Auteur Sujet: Comment devenir Chasseur Alpin ou Gendarme de haute montagne ?  (Lu 51753 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

paul

  • Invité
Bonjour,
j'ai 19 ans j'aimerais m'engager dans l'armée pour devenir chasseur alpin ou gendarme de haute montagne.
j'ai un bts "génie énergétique".
Est ce possible d'y trouver son bonheur ?
merci de me répondre

Anonymous

  • Invité
Re : Comment devenir Chasseur Alpin ou Gendarme de haute montagne ?
« Réponse #1 le: 19 décembre 2004, 14:38:00 »
Citation de: paul
j'ai 19 ans j'aimerais m'engager dans l'armée pour devenir chasseur alpin ou gendarme de haute montagne.

REPONSE : Je suis Adjudant au centre info recrutement de la gendarmerie de CLERMONT-FD. Je connais la procédure pour devenir gendarme de haute-montagne.
En plus, mon fils est actuellement chasseur-alpin au 27 ème BCA d' ANNECY.
https://www.facebook.com/27eBCA/ et  https://www.facebook.com/27eBIM/
Notez que ce sont des militaires mais deux cursus de carrière très différents.

Citer
Donc cmment devenir Gendarme en PGHM ?
Parcours type d'un sous-officier  8)
1/ Il faut tout d'abord devenir gendarme : réussir le concours sous-officier de la gendarmerie (niveau BAC) puis suivre les dix mois d'école rémunérés. Le parcours présenté ici s'adresse aussi bien aux gendarmes masculins que féminins !
2/ Durant cette formation, l'élève gendarme se porte volontaire pour participer à un test de compétence. Organisé par le Centre National d'Instruction de Ski et d'Alpinisme de la Gendarmerie (CNISAG) à Chamonix, ce test se déroule en hiver sur trois jours et comprend différentes épreuves :
    une épreuve écrite de connaissance générale sur le milieu montagnard et ses intervenants
    une épreuve physique en ski de randonnée (parcours de plus de 1000 mètres de dénivelée positive)
    une épreuve technique de ski (descente libre sur piste et hors piste)
    une épreuve de recherche de victime d'avalanche
    une épreuve d'escalade et des techniques associées
3/ En fonction des résultats obtenus, de ses désidératas et des places disponibles, l'élève-gendarme obtient une affectation en unité montagne (Brigade territoriale ou escadron de gendarmerie mobile). Ces unités sont réparties sur tous les massifs montagneux et les Pyrénées ne sont pas en reste !
4/ Une fois affecté en unité, le gendarme se porte volontaire pour suivre les différents stages de formation lui permettant d'exercer ses missions en sécurité et de progresser dans tous les domaines de compétences :
    le CEM : Certificat Élémentaire Montagne (apprentissage des fondamentaux d'escalade, de ski et d'alpinisme)
Durée du stage : 02 semaines été + 02 semaines hiver

    le DQTM : Diplôme de Qualification Technique Montagne (techniques d'alpinisme hivernal et estival, encadrement, secourisme, initiation au secours). Il est obligatoire de présenter une liste de 15 courses en montagne pour se présenter au DQTM.
(05 grandes voies cotées AD+ minimum / 05 courses d'alpinisme en AD / 05 ski de randonnée de 900m de D+).
Durée du stage : 06 semaines été + 05 semaines hiver + 02 semaines automne
 L'obtention du DQTM offre la possibilité de se présenter aux tests d'entrée dans la spécialité montagne. D'une durée de deux semaines, ces tests comportent des évaluations en :
    Alpinisme (sous toutes ses formes)
    Ski technique (toutes neiges, tous terrains)
    Ski de randonnée
    Escalade
    Condition physique
    Parcours en terrains variés
    Orientation
    Connaissances générales
  Ces semaines de test ne serait pas complètes sans un entretien de motivation et la présentation d'une liste de courses. Si ces épreuves paraissent exigeantes, elle ne sont pourtant pas insurmontables. Le candidat doit être compétent dans toutes les disciplines, faire preuve d'expériences personnelles et avoir les qualités d'un montagnard avéré.
 S'il réussit, le gendarme est affecté en unité spécialisée : PGHM ou PGM. Débute alors une formation de 17 semaines pour apprendre ou perfectionner les techniques de secours en montagne et en milieu aquatique, le niveau en alpinisme estival et hivernal ainsi que le domaine de la police judiciaire et administrative.

    le BSM, Brevet de Spécialiste Montagne.
 Mais là, c'est une autre histoire ...
 Pour conclure, il se déroule un minimum de deux à trois ans entre l'entrée en école et l'affectation en spécialité. Ce cursus convient parfaitement à une personne motivée qui n'a pas assez de vécu en montagne. Le contenu des formations est axé sur la pédagogie et la sécurité. Le stagiaire en ressort avec les cartes en main et peut se faire son expérience. A lui de se prendre en main, de s'améliorer et de se perfectionner dans tous les domaines.
 Et les filles dans tout ça ?!

