Auteur Sujet: Fatigue et somnolence au volant, conduite de nuit et vitesse.  (Lu 4290 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Pour marquer sa première vraie campagne de sensibilisation, la sécurité routière s’attaque à la somnolence au volant. Le panneau ci-dessous sera donc affiché sur les autoroutes et routes.
La campagne, qui durera tout le mois de février s’intitulera tout simplement  " Mort de fatigue ? ", elle entend sensibiliser les conducteurs à l’importance de la pause de quinze minutes toutes les 2h00 pour un conducteur qui sentirait ou pas, pointer chez lui les premiers signes de fatigue.

Pleins phares sur la conduite de nuit ! Conduire la nuit n’est pas forcément agréable. Avec l'automne, les journées raccourcissent alors pour votre sécurité et celle des autres usager de la route, pensez à vérifier l’éclairage et la signalisation de votre véhicule, ainsi que votre vision de nuit.  8)
Nous voyons moins bien la nuit, notre acuité visuelle baisse, la vision des couleurs, des contrastes et du relief est altérée. Notre appréciation des distances est donc ainsi faussée... ayez donc la prudence de vous faire examiner par un professionnel de la vue. Le code de la route interdit aux personnes n'ayant pas de vision nocturne de conduire la nuit.  :(

"En Europe, on estime que 10 à 20 % des accidents mortels de la circulation et que 20 à 30 % des accidents mortels survenant sur autoroutes sont dus à la somnolence au volant. Cela tue davantage que l’alcool au volant", le chargé de la Sécurité routière. "Conduire en étant fatigué peut être comparé à une conduite sous l’influence de l’alcool. Prendre le volant après une nuit blanche équivaut à une conduite avec un taux d’alcool de 0,9 % dans le sang, ce qui multiplie par 4 à 5 le risque d’accident ! ".

Sur le site internet de l’agence (www.awsr.be), une série de conseils seront également donnés aux automobilistes. "La solution la plus efficace est de s’arrêter à un endroit sécurisé pour faire une micro sieste de 15 minutes. Dormir est la seule solution idéale pour récupérer mais pendant ce laps de temps de 15 minutes, le conducteur peut aussi se dégourdir les jambes, prendre un café, avant de fermer les yeux quelques minutes…
Il est réellement nécessaire d’interrompre la conduite pendant 15 à 30 minutes". Sachez aussi que les tranches horaires les plus propices à la somnolence se situent entre 2 et 6h du matin et en début d’après-midi heure de la sieste dans le sud. Le corps humain est réglé en période de biorythme de 2 heures, sachez être à son écoute pour vivre heureux.
Ce sont les jeunes et les conducteurs professionnels qui sont les plus exposés à la somnolence au volant.  :-\

Un accident, des causes :

Les accidents et la gravité de leurs conséquences s’expliquent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, aux conditions de circulation, aux secours…

Les facteurs humains, en particulier, apparaissent dans plus de 90% des accidents corporels.

Certains facteurs sont relevés systématiquement par les forces de l’ordre après qu’un accident a eu lieu : alcoolémie, choc contre un obstacle fixe, conditions météorologiques, etc...

D’autres facteurs (et non des moindres) ne sont pas systématiquement recherchés car difficiles à déterminer avec précision : vitesse, fatigue, somnolence, distraction, téléphone au volant, distances de sécurité…

Enfin, d'autres facteurs liés au comportement, à l'état du véhicule ou à celui des infrastructures, entrent également en jeu.

Baromètre AXA PREVENTION 2014.
85%  des conducteurs Français estiment qu'il est dangereux de conduire en étant fatigué et pourtant 47% le font toujours.
63% des conducteurs affirment que conduire pendant 4 ou 5 heures d'affilée est dangereux, mais 35% continuent de le faire.  :-[
Le risque engendré par la conduite de nuit, sur un long trajet, entre 22 heures et 5 heures du matin est particulièrement ignoré, seuls 20% des Français interrogés pensent que c'est dangereux. Concrètement, cette pratique concerne 57% des Français.

Source AXA PREVENTION

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Fatigue et somnolence au volant, conduite de nuit et vitesse.
« Réponse #1 le: 19 février 2015, 15:51:10 »
Définition de la fatigue :
- Diminution progressive de la vigilance physique et mentale qui conduit vers la somnolence et le sommeil.
Définition de l'hypovigilance :
- État intermédiaire entre la veille et le sommeil dans lequel les facultés d'observation et d'analyse sont très réduites.
- L'hypovigilance est une diminution de la vigilance, pathologique en dehors du sommeil.
- En fonction du degré de la baisse de la vigilance, plusieurs stades d'hypovigilance se distinguent.

