Auteur Sujet: Recommandations ERC 2005 : nouvelle méthode de Réanimation Cardio-Pulmonaire (RCP)  (Lu 33466 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne bibendum

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 75
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Bonjour,

Ah, les insufflations sont pas supprimées ?
Car j'avais reçu info comme quoi c'est supprimées.

Quelqu'un dans le forum a un décret ou arrêté correspondant aux versions contradictoire, il serait temps de savoir la réalité des choses.

Si on peut préciser les cas pour :  initiation / amd / psc1.

Merci

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6509
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Il n'y a pas de loi ou de décret, simplement des recommandations issues de l'expérience, c'est à toi de t'adapter à la situation (enfant, adulte, noyé, nombre de secouriste, etc...).

Citer
En résumé, les recommandations 2015-2020 de l’ERC précisent et insistent sur :
- développement de l'utilisation des médias sociaux et de la technologie mobile ;
- favoriser les échanges entre le régulateur médical et le témoin de l'arrêt cardiaque pour la réalisation d’une RCP et la mise en œuvre rapide d'un défibrillateur externe ;
- formation à l’identification du gasp une manière anormale de respirer, qui est un signe d’arrêt cardiaque et une indication pour commencer la RCP.
- suspecter un arrêt cardiaque devant un patient présentant une crise convulsive
- débuter immédiatement les compressions thoraciques et les interrompre le moins possible si la victime ne répond pas ou ne réagit pas. Plus que jamais ces recommandations insistent sur l’importance des compressions thoraciques de qualité pendant l’arrêt cardiaque ;
- compressions du thorax d’une profondeur d’au moins 5 cm sans dépasser 6 cm ;
- rythme des compressions thoraciques de 100 à 120/min ;
- pas plus de 5 secondes pour deux insufflations, chaque insufflation réalisée en 1 seconde ;
- ratio entre les compressions et la ventilation reste à 30 compressions thoraciques pour 2 insufflations : 30/2 ;
- volume d'air insufflé suffisant pour permettre au thorax de se soulever visiblement ;
- si l'on ne peut pas réaliser les insufflations, réaliser au moins les compressions thoraciques est préférable à ne rien faire ;
- concernant la défibrillation toujours plus que jamais indispensable, pas de changements notables concernant le grand public ;
- formations courtes pour le grand public ;
Sources : http://www.cfrc.fr/
http://sofia.medicalistes.org/spip/spip.php?article388
GASP vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xgn2rl_gasp_lifestyle

Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 865
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Bonjour,

En fait la confusion vient souvent du fait que certains secouristes confondent les recommandations pour le secourisme professionnel en équipe (PSE, pompiers, ambulanciers) avec celles des secours médicaux et le secourisme enseigné au grand public.

Elles sont sensiblement les mêmes heureusement mais pour le grand public, les choses sont très claires et simplifiées, elles sont précisées dans le dit référentiel (et juste ci-dessus). Il faut chercher.

Vidéo sympa : http://youtu.be/76Bgc28wtp0

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6509
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Suivi de : Que faire en cas d'arrêt cardiaque ?
- Le Magazine de la santé
https://www.youtube.com/watch?v=U1uwqcqVu1s&ebc=ANyPxKqboUR_9ey6vxNhUdYRFdfS-zcNHwPWFtInd7UhojOLb0wRpNoqDh_DNYeF3QXGQS1g0tfgOFKoKZoLKV4ytdcKa6N7vw

FAITS DIVERS Trois militaires en plein entraînement près de la Cité de l’Espace sont venus en aide à un homme de 74 ans, qui faisait un arrêt cardiaque pendant son jogging. Heureux hasard...  :)
Ce septuagénaire avait sans doute une bonne étoile qui veillait sur lui.
L'homme de 74 ans a été victime lundi matin d’un arrêt cardiaque, alors qu’il courait sur une piste cyclable près de la Cité de l’Espace, à Toulouse.
Les militaires venaient de dépasser la victime.
Il a été immédiatement pris en charge par trois membres du Peloton d’intervention interrégional de la Gendarmerie nationale (PI2G) qui venaient de le dépasser au cours de leur entraînement hebdomadaire. Les gendarmes d’élite se trouvaient dix mètres devant le joggeur lorsqu’ils l’ont entendu tomber.

Le trio s’est coordonné : le premier a prévenu les secours, le deuxième a effectué un massage cardiaque et le troisième s’est occupé des insufflations et de la prise de pouls. L’homme a pu être ranimé après deux cycles de massage, puis pris en charge par les pompiers et le Samu.

