Auteur Sujet: Quelles sont les infractions les plus courantes à moto ou autres deux roues ?  (Lu 12857 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7082
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Voici les domaines dans lesquels les infractions sont les plus courantes à moto, ainsi que les peines encourues en France si vous respectez pas la loi.

Avant de vous parler de votre moto, parlons un peu de vous et de votre équipement. En France, des gants certifiés CE (norme EN 13594) couvrant entièrement les mains et les poignets sont obligatoires aussi bien pour le pilote que pour le passager. Si vous n'en portez pas, cela vous coûtera 68 € et un point sur votre permis. Rouler avec un casque non homologué est en revanche beaucoup plus cher. Vous risquez en effet jusqu'à 750 € d'amende et un retrait de 3 points sur votre permis ! Et n'oubliez pas d'avoir un gilet jaune quelque part sur votre machine. Dans le cas contraire, l'amende s'élèvera à 135 €.

Kit mains libres !
Voilà, nous avons déjà fait le tour de ce que vous devez absolument porter sur votre machine. Mais attention, il y a aussi des choses que vous ne pouvez pas porter comme des écouteurs ou une oreillette. La loi stipule que n'importe quel kit mains libres doit être pilotable vocalement, sans fil et intégré au casque. En cas de non-respect de ces consignes, vous devrez vous défaire de 135 € et de 3 points sur votre permis

Avoir un deux-roues en règle
Cette fois, nous avons vraiment fait tout le tour des infractions liées à l'équipement du conducteur et de son passager. Il est donc temps de passer à celles concernant votre machine. Cette dernière doit obligatoirement être équipée d'un rétroviseur gauche, d'un klaxon, de clignotants et phares homologués ainsi que d'une colonne de direction verrouillable. Dans le cas contraire, l'amende s'élève à 68 €. Votre plaque d'immatriculation doit évidemment elle aussi être en règle. Elle doit être lisible (plus ou moins propre), sous la selle, pas inclinée de plus de 30 degrés et mesurer 21 cm de large sur 13 cm de haut. Si ce n'est pas le cas, vous devrez vous acquitter de 135 € d'amende. Finalement, vos pneus doivent élégamment être en bon état sous peine d'une redevance s'élevant également à 135 €.

Attention au bruit !
Tout comme son pilote, il y a certaines choses dont votre machine ne peut surtout pas disposer à commencer par un pot d'échappement trop bruyant ou non homologué. En France, un deux-roues de 50 cc ne peut dépasser les 72 dB. Avec une cylindrée comprise entre 125 et 350 cc, son bruit doit se limiter à 83 dB. Une machine de moins de 500 cc ne peut quant à elle pas émettre plus de 85 dB. Finalement, au-delà de cette cylindrée, son niveau sonore doit se limiter à 86 dB. Si votre machine fait plus de bruit, les sanctions vont d'une amende de 135 € à 1.500 € et l'immobilisation complète du véhicule ! Finalement, concernant le débridage des machines pour détenteurs de permis A1 et A2, l'amende s'élève à 135 €. Mais attention, cette infraction pourrait amener votre assurance à refuser toute prise en charge en cas d'accident. Ce qui pourrait vous coûter très (très) cher...

Ne dépasse pas qui veut et où il veut
Un autre domaine où l'on relève souvent des infractions à moto, c'est en matière de dépassement. Si votre machine fait moins d'un mètre de large, vous êtes autorisé à remonter les files, mais uniquement sur une autoroute disposant d'au moins deux bandes. Cela ne peut également pas se faire à n'importe quelle vitesse. Vous devez rouler au maximum à 50 km/h et pas plus de 30 km/h plus vite que les autres conducteurs. Dans le cas contraire, la sanction s'élèvera à 135 € et 3 points sur votre permis. C'est vrai que dépasser est parfois trop tentant lorsqu'on est à moto et que le trafic est à l'arrêt ou presque. Mais gare aux lignes blanches. Ne serait-ce que rouler sur ces dernières est également passible d'une amende de 135 euros, d'un retrait de 3 points voire d'une suspension de permis.

