Auteur Sujet: Gendarmes secouristes en montagne : sauvetage périlleux de deux alpinistes.  (Lu 84 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6785
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Le 21 juillet 2020, alors qu’ils rentrent d’une mission déjà éprouvante, les militaires du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix sont sollicités pour aller secourir deux alpinistes en difficulté sur le mont Blanc de Courmayeur. Après cinq jours passés en montagne, l’un d’eux a chuté. Depuis, il n’avance plus et délire. Or, l’orage approche, et si les militaires n’interviennent pas très vite, la nuit risque d’être fatale pour les deux aventuriers. Malgré des conditions difficiles, les gendarmes se projettent sur les lieux pour les secourir. Fred, gendarme du PGHM, revient sur ce sauvetage miraculeux.

L’analyse de la situation

« En ce début d'après-midi, alors que nous faisons sécher le matériel et les vêtements utilisés lors de la mission de la matinée, les éléments d’alerte pour le mont Blanc de Courmayeur se précisent. Stéphane, le commandant du PGHM, arrive à la « drop zone » et nous fait un point de situation. Le bureau, lieu où les alertes sont reçues et régulées, estime qu’un engagement terrestre est justifié, mais, compte tenu de notre mission du matin et du risque orageux avéré, Stéphane souhaite avoir notre ressenti de terrain.

Nous discutons de la situation et de la pertinence de l’engagement. Personnellement, je ne crois pas à la récupération de l’alpiniste inconscient. Il me semble que cet avis est partagé par la plupart d’entre nous. Je prends la parole pour résumer l’opinion générale. Il nous paraît justifié d’aller chercher le mieux portant, qui ne pourra sûrement pas prendre seul la décision d’abandonner son compagnon de cordée. Pourtant, s’il ne le fait pas, il risque lui aussi de mourir. En revanche, il faut être lucide et honnête avec les requérants et nous-mêmes sur notre incapacité à ramener un inconscient depuis le mont Blanc de Courmayeur. Il est donc clair et établi que, si le bilan se confirme, nous serons contraints de le laisser sur place. Cette décision est terrible, mais fondamentale, puisqu’elle définit précisément notre stratégie, rendant réalisable la mission et compatible avec le créneau météo imparti, les orages étant annoncés pour 21 h 30. Cette phase de réflexion est très importante car, si nous devons effectivement laisser l’inconscient au sommet, nous en aurons parlé avant sur la base d’arguments posés. En définissant la mission correctement et précisément, on sait quelle stratégie adopter et quel matériel emporter.

L’engagement du médecin ne nous semble pas justifié, le mieux portant semblant pouvoir s’en passer et il est sûrement trop tard pour le second. Des actes médicaux lourds, telle qu’une intubation, n’ont aucun sens ni ne sont possibles dans ces circonstances.

Notre matériel de bivouac propre n’est pas emporté. La stratégie n’est pas d’y aller pour prendre l’orage avec eux mais plutôt de procéder à ce qu’on appelle un « Pick and go ». Il en va de même pour le matériel de brancardage. Aucune manœuvre de brancardage n’est envisageable sur les arêtes du mont Blanc de Courmayeur et sur des bosses de neige et de glace, surtout par mauvais temps. Nous sortirions totalement de notre stratégie. Nous serions alors très exposés aux orages et en danger dans nos déplacements, ce qui serait susceptible de remettre en question la pertinence de notre engagement et notre sécurité. »

Le départ en intervention

« Finalement, nous convenons qu’une caravane à quatre secouristes sera suffisante, au moins dans un premier temps, pour faire ce qui est prévu. Je demande donc qui est volontaire. Les mains se lèvent et je dois définir les équipes.

Romain et Matthieu sont désignés. Romain est très entraîné. Il est le plus fort d’entre nous physiquement et a fait plusieurs courses en altitude ces dernières semaines. Matthieu est aussi un élément très solide, efficace en toutes circonstances. Bien que rentrant récemment de vacances, il n’a pas du tout subi la caravane du matin, alors qu’il a fait le trajet le plus long.