Citer
TOULOUSE - LORS DE LEUR ENTRAINEMENT PHYSIQUE 3 GENDARMES DU PI2G SAUVENT LA VIE D'UNE PERSONNE EN DÉTRESSE - A PARTAGER

Cela s'est passé ce lundi 21 mars 2016, trois militaires d'alerte du PI2G partent pour leur entrainement hebdomadaire aux abords de la caserne Courrège.
C’est à 10h35 au niveau de la fusée sur la piste cyclable de la cité de l'espace, que les trois militaires dépassent un homme âgé qui était en train de courir.
Alors qu'ils sont dix mètres devant lui, ils l'entendent trébucher et tomber. Ils font alors demi-tour pour lui porter secours. A son niveau, ils constatent rapidement que son problème n'est pas musculaire.
Rapidement l'homme âgé de 74 ans tombe en arrêt cardiaque et ils décident de procéder aux actes élémentaires de premiers secours.
L'équipe s'organise alors pour prodiguer les premiers gestes, le premier coordonne les secours et appelle les pompiers et le SAMU. Le deuxième effectue le massage cardiaque pendant que le troisième effectue les insufflations et la prise de pouls.
Après deux cycles de massage, l'homme revient à lui.
Il est alors remis en Position Latérale de Sécurité et les gendarmes surveillent son état général, notamment la fréquence cardiaque. Ils couvrent l'homme avec la veste d'un passant en attendant les secours.
La personne est prise en compte par les pompiers et le SAMU. Ils sont félicités par les pompiers qui insistent sur le fait que leur intervention a sauvé la vie de cet homme. Plus tard, le médecin du SAMU appelle les gendarmes pour les féliciter également.
Ces 3 gendarmes du PI2G sont tous formés aux gestes élémentaires de premiers secours (PSC1) à minima. Les militaires souhaitent à cette personne un prompt rétablissement.

Rédigé par CABCOM JD Crédit photos gendarmerie https://www.facebook.com/Gendarmerie.de.la.Haute.Garonne

NOTEZ que chaque entité professionnelle élabore son référentiel interne de formation et de certification - lois n°2004-806 du 9 aout 2004 relative à la politique de santé publique et L 721-1 du code de la sécurité intérieure qui dispose que toute personne concourt par son comportement à la sécurité civile. En fonction des situations auxquelles elle est confrontée et dans la mesure de ses possibilités, elle veille à prévenir les services de secours et à prendre les premières dispositions nécessaires.
Les référentiels internes de formation et de certification (RIFC) sont des documents propres à chaque organisme habilité ou association agréée, destinés aux formateurs PSC1.

Arrêté du 4 septembre 2012 fixant le référentiel national de compétences de sécurité civile relatif à l'unité d'enseignement « pédagogie appliquée à l'emploi de formateur en prévention et secours civiques »
[................]
Article 6
L'unité d'enseignement « pédagogie appliquée à l'emploi de formateur en prévention et secours civiques » se substitue à l'unité d'enseignement « pédagogie appliquée aux emplois/activités de classe 3 » dans tous les textes réglementaires.
Le certificat de compétences de « formateur en prévention et secours civiques » se substitue au certificat de compétences de « formateur de « PSC 1 »-pédagogie appliquée aux emplois/activités de classe 3 » dans tous les textes réglementaires.

Arrêté du 8 août 2012 fixant le référentiel national de compétences de sécurité civile relatif à l'unité d'enseignement « pédagogie initiale et commune de formateur »
Article 1
Dans le cadre de la filière de formation des acteurs de sécurité civile, est instituée une unité d'enseignement intitulée « pédagogie initiale et commune de formateur ».

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6509
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
OU autres rythmes musical :  ;D
Comment faire un massage cardiaque grâce à «Staying Alive» (Restez en vie) des Bee Gees
http://www.dailymotion.com/video/xosc03_comment-faire-un-massage-cardiaque-grace-a-staying-alive-des-bee-gees_tech

Depuis 2005, différents travaux ont été menés pour favoriser l'apprentissage des gestes en y associant une musique connue utilisée comme moyen mnémotechnique pour maintenir le rythme idéal  ???
Écouter de la musique dont le rythme est similaire à celui recommandé pour le massage cardiaque externe (100 à 120 battements par minute, bpm = 100 à 120 compressions du thorax de 5 à 6 cm) peut faciliter la réanimation en pré-hospitalier, selon une étude britannique et australienne. Mais la partition ne fait pas tout, la formation est essentielle pour que le geste soit réalisé dans de bonnes conditions avec une dépression sternale optimale (50 à 60 mm) pour assurer une circulation sanguine.

Les Bee Gees avec Staying Alive  :D
http://www.dailymotion.com/video/x1afd7_bee-gees-staying-alive_music
OU
« Nellie the elephant » une comptine pour enfants de Ralph Butler  https://www.youtube.com/watch?v=28Rh9zRdXxA&feature=fvst

KC & The Sunshine Band - That's The Way (I Like It)
https://www.youtube.com/watch?v=q3svW8PM_jc

Globalement, chez des personnes du milieu hospitalier qui ont bénéficié d'une formation en réanimation cardiaque, se souvenir de chansons dont le rythme est proche de celui des recommandations, telle que « Staying Alive », améliore l'efficacité du geste.
Mais pour les allergiques au disco, l'entrainement avec un métronome fait aussi bien.  :P
Les participants ont pratiqué sur un mannequin trois séquences de trois massages cardiaques d'une durée d'une minute séparée par une minute de repos et réalisée soit en silence, soit en écoutant au casque « Archy Breaky Heart » de Billy Ray Cyrus (rythme 121 beats par minute, bpm), soit « Disco Science » de Mirwais (rythme 105 bpm).
https://www.youtube.com/watch?v=Gc2C0kp8bwI

Des compressions inadéquates :
C'est ce dernier morceau « Disco Science »  https://www.youtube.com/watch?v=CdVKdtdcYro qui a permis de tenir au mieux le rythme recommandé au cours des sessions de massage cardiaque puisque 82 % des participants qui l'entendaient ont effectué de 100 à 120 compressions par minutes, contre 65 % sans musique et 64 % avec « Archy Breaky Heart ».

