considération de la responsabilité des parents et de l’ensemble des personnes qui vont à l’eau alors que les drapeaux sont rouges », a commenté la ministre sur RTL.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Doit on faire payer les frais de recherche ou de secours ??
« Réponse #1 le: 18 août 2013, 11:45:08 »
Les quatre personnes, portées disparues dans le Verdon depuis jeudi soir, étaient en fait rentrées chez elles, dans la région de Manosque alors que de considérables et coûteux moyens de recherches étaient mobilisés sur le terrain.  ???
Hélicoptère survolant les gorges, maîtres-chiens explorant rives et sentiers, plongeurs et Zodiac sondant le lac en quête du moindre indice : un dispositif exceptionnel, réunissant au total une quarantaine d’hommes, avait été déployé pour retrouver ces touristes, partis jeudi en canoë pour une balade de quelques heures et jamais revenus à leur point de départ.  :-\

Le loueur de l’embarcation qui avait donné l’alerte se souvenait d’une «femme blonde, d’environ 1,75 m, qui a dit s’appeler Betty», de son mari et de leurs enfants âgés d’environ 8 à 12 ans, sans plus de précisions. Ni carte d’identité ni caution, les éléments à la disposition des enquêteurs se révélaient bien maigres. Un appel à témoins avait été lancé, sans succès, et le portrait-robot de cette fameuse Betty devait être dressé.   8)

Finalement, il a fallu l’appel téléphonique à la Gendarmerie d’une amie des «disparus» pour résoudre le mystère. Elle a donné leurs coordonnées et les deux couples ont pu être contactés. Entendus par les gendarmes, ils ont reconnu avoir abandonné le canoë sans prévenir quiconque. Ils ont expliqué avoir chaviré. Visiblement «inquiets des conséquences» de leur acte, les quadragénaires «avaient renoncé à se manifester», a précisé la procureure de la République de Draguignan, Danielle Drouy-Ayral, soulignant qu’il n’était pas possible d’engager de poursuites judiciaires à leur encontre.  >:(   Selon les gendarmes, ils ont exprimé des «regrets». Des regrets qui n’effaceront pas le coût engagé par les autorités. Le sous-préfet Emmanuel Dupuis a prévu de communiquer des chiffres en début de semaine et dénonce un «acte d’indélicatesse» de la part de ces vacanciers civiquement "irresponsables".

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Doit on faire payer les frais de recherche ou de secours ??
« Réponse #2 le: 19 août 2013, 20:55:41 »
La facture est salée et a un goût amer. Les recherches engagées pour retrouver les quatre disparus du Verdon ont coûté au total environ 65000 euros. Dans un communiqué, la préfecture du Var a détaillé les différents coûts engagés inutilement: 5200 euros pour le service départemental d'incendie et de secours, et 59482 euros pour le dispositif de gendarmerie.

En toute logique, les intéressés ne devraient pas passer à la caisse. Ils encourent seulement une contravention de 35€ pour être allés dans une zone interdite à la navigation.   ???

La question telle qu'elle est posée pose soucis. En effet, il faut tenter de définir avant tout ce qu'est une imprudence. Si dans certains cas extrême la réponse ne fait pas de doute, dans de nombreux autres cas la réponse est moins aisée.

Imprudence, définition du dico : Action irréfléchie accomplie sans soucis des conséquences dangereuse qu'elle peut avoir.
JURIDIQUE : La faute non intentionnelle, d'imprudence ou de négligence !
On peut définir l’imprudence comme un relâchement de la vigilance par lequel l’auteur des faits réalise l’élément matériel de l’infraction sans l’avoir prévu. Le code pénal évoque ainsi le délit d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement. Il ne s’agit pas de sanctionner un état d’esprit mais un comportement ou une attitude.

Pour retenir la faute d’imprudence, il faut que l’auteur des faits ait agit sans intention. Le juge vérifiera alors que l’auteur des faits aurait pu éviter de commettre l’infraction et qu’il ne l’a pas fait à cause de sa négligence, son imprudence ou du manquement aux obligations en question. La loi précise en outre que pour caractériser l’imprudence il faut établir que l’auteur des faits n’a pas accompli les diligences normales qui lui incombaient compte tenu de la nature de ses missions, de ses fonctions, de ses compétences ainsi que des pouvoirs et des moyens dont il disposait.

"...mais alors, comment établir une limite ??? "

C'est simple et c'est ce que font les tribunaux. Les fédérations, les associations et les codes édictent des consignes de prudence et de sécurité, à partir du moment où ces règles de bon sens sont enfreintes ... crac bom hu ... tu es sanctionné ./

Donc pour développer davantage ma question, il ne s'agit pas de refuser de porter secours à une personne en détresse mais de lui présenter la facture et de lui facturer les frais qu'ont engendré son imprudence.

Citer
MARSEILLE (Reuters) - Les recherches pour retrouver quatre personnes portées disparues dans les gorges du Verdon, qui avaient en fait regagné leur domicile sans prévenir les secours, ont coûté près de 65.000 euros, a annoncé lundi la préfecture du Var.

Le préfet précise dans un communiqué que ce coût comprend "l'engagement de 123 journées-hommes, de moyens aériens, nautiques et terrestres et d'équipes cynophiles" au sein du dispositif mis en place du jeudi 15 au samedi 17 août.

La facture fait état de 5.200 euros pour l'intervention des sapeurs-pompiers et de 59.482 euros pour le dispositif déployé par la gendarmerie.