 Actuellement, (02/2016), elles sont trois en spécialité montagne !
https://infos.emploipublic.fr/article/devenir-gendarme-secouriste-en-haute-montagne-sarah-chelpi-premiere-commandante-de-pghm-eea-7811

 La première a réussi les tests d'entrée en 2011. Elle a suivi le cursus présenté ci-dessus. Etape après étape, elle est aujourd'hui aspirant guide, chef de caravane et vient de réussir l'eurotest du BE ski. Après une première affectation au PGM de Morez dans les Vosges puis au PGHM d'Osséja chez nos voisins du 66, elle enseignera dès cet été au centre d'instruction montagne de la gendarmerie à Chamonix : le CNISAG.

 Les deux suivantes font partie du recrutement dit direct, présenté ci dessous. Elles sont, aujourd'hui, guide de haute montagne. L'une est affectée au PGHM de Chamonix, l'autre au PGHM de Modane (73).

NOTA : A la fois secouriste et enquêteur, le gendarme spécialiste montagne, recruté parmi les officiers et sous-officiers de gendarmerie, est particulièrement qualifié pour intervenir dans le milieu difficile qu’est la montagne, il peut être OPJ et APJ, voire APJA s'il est GAV ou réserviste.

Source https://www.pghmariege.com/le-pghm/int%C3%A9grer-un-pghm/

Alors, si tu veux être gendarme SOC en PGM ou PGHM, tu dois répondre aux conditions et avoir subi et réussi des tests de pré-sélections pour pouvoir intégrer une école de gendarmerie où tu seras formé pour être gendarme.
Au bout de 3 ans de service, tu pourras demander à suivre le stage de haute-montagne à CHAMONIX et tu seras affecté en PGM ou PGHM mais si tu possèdes un diplôme d'aspirant guide tu pourras prétendre à un entrée plus rapide en sortie d'ESOG.
J'ai abrégé et si tu veux plus de renseignements diriges toi vers le C.I.R.

Si vous n'êtes pas certain de vouloir ou de savoir dans quoi vous vous "engagez", il existe les postes de gendarmes adjoints volontaires. Ce sont un peu les "emplois jeunes" de la gendarmerie. A l'inverse du sous-officier, dit de "carrière" (SOC), le Gendarme Adjoint Volontaire (GAV) signe un premier contrat de deux ans qu'il peut prolonger par un second d'une durée de trois ans.
Tout d'abord, il faut passer et réussir un concours et être apte médicalement avant d'intégrer une école de formation initiale pendant trois mois. Au cours de ce trimestre de formation rémunéré, le GAV se porte candidat pour passer un petit test de compétences (ski et alpinisme, marche en montagne). La réussite à cet examen facilite une affectation en PGM voire en PGHM en fonction des places disponibles.
Les missions d'un Gendarme Adjoint Volontaire dans une unité spécialisée sont très variées. Ils prennent une grande partie des permanences d'accueil afin de réguler les appels téléphoniques, les alertes et la radio, entretien des locaux de service et à la logistique de l'unité. Ils participent ponctuellement à des opérations de secours en cas de caravanes terrestres. Ils peuvent apporter une aide matérielle lors d'un secours particulier. Selon les plannings et les effectifs de chaque unité, trois à quatre journées d'entraînements par semaine peuvent être prévues au service. « GAV en PGHM, c’est aussi faire du sport avec les pros, faire les exercices avec les pros, mais peu de secours. On n’a qu’une envie : s’engager pour y participer pleinement. » Un plaisir qui se mérite car au début on vérifie tes capacités physiques et techniques, ton niveau à ski et en montagne. On en bave un peu, mais quand on aime ça, c’est génial. Seule ombre au tableau, un GAV ne participe que rarement aux secours en général, il y a un ou deux gendarmes engagés sur un secours par hélico. On n’envoie donc pas un GAV. On ne fait appel à eux que sur les secours de grande ampleur, lorsqu’il faut du nombre pour chercher des victimes. Par contre, il participe à toutes les formations et à tous les exercices pratiques et aux entraînements physiques. Ils apprennent à connaît les méthodes et le matériel. "On se prépare, on touche, on ressent… mais c’est tout."  :P
C’est vrai que c’est un peu frustrant mais c’est passionnant et ça donne envie d’une seule chose, passer le concours, intégrer une unité de montagne et enfin monter dans l’hélico pour se retrouver au bout du treuil sur un vrai secours.
Pour celui qui accepte ces quelques contraintes, il est évident qu'il s'agit de postes privilégiés pour accélérer sa formation de montagnard en bénéficiant d'un cadre structuré. Avec un premier pied dans la spécialité, les GAV ont toutes les clefs pour revenir en tant que sous-officier quelques années plus tard. C'est un véritable tremplin et si le job vous plait en étant GAV, il est possible de préparer et de passer le concours sous officier en interne, même pour ceux qui ne sont pas diplômé d'un BAC.
Nombreux sont ceux qui ont mis à profit ce passage PGM ou en PGHM pour acquérir une solide expérience de la montagne et du secours. Ceux qui n'ont pas pu/voulu poursuivre par l’école des sous-officiers ont souvent trouvé un travail en tant que professionnel de la montagne (pisteur/aspirant-guide/travaux accros) mais quand on a goutté au plus beau métiers du monde, c'est dur de décrocher !