Les conducteurs les plus exposés
   - moins de 25 ans
   - Plus de 50 ans ( apnée du sommeil)
   - les personnes travaillant à horaires irréguliers

Somnolence et conduite
   - augmentation du temps de réaction
   - Difficulté de stabiliser sa vitesse
   - Difficulté de maintenir sa trajectoire, changement de voie,
   - Inattention à l'environnement ( priorité à droite, de la signalisation, etc..)

Les premiers signes
   - picotements des yeux,
   - raideurs dans la nuque,
   - douleurs dans le dos
   - bâillements
   - changement fréquent de position.

L'hypovigilance peut avoir plusieurs causes.
   Long trajet (+ 2 heures de route)
   Perturbation du rythme éveil-sommeil
 Fatigue
 Paysage monotone
 Route droite
 Trajet connu

Véritable enjeu de sécurité routière, la somnolence sont à l'origine de 15% à 20% des accidents sur le réseau routier et de 43% des accidents sur l'autoroute.
L'information sur la fatigue et la somnolence, ses signes et ses conséquences constituent la seule prévention car il n'existe aucun texte répressif ni aucun moyen de mesurer la fatigue et le risque de somnolence au volant.
Plusieurs constructeurs automobiles procèdent au développement de système de détection de la fatigue pour assurer la sécurité des passagers du véhicule.

Test : Testez votre somnolence ICI
La fatigue et la somnolence durant la journée sont des signes qu'il ne faut pas ignorer.
Non seulement ces problèmes peuvent vous gâcher la vie, mais ils peuvent également traduire de troubles du sommeil importants. Nous vous proposons ici un test adapté de l'échelle d'Epworth, qui vous permettra de savoir si vos nuits ont des répercussions négatives sur vos jours ?

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Fatigue et somnolence au volant, conduite de nuit.
« Réponse #2 le: 29 mars 2015, 10:54:51 »
Aujourd'hui vendredi 27 mars, veille de départ en week-end, c'est la journée du sommeil. Mais, au volant, ne vous laissez pas endormir par la fatigue !

En effet, la fatigue au volant et surtout l'endormissement sont les causes de nombreux accidents, surtout sur l'autoroute. Alors, avant de prendre la route, reposez-vous et faites régulièrement des pauses.
Responsable d’un accident sur 3 sur autoroute et première cause de mortalité sur ce réseau, la fatigue au volant doit être prise très au sérieux.
Le point sur tout ce qu’il faut savoir afin d’être en forme pendant la conduite.

Au volant, quand la fatigue s’installe, votre corps vous envoie un certain nombre de signaux. Le bâillement en est un des plus connus, mais d’autres doivent vous alerter. Apprendre à les repérer, c’est savoir quand s’arrêter :
- Le regard : vos yeux commencent à vous picoter et vous avez de plus en plus de mal à conserver un regard fixe, donc à vous concentrer sur votre conduite. De même, vous clignez des yeux et vos paupières s’alourdissent.
- Le dos : des douleurs peuvent apparaître au niveau du dos. Nuque et épaules se raidissent et vous ressentez le besoin incessant de changer de position.
- Les jambes : peu sollicitées, vos jambes s’engourdissent et cela accentue d’autant votre inconfort.

Certains facteurs favorisent voire aggravent votre fatigue. Mieux les connaître vous permet d’éviter d’accumuler les risques.
- Le manque de sommeil : 1 conducteur sur 2 réduit son temps de sommeil au moment des départs en vacances. Ce manque de repos réduit votre concentration sur la route et accélère l’apparition des signes de fatigue.
- Une bonne nuit de sommeil avant de longs trajets reste incontournable.  8)
- Un repas trop riche : un repas trop lourd et/ou agrémenté d’un peu de vin entraîne une période de digestion propice à l’endormissement. C’est pour cela que le début de l’après-midi est une période à risque.
- Aération/chauffage/clim : une mauvaise aération de l’habitacle peut aggraver votre état de fatigue. C’est également le cas d’un excès de chauffage ou de climatisation. Veillez toujours à n’avoir ni trop chaud ni trop froid.
- Médicaments : certains médicaments sont peu recommandés voire incompatibles avec la conduite. Des pictogrammes (visibles sur l’emballage) vous renseignent rapidement. Dans tous les cas, reportez-vous toujours à la notice !