Le préfet ajoute qu'il va demander "aux prestataires de loisirs et loueurs de prendre en compte aussi précisément que possible l'identité et les coordonnées des usagers, afin de permettre le cas échéant de mieux cibler les recherches".

Le loueur n'avait pu fournir l'identité des deux couples qui avaient loué un canoë, retrouvé vide et immergé.
Les quatre adultes l'avaient abandonné en emportant les rames et les gilets de sauvetage pour rentrer chez eux, près de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence). Ils avaient finalement appelé les secours le 17 août.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Doit on faire payer les frais de recherche ou de secours ??
« Réponse #3 le: 18 septembre 2013, 20:48:10 »
Beaucoup ont profité de ce beau temps de septembre pour partir à la recherche de champignons. Mais pour certains cela ne s’est pas exactement passé comme prévu.
Deux femmes, en séjour dans un gîte au Mas de la Barque, appellent la gendarmerie. Leurs époux, souhaitant prolonger la recherche de champignons, ne sont pas rentrés depuis 17 heures. Entre-temps, la nuit est tombée. Une dizaine de gendarmes, dont une équipe cynophile, partent donc sur les traces de deux hommes, âgés de 35 et 37 ans.
À une heure du matin les recherches cessent pour reprendre dès 7 heures du matin. Finalement vers 8 heures, un agriculteur prévient la gendarmerie : les deux promeneurs ont été retrouvés sur un chemin, après avoir passé la nuit dehors. Ils s’étaient confectionné un abri de fortune en branchages. Il faut dire que l’un des deux est un ancien militaire.

Un homme appelle les secours vers 17 h 15 : le groupe de six personnes dont il fait partie s’est égaré du côté du Roc de la Font fresque, sur la commune de Saint-Étienne-Vallée-Française. Partis chercher des champignons ils avaient pourtant pris la précaution de pointer sur leur GPS la position de leurs véhicules. Mais voulant y revenir ils se sont heurtés à un relief particulièrement accidenté. Les gendarmes partent donc sur les lieux, disposant de coordonnées précises.
Ils demandent au groupe d’allumer un feu pour pouvoir le repérer. Alors que les promeneurs égarés ne se trouvent qu’à 500 mètres du GR 67, il faudra plus d’une heure aux gendarmes pour établir un contact visuel, vu les conditions climatiques défavorables et le profil du terrain. Et il faudra une bonne heure de plus à tout le groupe pour regagner les véhicules.
Vers minuit ils arrivent enfin épuisés mais heureux à bon port. L’histoire ne dit pas si la cueillette a été bonne...

Perdus, les ramasseurs de champignons passent une nuit en montagne  :P
Un couple de ramasseurs de champignons d'une soixantaine d'années, porté disparu depuis mardi soir près de Luzenac, a été retrouvé sain et sauf après une nuit en montagne.

L'alerte avait été donnée vers 21h45 mardi et les recherches engagées dans la foulée. Des gendarmes des brigades locales, renforcés par le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) ont repris les recherches ce mercredi matin avec un hélicoptère, après avoir localisé la voiture du couple.

Les promeneurs ont tous été retrouvés vivant mais quel a été le cout de ces sauvetages ??

Cela n'a hélas pas été aussi heureux pour cet homme. Son épouse ne voyant pas revenir son mari avait donné l'alerte. Son corps n'a été retrouvé que le lendemain. :-X 
Dimanche dans la matinée, un couple décide d’aller cueillir quelques champignons à quelques kilomètres de Labastide-Rouairoux (Tarn). Vers 14 h, l’épouse rejoint la route mais n’y retrouve pas son mari. Elle retourne sur ses pas afin d’aller à sa recherche. En vain.

Inquiète et les heures passant, elle prévient la gendarmerie pour signaler sa disparition. Très rapidement une quinzaine de militaires arrivent sur les lieux ainsi qu'un équipage cynophile sollicité pour les recherches.
En raison de la nuit, les recherches doivent être interrompues et l’inquiétude gagne, car l’homme, âgé de 75 ans, souffre de problèmes cardiaques.
Enfin, lundi matin, vers 11 h 30, le corps du septuagénaire, victime d’une crise cardiaque et après avoir passé la nuit dehors, a été retrouvé sans vie dans les bois.

Selon la gendarmerie cette période propice aux champignons envoie dans les bois beaucoup d'imprudents. Pire, ce sont quatre personnes qui se sont perdues en quatre jours la semaine dernière.

Pour info, il faut savoir que le temps n'est pas le même dans la plaine et sur les hauteurs. La météo change plus rapidement en montagne et captivé, les yeux rivés au sol on ne voit pas à 10 mètres à cause du brouillard... De plus beaucoup lâchent leur groupe et partent seul, attirés par le bolet et, lorsqu'ils relèvent le nez, se retrouvent perdus n'ayant pas eu le réflexe de se retourner de temps en temps pour prendre des repères qui seront utiles pour revenir en arrière. A l'instar de ce médecin de 63 ans qui est allé justement cueillir de précieux cèpes sauf qu'il s'est égaré. Durant tout l'après-midi un gros déploiement de pompiers, qui avait même monté un PC sur place, a été nécessaire pou le retrouver.
A part de l'argent dépensé pour rien par la collectivité, les secours sont gratuits, l'homme a été retrouvé sain et sauf.