Johann et moi serons également de la partie. Avec Johann, nous sommes sûrs de notre forme et de notre adaptation à l’altitude. Ensemble, le dimanche précédent, nous avons atteint le sommet du Mont-blanc depuis Bellevue, en passant par l’aiguille de Bionnassay, sans nous arrêter. Nous avons donc passé quelques heures en altitude. Par ailleurs, nous avons à cette occasion parcouru l’arête des bosses et la descente du Goûter, que nous devrons emprunter pour la caravane. L’équipe nous semble solide et nous sommes tous motivés.

Matthieu et Johann sont prêts les premiers. Ils seront déposés par Dragon en treuillage sur l’arête Nord du Dôme, vers 4 100 m d’altitude ; le mécanicien ayant refusé que nous sautions de l’hélicoptère à basse altitude. Avec Romain, nous finissons les sacs. J’ai l’idée d’emporter une bouteille d’oxygène et des lunettes. Cette intuition sera primordiale pour la suite de la caravane. J’avais déjà pensé, au préalable, à la pertinence d’administrer de l’oxygène aux victimes dans ce genre de caravane en très haute altitude. L’idée était d’utiliser du matériel d’himalayistes, mais cela était resté à l’état de projet jusqu’à maintenant. On fera donc avec l'oxygène de la drop zone, des gros « obus » de 5 kg et des lunettes. Du coup, j’hésite. Je consulte Fabien, qui me dit de la prendre et que, au pire, je la laisserai si nous n’en avons pas l’utilité. Le médecin nous donne une tablette de 6 comprimés de corticoïdes. »

La dépose sur les lieux du sauvetage

« Nous sommes déposés au Plateau, vers 4 100 m d’altitude, grâce à un bloc de séracs écroulé que le pilote utilise comme référence. Une pensée fugace pour le Sikorsky d’Henry et Vincendon, crashé à quelques dizaines de mètres, nous traverse forcément l’esprit.

Nous arrivons sans encombre à l'abri Vallot. Johann et Matthieu sont derrière nous, car ils avaient plus de distance à parcourir pour atteindre Vallot depuis leur point de dépose. La météo n’est pas fameuse, mais on progresse « à vue », petit à petit.

Au départ de Vallot, le vent d’Ouest forcit brusquement et rend la montée pénible. Je me remémore l’effort fourni deux jours plus tôt avec Johann et maintes fois auparavant. Je demande à Romain de garder un rythme tranquille dans la première bosse, qui est la plus raide et la plus coûteuse en énergie. Nous commençons à jalonner depuis Vallot pour faciliter la montée de la deuxième équipe et surtout pour préparer notre descente. À Vallot, nous appelons le bureau, qui nous propose le renfort d’un troisième binôme, qui acheminerait le caisson hyperbare jusqu'à l'abri. Nous sommes d’accord sur le fait que cela constituerait une aide précieuse. Deux camarades viennent donc nous renforcer.

Nous atteignons le Mont-Blanc dans le brouillard complet. Nous savons que nous sommes au sommet, car la montée s’achève et nous entamons la descente sur l’arête du mont blanc de Courmayeur. Le vent fait tout givrer. On se guide avec le GPS pour être sûrs que nous sommes au bon endroit. Nous jalonnons toujours. Nous sommes un peu surpris par la relative technicité de l’arête. Nous nous faisons la réflexion qu’il serait totalement impossible, dans cet environnement, de ramener un inconscient.

Nous arrivons enfin à un replat de l’arête et nous ne voyons qu’un sac à dos, une corde en tas et un piolet. Pendant quelques instants, nous sommes pris d’un doute : sont-ils partis ou, plus probablement, sont-ils tombés ? »

Et si les deux alpinistes pouvaient être sauvés ?