Attention à votre vitesse !
Finalement, parmi les infractions les plus courantes à moto et tout autre type de véhicule d'ailleurs, on retrouve évidemment les excès de vitesse. À titre informatif, sachez que si vous dépassez la limitation de moins de 20 km/h, l'amende s'élève à 68 € et un point sur votre permis. En revanche, si vous vous faites prendre plus de 50 km/h au-delà la vitesse autorisée, la sanction est très logiquement beaucoup plus sévère : jusqu'à 1 500 €, 6 points, voire la suspension de votre permis et même la confiscation de votre véhicule en cas de récidive. Vous voilà prévenu...

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7082
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Voici les infractions routières les plus courantes commises par les conducteurs de scooters et comment les éviter
Découvrez les infractions routières les plus courantes commises par les conducteurs de scooter et nos conseils pour adopter une conduite responsable et prévenir les risques d'accident.

Les scooters sont aujourd'hui un moyen de transport très prisé en milieu urbain en raison de leur facilité de circulation et de stationnement mais il n'est pas rare de constater que les conducteurs de scooters sont souvent impliqués dans diverses infractions routières. Nous vous proposons d'examiner les infractions les plus courantes commises par les conducteurs de scooters et vous donnerons des conseils pour les éviter.

Nous aborderons ainsi les questions liées à la vitesse, au respect des règles de circulation, au port du casque et aux équipements de sécurité, ainsi qu'à l'alcool et à la drogue au volant. Enfin, nous donnerons quelques conseils pour adopter une conduite responsable et prévenir les risques d'accidents.

Le non-respect des limitations de vitesse
Première source d'infractions chez les conducteurs de scooters, le non-respect des limitations de vitesse constitue un danger majeur pour la sécurité routière.

Les conducteurs de scooters ont parfois tendance à sous-estimer les risques liés à la vitesse excessive ou inadaptée. En effet, la légèreté et la maniabilité de ces engins peuvent inciter à rouler plus vite que la normale, ce qui augmente considérablement les risques d'accident. Il convient donc de rappeler que, comme pour tous les véhicules, les scooters doivent respecter les limitations de vitesse en vigueur.

Pour éviter de commettre cette infraction, il est essentiel de :

Se familiariser avec les limitations de vitesse spécifiques aux scooters, qui peuvent varier selon les zones et les conditions de circulation.
Adapter sa vitesse en fonction de la visibilité, de l'état de la chaussée et des conditions météorologiques.
Utiliser le compteur de vitesse pour vérifier régulièrement sa vitesse de déplacement et s'assurer de respecter les limitations.

Le non-respect des règles de circulation
Les scooters, du fait de leur petite taille et de leur maniabilité, sont parfois impliqués dans des infractions liées au non-respect des règles de circulation.

Parmi les infractions les plus courantes, on trouve :

Les dépassements par la droite : les scooters peuvent parfois être tentés de doubler par la droite d'autres véhicules en raison de leur taille réduite. Cependant, cette pratique est interdite et dangereuse, car elle peut surprendre les autres usagers de la route et provoquer des accidents.
Le non-respect des feux de signalisation : certains conducteurs de scooters peuvent être tentés de griller un feu rouge ou de passer à l'orange en raison de leur agilité. Or, cette attitude est non seulement illégale, mais également dangereuse pour leur sécurité et celle des autres usagers.
La circulation sur les trottoirs : les scooters n'ont pas le droit de circuler sur les trottoirs, sauf s'ils sont spécifiquement autorisés à le faire. Cette règle vise à protéger les piétons, qui sont particulièrement vulnérables face à un scooter roulant à vive allure.
Pour éviter ces infractions, il est essentiel de :

Bien connaître et respecter le Code de la route, qui s'applique aux scooters comme aux autres véhicules.
Faire preuve de vigilance et de prudence lors des dépassements, en respectant les distances de sécurité et en utilisant les clignotants pour signaler ses intentions.
Adapter sa conduite aux conditions de circulation, en particulier en milieu urbain, où la densité de la circulation et la présence de nombreux piétons peuvent rendre les situations plus complexes.
Le défaut de port du casque et d'équipements de sécurité
Le port du casque est obligatoire pour les conducteurs de scooters, mais cette règle est malheureusement trop souvent négligée.