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6509
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Formez-vous aux gestes qui sauvent.  :)
La chaîne de survie résume les actions successives à mener pour prévenir ou traiter une mort subite par Arrêt Cardio-Respiratoire ACR.

Ces actions sont les suivantes :

1. Visite médicale.
Si vous présentez un ou plusieurs facteurs de risque, consultez votre médecin.

2. Alerte précoce des secours médicaux.
En premier lieu, il faut que vous ou d'autres témoins soyez capables de reconnaître l'urgence. Vous devez reconnaître les signes annonciateurs d'une crise cardiaque, d'un arrêt cardiaque, d'un accident vasculaire cérébral ou d'une suffocation. Toute personne inconsciente doit recevoir des soins d'urgence.
Dès qu'une situation d'urgence se présente, contactez immédiatement les services d'urgence en téléphonant au 15, au 18 ou au 112.

3. Réanimation Cardio-Pulmonaire (RCP) précoce.
La RCP est le maillon essentiel qui permet de gagner du temps entre le premier maillon (alerte précoce) et le troisième maillon (défibrillation externe précoce). Plus la RCP est entreprise précocement, plus les chances de survie de la victime d'un arrêt cardiorespiratoire sont grandes. La RCP maintient l'apport de sang oxygéné au cerveau et au cœur jusqu'à ce qu'une défibrillation externe ou autre traitement spécialisé rétablisse l'activité normale du cœur.

4. Défibrillation précoce.
Le seul traitement efficace d'un arrêt cardiorespiratoire cardiaque subit (ACR) est l'application d'un choc électrique à l'aide d'un défibrillateur externe. Le défibrillateur applique un courant électrique au cœur par l'intermédiaire d'électrodes ou de palettes placées sur le thorax. L'impulsion de courant stoppe l'activité anarchique du cœur, lui donnant une chance de recommencer à battre à un rythme normal. L'application d'un choc électrique qui rétablit le rythme cardiaque normal est appelé défibrillation.

Plus la défibrillation externe est effectuée précocement avec un défibrillateur externe automatique ou un défibrillateur manuel, plus les chances de survie de la victime sont grandes. Les chances de survie d'une personne en arrêt cardiaque diminuent de 10% à chaque minute écoulée sans défibrillation. Au bout de 10 minutes, les chances de survie sont inférieures à 10%.

5. Prise en charge médicalisée précoce.
Elle est assurée par des équipes spécialisées (SMUR) qui dispensent des soins de base ainsi que des soins médicaux plus complexes. Elles peuvent administrer des médicaments cardiaques et introduire des tubes trachéaux. Ces actions aident le cœur en fibrillation ventriculaire à réagir à la défibrillation ou à conserver un rythme normal après une défibrillation externe réussie.

6. Thérapie implantable.
Un ACR en annonce souvent un autre. La prévention est essentielle pour la survie. Un Défibrillateur Automatique Implantable (DAI) administre un choc électrique pour stopper des rythmes cardiaques potentiellement mortels et rétablir un rythme cardiaque normal.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6509
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Quels sont les risques à pratiquer bouche à bouche lors d'un MCE ?

    Lorsque le secouriste doit réaliser les insufflations, il doit nécessairement interrompre le massage cardiaque pendant environ 5 secondes. Or, la perfusion vasculaire cérébrale et la perfusion des artères coronaires alimentant le cœur à ce moment ne sont plus assurées. Il y a donc un risque car la pression artérielle n’est pas continue et donc le cerveau n’est pas préservé.

    Le bouche-à-bouche, augmente la pression à l’intérieur du thorax, ce qui diminue le retour veineux, mais aussi la perfusion artérielle coronaire et le débit sanguin cérébral. Si on comprime le thorax pendant le bouche-à-bouche, cela augmente encore la pression thoracique.

    Beaucoup d’étude mettent aussi en avant que l’on insuffle toujours trop fort et l’administration d’oxygène à haute dose pourrait avoir un effet délétère sur le cerveau. Conserver une saturation en oxygène (SpO2) entre 94 et 98% serait meilleur pour la survie à terme.

    Enfin, il est aussi important de noter que chez de nombreuses de victimes d’arrêt cardiaque, il existe un réflexe initial appelé « gasp » inspiratoire : si la compression thoracique est démarrée immédiatement et continuellement, le réflexe se poursuit, assurant une ventilation aérienne physiologique.

 

Follow @SOS112FR