Maintenant, si tu veux devenir chasseur-alpin, vas voir ton CIRAT où tu t'engageras, si en possède les aptitudes physiques et intellectuelles, dans l'armée de terre et tu opteras pour un bataillon de chasseurs-alpins.
La démarche à suivre est la suivante ; 1ère  étape : S’adresser à un Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées (CIRFA) proche de votre lieu de résidence.
 http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/
 http://www.bca27.terre.defense.gouv.fr/le-27e-bca-et-la-societe
 http://www.bca27.terre.defense.gouv.fr/recrutement/devenir-chasseur-alpin-au-27e-bca

Voilà les procédures dans leurs largeurs.
Bonne chance petit. MJL

Hors ligne leburon63

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 818
  • Sexe: Homme
    • http://www.fr.debian.org/
Re : Comment devenir Chasseur Alpin ou Gendarme de haute montagne ?
« Réponse #2 le: 19 décembre 2004, 21:01:43 »
Merci de ta participation sur le forum et d'avoir répondu à la question de Paul.
Tu précises bien qu'il faut attendre environ 3 ans après l'école de formation initiale ?
Je suis ancien GAV au PGM du Mont-Dore et je m'étais renseigné pour intégrer un PG après l'école de sous officier. On m'avait dit qu'il fallait faire les tests au CNISAG et que l'on pouvait intégrer un PGM directement si on obtenaient de très bons résultats aux tests.   ???
Pour passer les tests, je dirais qu'il faut 6b/c en tête en escalade sportive, une (très) bonne caisse pour une bonne bambée (en Savoie c'est une promenade en montagne) avec nuit en bivouac au milieu, un parcours "terrain varié" et un chrono sur une montée de 7 ou 800m ; sur les deux jours il me semble que ça doit avoisiner 2500 de D+ minimum, un bon niveau de ski toutes neiges, un peu d'expérience en TA (genre escalade TD et courses d'arête AD+ / D)

Sujet ouvert ICI

Citer
Comment intégrer directement un PGHM : le gendarme Lucas, 27 ans, est originaire de Chambéry en Savoie où il a vécu une longue partie de sa jeunesse.
Initié très tôt à la montagne par ses parents, cette pratique est devenue sa passion au fil des années. A partir de 16 ans, il travaille durant les étés dans les refuges de haute montagne où il est amené à voir intervenir régulièrement les secouristes en montagne. Cette proximité permet de faire naître une vocation.
Au travers d'une pratique assidue de la montagne, ce dernier s'engage dans le très difficile cursus de guide de haute montagne et décroche avec succès son diplôme d'aspirant-guide de haute montagne.
Après la réussite au concours de sous-officier de gendarmerie, il intègre l'école de Montluçon où il suit une formation de neuf mois. A l'issue, il est affecté directement au PGHM d'Oloron-Sainte-Marie et fait partie des très rares jeunes gendarmes à accéder directement à la spécialité montagne à la sortie d'école de formation (ESOG).
Cette exception s'explique par son parcours montagnard et notamment son diplôme d'aspirant-guide de haute montagne déjà en poche. Sa nouvelle affectation au cœur des Pyrénées lui permet de découvrir ce beau massif qu'il lui est jusqu'à maintenant inconnu.

