Auteur Sujet: Respiration : Comment justifier la pause de plus de 6 secondes ?  (Lu 4731 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Esclatant

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 6
  • Sexe: Homme
Bonjour,
Je cherche une justification du chiffres des 6 secondes dans "Évaluer la respiration / Sa régularité et l'absence de pause de plus de 6 secondes entre les mouvements respiratoires".
Merci d'avance pour vos réponses.

Hors ligne FXBZH

  • Etudiant médecine
  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 67
  • Sexe: Homme
Re : Respiration : Comment justifier la pause de plus de 6 secondes ?
« Réponse #1 le: 22 juillet 2013, 20:00:27 »
Plus de 6 secondes entre chaque mouvement respiratoire équivaut à moins de 10/minutes ce qui correspond à une bradypnée (Normale= 12-16 par minute chez un adulte).

A mon avis il ne faut pas chercher plus loin?

Moi je cherche une explication pour la "golden hour" américaine... ;)

Citer
Dans la médecine d'urgence, la Golden Hour se réfère aux 60 minutes immédiatement après une blessure traumatique, au cours de laquelle la réception rapide et des soins médicaux appropriés peuvent augmenter considérablement les chances de survie et la récupération du patient.

Hors ligne Esclatant

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 6
  • Sexe: Homme
Re : Respiration : Comment justifier la pause de plus de 6 secondes ?
« Réponse #2 le: 22 juillet 2013, 20:21:05 »
Merci pour la justification... parfait.

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Formation Ambulancier
Re : Respiration : Comment justifier la pause de plus de 6 secondes ?
« Réponse #3 le: 22 juillet 2013, 23:30:16 »
Tout n'est pas si simple en médecine... pour la formation il faut bien donner un chiffre, mais dans la réalité tout dépend du contexte.
Pour le témoin, non professionnel, on lui demande de s'assurer de l'absence de respiration sans prise de pouls carotidien dans un malaise avant de pratiquer MCE seul (confirmé par étude japonaise, mort subite = pas de Ventilation Artificielle immédiate)
Pour le secouriste formé, ne jamais oublier de prendre la fréquence respiratoire quelque soit les circonstances, hélas souvent oublié dans le bilan vital.

Si fréquence basse que faire ? ... à partir de quand faire de la ventilation. ??
Si pas l'habitude de faire de la VA mieux vaut s'abstenir, car à partir du moment où on débute la ventilation alors que sa technique est mauvaise et que l'on s'arrête le patient est cette fois en apnée.
Toujours le contexte ; coma profond style intoxication avec fréquence très basse, le patient ne consomme pas beaucoup d'oxygène, d'ailleurs il n'est pas cyanosé, on peut se permettre de s'abstenir sauf si la bradypnée s'aggrave.
Par contre bradypnée après phase de détresse et cyanose situation inquiétante (vérifier d'abord liberté voies aeriennes)
Cas particulier ; respiration de Cheynes stockes (AVC par ex) la respiration faiblit en fréquence et en amplitude puis pause et reprend. A part la pls et l'alerte on peut aussi s'abstenir.

Rappel : Fonction respiratoire Ici   http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m2/2102-mesures-resp.html
Et Là :   http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m1/0303-bilan-respiration.html

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
Re : Respiration : Comment justifier la pause de plus de 6 secondes ?
« Réponse #4 le: 24 juillet 2013, 14:50:13 »

Moi je cherche une explication pour la "golden hour" américaine... ;)

Il n'y a pas à l'heure actuelle de réelle justification à la "golden hour". C'est plus un concept arbitraire qui repose principalement sur une étude californienne du début des années 80 et qui ne concerne que le traumatisé.

Mais rien ne valide scientifiquement cette notion de 60 mn. On pourrait sans doute aussi bien parler de golden demi heure, ou de golden 75 mn. Mais ça claque moins ...

D'autant qu'aujourd'hui les techniques de réanimations, d'investigations diagnostiques, et les techniques chirurgicales ont beaucoup évoluées. En parallèle la technologie automobile s'est révolutionné et la désincar n'a plus forcément grand chose à voir avec ce qui se passait sur des modèles (US) de voitures des années 70/80 (quand il y a encore besoin de faire de la désincar ...).

Ceci dit le maillage sanitaire est aujourd'hui différent chez nous de ce qu'il était dans ces années là. On ne trouve comme à l'époque un bloc op' avec chir "dur" et un chir "mou" dans chaque ville de 5 000 ha.