« Finalement, nous voyons une tête dépasser du versant Est de l’arête. Nous nous approchons du bord et découvrons la situation. Le mieux portant, Matt, a creusé une petite alcôve à mains nues et au piolet dans le flanc de l’arête pour y mettre son compagnon, Dan, à l’abri du vent. C’est assez efficace mais, sans pelle, l’alcôve est minimaliste et Dan a les jambes qui pendent dans le vide. La pente est raide, au-delà de 45 degrés. Romain m’assure et je descends au contact. Matt a l’air fatigué mais il est valide. L’état de Dan est très inquiétant : il parle très difficilement, couché sur un karimat de bivouac. Mais il est conscient. Selon Matt, il a tenu des propos délirants les heures précédentes et après avoir chuté dans une roture, il s’est plaint du dos et ses dernières forces l’ont abandonné. Le contour de la mission change quelque peu. Et s’il y avait un espoir de ramener les deux alpinistes ? »

L’évaluation de la situation sur place

« Je donne à Dan les médicaments et lui installe les lunettes à oxygène. Matthieu et Johann nous rejoignent. Eux aussi ont été surpris par la dernière section de l’arête. Ils nous ont même demandé confirmation de l’itinéraire à suivre ! Johann descend avec moi et nous creusons une alcôve plus confortable dans laquelle nous installons Dan, incapable de se mouvoir. L’oxygène et les médicaments commencent doucement à agir, mais le seul signe d’évolution positive est son élocution, qui progresse légèrement.

Il est 19 heures. Le temps passe et les orages sont prévus dans 2 h 30. Johann, Matthieu et Romain me rappellent notre objectif initial. Nous décidons de fixer une limite d’intervention à 19 h 15. Nous en informons le bureau, qui s’apprêtait à nous inciter à partir. Les hélicoptères Dragon et Chamonix Mont-Blanc Hélicoptère sont en l’air pour tenter l’impossible. Malheureusement, nous entendrons l’hélicoptère Dragon lors d’une approche, mais nous ne le verrons jamais. Les deux pilotes échangent par radio, ils s’entraident sur leur appréciation des conditions météo et, finalement, constatent que c’est impossible. Au moins, ces dernières tentatives fermeront la porte à tout doute si nous sommes amenés à laisser Dan sur place. Tout aura été tenté.

J’explique la situation au compagnon de Dan, qui avait déjà été préparé à l’éventuel abandon de son compagnon lors des communications téléphoniques avec le bureau. Dan retrouve peu à peu ses esprits. Je lui explique la situation. S’il est trop blessé ou malade pour marcher, nous ne pourrons assurer ni sa sécurité, ni la nôtre, et nous devrons partir sans lui, en espérant un créneau météo permettant son extraction en hélicoptère. À ces mots, Dan me regarde et me dit : "Fred, I want to walk. Let me try to walk”. » ( Fred, je veux marcher. Laissez-moi essayer de marcher. )

La cordée de la dernière chance

« Je l’aide à se relever. Je suis surpris qu’il tienne sur ses jambes. Romain me regarde avec incrédulité quand il le voit se redresser. Finalement, Dan monte sur mes épaules pour sortir de son alcôve. Il est hissé par les autres sur l’arête. En remontant, je vois que ceux qui sont restés au vent sont tous givrés. À ce moment-là, nous ressentons l’urgence de la situation. Si Dan doit marcher, cela sera long et difficile et les orages approchent !

Nous refaisons les cordées. Johann et Matthieu prennent sur leur corde Matt, qui a les yeux meurtris par le vent et le soleil. Ils nous feront le passage. Je m’encorde très court avec Dan, afin de garder la bouteille d’oxygène, à moitié pleine, dans mon sac, et qu’il marche sous oxygène en s’appuyant sur moi. Romain nous retient. Les premiers mètres sont encourageants, même si nous craignons pour les passages techniques à venir. Effectivement, une fois dans ces passages, nous retenons notre souffle à plusieurs moments.