Vous avez des affinités pour la montagne et vous cherchez une première expérience professionnelle forte et valorisante ? Inscrivez-vous au concours de Gendarme Adjoint Volontaire puis demandez à servir en PGHM. Vous serez initié aux techniques de montagne et de secourisme et vous seconderez les sous-officiers au quotidien.

sylv1

  • Invité
Re : Comment devenir Chasseur Alpin ou Gendarme de haute montagne ?
« Réponse #3 le: 19 décembre 2004, 22:45:12 »
Je ne crois pas que tu puisses rentrer directement en PGM ou PGHM à la sortie de l'école SOG  sauf si tu as le diplôme d'Aspirant Guide.  ::)
Tu dois donc d'abord devenir Gendarme (sous-off) puis passer le CAT et tes "brevets montagne" ce qui prend au mieux 3 ans sinon 5/6 ans avant de pouvoir présenter les tests d'entrée en PGHM.

Citer
La carrière classique d’un gendarme en montagne débute par un test de compétence particulière « montagne ». Durant sa formation de sous-officier ou d’officier en école, l’élève gendarme ou l’élève officier fait acte de candidature pour suivre ces tests d’une durée de trois jours organisés au CNISAG de Chamonix.
 LES ÉPREUVES
– une épreuve écrite de connaissance générale sur le milieu montagnard et ses intervenants
– une épreuve physique (chronométrée sur un parcours de plus de mille mètres de dénivelée positive avec un sac chargé à huit kilos pour les hommes et six kilos pour les femmes),
– une épreuve de course d’orientation
– une épreuve de « terrain varié »
– une épreuve technique de ski alpin (descente libre sur piste et hors piste)
– une épreuve de recherche ARVA
– une épreuve d’escalade
– un entretien
En fonction des résultats obtenus, le CNISAG propose d’orienter la carrière de l’intéressé vers les unités de gendarmerie de montagne, au sein  desquelles il se porteront volontaire pour suivre la formation « montagne ».

Recrutement direct en PGM ou PGHM
 Pour les titulaires du probatoire du Brevet d’État d'Aspirant-Guide, le parcours est beaucoup moins long du fait du niveau exigeant requit pour obtenir cet examen. Évidement, la réussite du concours sous-officier de la gendarmerie et des dix mois d'école reste la condition sine qua none.
 Par contre, le gendarme se verra dispenser de la formation "montagne" pour être affecté directement dans un PGHM selon les places disponibles et ses souhaits de massif. Là, il attaquera la formation des 17 semaines du BSM, Brevet de Spécialiste en Montagne.

Ensuite il faut avoir une très bonne condition physique et un mental d'acier pour réussir les différentes épreuves (2700m de deniv avec 8 kg, 6b en grimpe, très bon niveau de ski, liste de courses, etc...).
La solution pour écourter tout ça est de rentrer aspirant guide ou guide de haute montagne et tu peux être direct affecter en PG si tu en as encore envie et si des places sont dispos.
Sinon pour faire du secours en montagne tu peux aussi passer par la formation de Gpx dans la Police pour être CRS de montagne, ou chez les SP au groupe montagne, c'est plus court et (mais ça reste personnel !!!) peut-être plus facile !

Pour Paul :
pour les chasseurs alpins, ça n'a rien à voir avec les gendarmes, bien qu'ils soient eux aussi des militaires de haute montagne.
Ce n'est pas le même Job, se qu'ils regardent c'est d'abord ton envie d'être militaire et de signer un contrat d'engagement de 3 à 5 ans ( j'ai un ami qui s'est fait refouler car il était trop fort en montagne mais n'a montrer aucune motivation pour l'armée ! ).
Le chasseurs alpins c'est d’infanterie de montagne. Il est le soldat d'une unité d’infanterie de l’urgence, des terrains difficiles et des conditions climatiques extrêmes ; apte à combattre prioritairement en montagne et en zone urbaine. Les chasseurs alpins doivent savoir :
    * Se déplacer à pied sur de longues distances et en terrain escarpé, à skis, en parapente, en hélicoptère ou en véhicule chenillé, escalader,
    * Utiliser leurs armes : missiles, mortiers, mitrailleuses, fusils de précision, FAMAS…
    * Stationner en montagne : en igloo, en refuge ou bivouaquer.