Le défaut de port du casque peut entraîner des blessures graves, voire mortelles, en cas d'accident. Il en va de même pour les équipements de sécurité, tels que les gants, les vêtements réfléchissants et les protections adaptées.

Il est primordial de rappeler les risques encourus en cas de non-respect de ces règles :

Un choc à la tête lors d'un accident, même à faible vitesse, peut provoquer des traumatismes crâniens, des lésions cérébrales ou des fractures du crâne, pouvant entraîner des séquelles irréversibles ou le décès.
Les membres du corps sont également exposés à de graves blessures en cas de chute ou de collision, notamment les mains, les genoux et les coudes. Des équipements de protection adaptés peuvent limiter les risques de fractures, d'éraflures et de brûlures.
En cas de mauvaise visibilité ou de conditions météorologiques défavorables, les vêtements réfléchissants permettent d'accroître la visibilité des conducteurs de scooters et de réduire le risque d'accidents.
Afin de prévenir ces risques et d'éviter les infractions, il est nécessaire de :

Vérifier systématiquement le bon état et la conformité du casque avant de prendre la route, en s'assurant de sa taille, de la présence de la jugulaire et de la visière. Un casque homologué et conforme aux normes de sécurité en vigueur doit être choisi.
Porter des gants, des protections pour les genoux et les coudes, ainsi que des vêtements réfléchissants ou de couleur vive, pour améliorer la visibilité et réduire les risques de blessures en cas d'accident.
Ne pas hésiter à investir dans du matériel de qualité, qui garantira une meilleure protection et une plus grande durabilité.
La conduite sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants
La conduite sous l'influence de l'alcool ou de drogues est une infraction routière grave, qui met en danger la vie du conducteur et celle des autres usagers de la route.

Les conducteurs de scooters ne sont pas épargnés par ce fléau, et les conséquences peuvent être dramatiques.

Il est important de souligner les effets de l'alcool et des stupéfiants sur la conduite :

Ils altèrent les réflexes, la coordination, la perception des distances et des vitesses, la concentration et la prise de décision, augmentant ainsi considérablement les risques d'accident.
La consommation d'alcool ou de drogues peut également entraîner une diminution de la vigilance, un endormissement au volant ou une perte de contrôle du véhicule.
La conduite sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants est passible de sanctions sévères, telles que des amendes, la suspension ou l'annulation du permis de conduire, voire une peine de prison en cas de récidive ou d'accident mortel.

Pour éviter cette infraction et ses conséquences, il est essentiel de :

Éviter de consommer de l'alcool ou des drogues avant de prendre le volant, même en petite quantité.
Prévoir un moyen de transport alternatif (taxi, transports en commun, covoiturage) en cas de consommation d'alcool ou de drogues lors d'une soirée ou d'un événement.
Être conscient des dangers et des responsabilités liées à la conduite sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants, et sensibiliser son entourage à cette problématique.
Les conducteurs de scooters, comme tous les usagers de la route, doivent être conscients des risques et des responsabilités liées à la conduite de leur véhicule. Le respect des limitations de vitesse, des règles de circulation, le port du casque et des équipements de sécurité, ainsi que l'abstention de conduire sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants sont autant de mesures essentielles pour prévenir les infractions routières et garantir la sécurité de tous.

Adopter une conduite responsable et prudente permet non seulement d'éviter les sanctions et les accidents, mais également de contribuer à un environnement routier plus sûr et plus respectueux pour tous les usagers de la route. Il est donc crucial de bien connaître et de s'engager à respecter les règles de conduite, afin de garantir la sécurité et le bien-être de chacun sur nos routes.

Source https://www.assu2000.fr/conseils-infos-pratiques/infractions-courantes-conducteurs-scooter