Finalement, nous parvenons à rejoindre le sommet du Mont-Blanc. Dan est à bout et s’appuie de tout son poids sur nous. Nous échangeons les cordées, car je ne suis plus un soutien efficace. La bouteille d’oxygène est terminée. Le troisième binôme est dans l’ascension des bosses. Nous les rejoignons à la seconde. Leur aide est très appréciable dans les parties raides, car Dan et Matt tiennent difficilement sur leurs jambes. Matt ne voit plus rien avec le jour qui décline. Il perd la trace, titube. On se demande s’il ne s’endort pas en marchant. Dan ne parle pas, il marche comme un zombie. Nous arrivons à l’observatoire Vallot, où une équipe d’ouvriers nous accueille très chaleureusement. C’est une première étape et nous commençons à y croire ! »

Premier arrêt au refuge

« Thomas s’occupe de nourrir et d’hydrater tout le monde. Johann ne peut résister à l’appel du paquet de cigarettes de l’un des ouvriers ! Thomas et Matthieu mettent en place le caisson. Nous enlevons les vêtements trempés de Dan et l’installons à l’intérieur. Nous pompons, mais l’altimètre que Dan nous présente au hublot ne descend pas au-dessous de 2 700 mètres : le caisson fuit ! D’abord d’une soudure, puis de toutes parts. Les ouvriers nous donnent du scotch de chantier. Cela fuit encore, mais la perte est limitée. Nous parvenons, en pompant quasiment en continu, à maintenir une pression équivalente à 3 000 mètres, mais de nouvelles fuites apparaissent sans cesse.

Nous appelons le bureau et le médecin pour discuter de la suite. Le médecin nous donne la conduite à tenir sur les médicaments. Les orages sont finalement repoussés à 22 h 30. Le caisson fuit toujours. Des guides se proposent de partir du refuge du Goûter pour venir à notre rencontre. Le caisson a malgré tout bien amélioré l’état de Dan, qui commence à parler distinctement. Il parvient à boire et à s’alimenter un peu avec l’aide de Thomas.

Tout le monde est d’accord pour entamer la descente vers le refuge du Goûter, où un caisson en bon état nous attend et où nous sommes à peu près sûrs de pouvoir gérer Dan si son état venait à se dégrader. Et puis, c’est déjà 600 mètres plus bas : cela compte dans l’état où il est ! Nous remettons des vêtements secs à Dan et Matt. Nous refaisons les cordées. J’équipe Dan avec mon masque et Matthieu en fait autant avec Matt, dont les yeux sont très abîmés. »

La descente continue

« Nous nous mettons en route et descendons la pente vers le col du Dôme. Nous rendons compte de notre départ au bureau et les guides nous annoncent sur la fréquence radio qu’ils montent vers nous. Le bureau nous informe à ce moment-là que les prévisions météo ont changé. Les orages sont sur Sallanches et les Fiz et devraient arriver avant 23 heures. Les guides prennent la communication radio. Cela leur confirme leur ressenti sur l’imminence de l’orage. Contrairement à nous, ils ont la vue dessus, plus bas en vallée. Ils nous informent alors qu’ils rebroussent chemin, et c’est logique.

De notre côté, nous sommes conscients qu’il est trop tard. Dan ne remontera pas les 100 mètres de dénivelé que nous venons de descendre et nous risquons de prendre l’orage avant d’avoir regagné Vallot. Nous décidons de poursuivre. La remontée au Dôme est extrême pour Dan et Matt, qui sont à bout de force. Nous naviguons à l’aide du GPS pour retrouver la trace sous le Dôme du Goûter. Nous connaissons cet endroit, que nous avons tous déjà parcouru à de multiples reprises, mais nous savons aussi que le départ de la descente du Dôme est difficile à trouver de nuit et, de surcroît, dans le brouillard. Je sais, à coup sûr, que nous sommes dans le bon secteur, mais où est cette trace ? En même temps, nous voyons à peine à 30 mètres dans le halo des lampes. Nous sommes sûrement juste à côté…