Ce qui faut savoir c'est qu'au début tu pars un peu partout dans le monde et pas seulement là où il y a des montagnes afin de te former à tous les terrains de "guerre".
Le 27e Bataillon de chasseurs alpins en Afghanistan en 2009 ICI

Devenir chasseur alpin au 27e BCA ; la démarche à suivre est la suivante  :)
1ère  étape :
S’adresser à un Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées (CIRFA) proche de votre lieu de résidence.
Vous trouverez le listing regroupant tous les CIRFA de France sur le site www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/ou-nous-rencontrer
2ème  étape :
Lors de votre entretien, expliquer votre volonté d’intégrer les chasseurs alpins. 
3ème  étape :
La cellule recrutement du 27e  BCA se tient à votre disposition pour toutes questions et informations complémentaires  (TEL : 04 50 33 46 41)

Coordonnées :
Si vous avez une question, n’hésitez pas à contacter la cellule recrutement du 27e  BCA par mail et par téléphone:EMAIL : [email protected]


Bapt33

  • Invité
Re : Comment devenir Chasseur Alpin ou Gendarme de haute montagne ?
« Réponse #4 le: 19 avril 2015, 19:43:32 »
Bonjour,
je souhaite intégrer les chasseurs alpins mais je ne suis malheureusement pas une personne super aguerris avec des skis je descend les pentes mais sans plus, donc j'aurais voulus savoir si c'était un gros freins pour intégrer cette unité ?
En sachant au je suis super motivée, et près à apprendre et à me surpasser  :P

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6847
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Comment devenir Chasseur Alpin ou Gendarme de haute montagne ?
« Réponse #5 le: 20 avril 2015, 10:11:23 »
Bonjour, ce n'est pas grave, skier il n'y a pas que ça à savoir, ils vous formeront et si vous être une fille très motivée comme vous le mentionnez, inscrivez vous sur l'Armée recrute ici :
http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/
ou formation militaire des jeunes réservistes :

https://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/nos-emplois/trouver-un-emploi-par-regiment/item/141-27e-bataillon-de-chasseurs-alpins
Le 27e BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins) est une unité d’infanterie de l’urgence, des terrains difficiles et des conditions climatiques extrêmes, apte à combattre prioritairement en montagne et en zone urbaine.
Les chasseurs alpins doivent savoir :
    Se déplacer à pied sur de longues distances et en terrain escarpé, à skis, en parapente, en hélicoptère ou en véhicule chenillé, escalader,
    Utiliser leurs armes : missiles, mortiers, mitrailleuses, fusils de précision, FAMAS…
    Stationner en montagne : en igloo, en refuge ou bivouaquer.  :-[

Chaque candidat a au moins une raison pour s’engager. Que ce soit le goût de l’aventure, la volonté de partager des valeurs de solidarité, de cohésion, d’honneur…, la volonté de servir son pays ou tout simplement l’envie de se dépasser, les raisons de  l'engagement sont propres à chacun.
Pour intégrer l’armée de Terre il faut :
- être de nationalité française ;
- avoir de 17,5 ans à 29 ans au plus ;
- être de sans diplôme à Bac +5 ;
- avoir son attestation de la Journée Défense et Citoyenneté (recensement à la mairie ou certificat JDC) ;
- jouir de ses droits civiques ;
- être déclaré apte médicalement ;
- avoir été évalué(e). Les évaluations médicales, sportives et psychologiques se déroulent dans un groupe des services d’évaluations (5 GSE : Vincennes, Nancy, Lyon, Bordeaux et Rennes).

En quoi consistent les évaluations ?
- à déterminer l’aptitude médicale générale à l’engagement, ainsi que les aptitudes particulières au service en montagne, en unités parachutistes, à la plongée (pour les plongeurs du génie)…
Ces aptitudes sont du ressort exclusif du service de santé des armées ;
- à évaluer l’aptitude à se doter d’une bonne condition physique et sportive dans le cadre de la formation initiale puis de celle de spécialiste, puis à l’entretenir ;
- à évaluer la capacité à s’adapter à la vie militaire, à ses spécificités et contraintes, à résister au stress…
Il s’agit bien d’évaluations, du potentiel du candidat à devenir soldat, à en suivre la formation. Il ne s’agit pas de tests sanctionnant des acquis.

NOTA : Il n’y a pas d’échec aux évaluations à proprement parler : les évaluations servent uniquement à déterminer une aptitude à la vie militaire et à la formation au métier de soldat.
Les cas les plus fréquents d’inaptitude sont médicaux.
En cas d’inaptitude temporaire pour raison médicale ou sportive, le candidat pourra repasser ses évaluations un an après son passage en GSE. Les évaluations psychotechniques restent valables trois ans.

Citer
La formation initiale des chasseurs alpins  :P :-\ ???
Les formations initiales des jeunes recrues se déroulent sur 9 semaines et sont communes à tous les militaires.
A leur incorporation au bataillon, les chasseurs reçoivent une formation initiale basée sur le tir et la formation au combat, la pratique de la montagne et l’entraînement physique. Elle dure environ 6 mois et fait entrer progressivement le jeune civil dans une communauté de soldats de métier. Elle est commune à toutes les spécialités.
A partir de ce tronc commun, les chasseurs poursuivent sur une formation de spécialiste différenciée selon l’emploi. Elle conduit à l’obtention de qualifications militaires ou professionnelles et pour  les plus méritants à des fonctions à responsabilités.
Par la suite une formation montagne leur est dispensée, organisée en 2 stages de 3 semaines minimum. Elle est marquée par l’obtention du Brevet d’Alpinisme Militaire (BAM) l’été, et par celle du Brevet de Skieur Militaire (BSM) l’hiver. Les meilleurs d’entre eux suivront des stages spécifiques de haute montagne donnent accès pour les meilleurs au Brevet de Chef d’Equipe de Haute Montagne
(BCDHM). http://www.defense.gouv.fr/terre/presentation/organisation-des-forces/infanterie/27e-bataillon-de-chasseurs-alpins

« L’esprit chasseur ? C’est d’abord l’esprit d’équipe… La rapidité dans l’exercice de gens qui "pigent" et qui "galopent". C’est l’allant, c’est l’allure, c’est le chic, c’est servir avec le sourire, la discipline qui vient du cœur, c’est le dévouement absolu qui sait aller, lorsqu’il le faut, jusqu’au sacrifice total. » Maréchal Lyautey, le 3 mai 1930

chasbite

  • Invité
Re : Comment devenir Chasseur Alpin ou Gendarme de haute montagne ?
« Réponse #6 le: 05 juin 2016, 00:02:02 »
Bonjour,
je souhaite intégrer les chasseurs alpins mais je ne suis malheureusement pas une personne super aguerris avec des skis je descend les pentes mais sans plus, donc j'aurais voulus savoir si c'était un gros freins pour intégrer cette unité ?
En sachant au je suis super motivée, et près à apprendre et à me surpasser  :P

Salut,
Il est préférable d'avoir quand même un petit niveau technique en ski car le quotidien en hiver n'est pas de passer ses journées à faire du ski de piste en station mais de sortir sur le terrain avec sac, équipement, matériel individuel et collectif, parfois avec l'armement, avec une météo et des conditions de neige qui ne sont pas toujours excellentes. ..quand on ne sait pas skier, on peut toujours s'en sortir à la montée si on a une bonne caisse physique, ça fonctionne essentiellement au moral...en revanche à la descente, si on n'a aucun bagage technique, c'est les gamelles assurées que l'on enchaîne et qui génèrent de la fatigue, on est trempé, ça peut tourner très vite à la galère surtout qu'on évolue en tous-terrains, il faut savoir tourner en toutes neiges avec un sac lourd, avec la fatigue de la montée dans les jambes, bref ce n'est pas tous les jours une partie de plaisir et si on a une fonction d'encadrement, il faut être, même dans ces conditions, capable de "commander" les hommes dont on a la responsabilité. Au final, on se forme au ski hors-piste sur le tas, à la dure, et les séances d'apprentissage du ski alpin sont très rares sur une saison. En conclusion, si on est un skieur dégrossi, les débuts se passeront facilement, dans le cas contraire c'est physique et il faut s'accrocher moralement pour ne pas craquer.Un chasseur alpin à ski, c'est un homme avec son sac qui contient la bouffe, le matériel de bivouac, les affaires de rechange, matériel technique, l'armement, jumelles, munitions, vêtements, cartes, etc, etc, bref ça pèse sur les épaules, c'est un handicap et quand on prend une gamelle à ski ça laisse des souvenirs durables et parfois douloureux !!!