Finalement, nous la retrouvons avec soulagement et en sachant que, désormais, cela ira vite. Heureusement, car nous commençons à voir des éclairs de chaleur. Mais pour le moment, toujours pas de tonnerre. La descente se passe bien, même si les deux naufragés sont sur les rotules. Je suis un peu inquiet de quelques crevasses mal placées que j’ai vues dimanche dernier. Il ne manquerait plus que ça ! Nous atteignons enfin l’arête de l’aiguille du Goûter et ses petites remontées. À grands coups de “come on Dan”, de “let’s go” et de “good job”, nous franchissons la dernière bute et devinons le halo du refuge. L’ambiance devient subitement plus électrique. Est-ce la présence de tout ce métal ou celle de l’orage qui approche ? Quoi qu’il en soit, nous coupons la dernière pente et entrons au plus vite dans le refuge. »

Second arrêt au refuge

« C’est un soulagement énorme. Signalant à Thomas que je sors faire le compte rendu radio pour dire que nous sommes tous en sécurité dans le refuge, je lui dis en rigolant : “je vais essayer de ne pas me faire foudroyer avec ma radio”. Alors que je sors et passe mon message radio, un éclair illumine tout le décor ! Je rentre quasiment en sautant dans le refuge, sous le regard stupéfait de Thomas.

Nous nous déséquipons. Dan n’a plus la force d’enlever ni ses crampons, ni ses chaussures. Nous arrivons enfin dans la salle commune. Une fois son bilan effectué à l’infirmerie du refuge, Dan nous rejoint et ne sait pas quoi dire pour nous remercier. Après avoir mangé et bu, nous allons nous coucher dans le dortoir, avec Dan et Matt, afin de rester à proximité s’ils devaient aller mal dans la nuit. Dix secondes après s’être couchés, ils ronflent déjà et poursuivent ainsi toute la nuit ! Je me dis qu’au moins, ils respirent ! Le matin, le temps est bouché, il tombe du grésil et il y a du vent. Des éclaircies sont annoncées. Que fait-on ? On attend là, ou on attaque la descente ? Finalement, après discussion avec le bureau, nous décidons de descendre, car le nuage reste bien collé sur le refuge. »

Un dernier effort

« Dragon se propose de nous récupérer dès que nous serons sous la couche nuageuse. Nous descendons. Deux secouristes sont encordés avec chaque victime, car leurs pas sont encore hésitants. Dan nous fera même une petite baisse de tension, à la limite du malaise vagal. Mais peu de temps après, la météo permet à Dragon de l'extraire en treuillage avec Thomas. Matt l’est aussi, avec Johann. Ils vont vers la Drop zone (D.Z.). Les quatre autres secouristes descendent jusqu’à l’éperon, avant la traversée du couloir, où notre récupération par l’hélicoptère sera facile. Initialement envisagée en « appui patin », elle se fera finalement en treuillage, car nous risquerions d’envoyer des pierres sur des alpinistes qui montent sous l’éperon.

Nous sommes tous très heureux ! Une petite photo dans l’hélico et c’est le retour à la D.Z. Dan et Matt sont transférés à l’hôpital en ambulance. Les examens sont bons, même si les analyses de sang de Dan ressemblent à celles des coureurs de l’Ultra trail du Mont-Blanc ! Matt devra soigner ses yeux avec des antiseptiques et des collyres.

Nous sommes félicités par les premiers à marcher du jour et par Stéphane, qui est à la D.Z. C’est une chance d’avoir vécu un tel secours, où tout s’est finalement déroulé de manière favorable. Nous avons eu de la chance et nous avons su en tirer profit. L’entraînement, l’expérience de la haute montagne dans le mauvais temps, mais aussi la cohésion d’équipe sur le terrain, ainsi qu’avec le bureau, auront été déterminants pour la réussite de cette opération. C’est la réussite d’une équipe mais aussi celle du PGHM dans sa capacité à #Répondreprésent dans ce genre de situation. »

Source : https://www.gendinfo.fr/paroles-de-gendarmes/Interviews/gendarmes-secouristes-en-montagne-le-sauvetage-perilleux-de-deux-alpinistes-episode-1