Les pauses font partie du trajet.  ;)
Il est nécessaire de s’arrêter toutes les 2 heures et plus si nécessaire, dès les premiers signes de fatigue. En effet, contrairement à la faim ou la soif, le sommeil est irrépressible. Si vous tentez de lutter contre lui, il reprendra ses droits tôt ou tard.  :-\
Tout le monde descend : Sur une aire de repos ou dans un lieu calme et protégé, descendez de votre véhicule. Ouvrez les portières pour bien aérer l’habitacle.
Vous avez soif : buvez, de l’eau évidemment. Si vous avez faim, mangez léger et équilibré.
On se détend : Voilà quelques heures que vous êtes assis et concentré sur la route. Rien de tel que quelques mouvements pour détendre vos muscles engourdis. Pour ce faire, la marche est un bon début (au moins deux fois le tour du véhicule, ou une promenade de 5 minutes sur l’aire de repos). Respirez profondément plusieurs fois, en inspirant par le nez et en expirant par la bouche.
Faites de l’exercice : marcher, en faisant au moins 2 fois le tour de son véhicule, ou se promener 5 minutes sur une aire de repos : respirer profondément plusieurs fois en inspirant par le nez et en expirant par la bouche. Vous pouvez aussi réaliser les exercices décrits dans le dépliant "Ne trichez pas avec la fatigue" (téléchargeable ci-dessous).

Si rien n’y fait : Une pause détente peut ne pas suffire. Il n’y a pas de secret, pour repartir frais et dispo, le sommeil est parfois la seule solution. 10 minutes suffisent pour vous requinquer. Etendez votre siège, fermez les yeux, et relaxez-vous au maximum. Ne cherchez pas à dormir à tout prix, vous vous reposez, c’est l’essentiel ! De même, ne dormez pas plus de 15 minutes. Vous aurez du mal à vous réveiller d’une sieste trop longue. Si besoin, pensez à programmer un réveil.

« L’air frais revigore » : si vous vous reconcentrez sur la route pendant un instant, ouvrir votre fenêtre en grand n’aura qu’un effet passager et les signes de fatigue réapparaîtront très vite.
« Boire un café » : parmi les fausses bonnes idées, boire un café pour se réveiller est l’une des plus répandues. Mais il faut savoir que la caféine met un certain temps à être absorbée par l’organisme. L’effet n’est donc pas immédiat, et surtout de courte durée.
« Musique ! » : pousser la chansonnette ou augmenter le son de l’autoradio pourrait vous déconcentrer de votre conduite. Vous n’obtiendrez qu’un bon mal de crâne ! A éviter, donc.
« Fumer » : non seulement vous gênez vos gestes au volant, mais en plus la fumée réduit la quantité d’oxygène disponible dans l’habitacle. Or le manque d’air favorise l’apparition de la fatigue.

Aucun texte ne désigne précisément ou réprime le fait de conduire fatigué mais une sanction peut toutefois être prononcée sur la base de l’article ci-dessous (Art. R 412-6 CR) :

"Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent."
 Le non respect de ce principe est sanctionné d’une amende de 35€.

Et en parlant de sommeil, n'oubliez pas de changer d'heure ce week-end. Fin mars début AVril nous passons à l'heure d'été. Cela se passera dans la nuit de samedi à dimanche, à 2h00 du matin... il sera 3 heures !
Fin de l'été premier jour de l'automne en octobRE on récupère l'heure  ;D

Nous vous souhaitons à tous un bon week-end.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Fatigue et somnolence au volant, conduite de nuit.
« Réponse #3 le: 05 avril 2015, 10:12:52 »
Soucieux de la sécurité et du confort des clients, les réseaux autoroutiers disposent de nombreuses aires de repos et de services ainsi que d’aires de pique-nique.

En effet, parce qu'un accident mortel sur trois est dû à la fatigue ou à l'assoupissement, les sociétés mettent à disposition des services et des installations pour inciter les conducteurs à s'arrêter régulièrement et à se détendre.

Ainsi, sur le réseau autoroutier, vous trouvez une aire de repos tous les 15 à 20 km et une aire de service tous les 40 à 50 km environ. Des aménagements vous sont proposés sur les aires de services pour vous détendre et vous reposer. Vous trouverez sur nos aires de nombreux services ouverts 24h/24 : carburant, épicerie, toilettes...

La prévention routière, c’est aussi pensez à votre forme une fois en route, en vous hydratant régulièrement, en effectuant régulièrement des pauses repos sur les aires d’autoroute et en respectant la signalisation routière. Bien sûr, ne consommez pas d’alcool, soyez attentif à la fluidité du trafic et prenez garde aux distances entre les véhicules. Pour une sécurité de route accrue, il est également préférable de privilégier un départ matinal à un départ tardif ou nocturne. En cas de problème sur l’autoroute, allez prévenir les secours grâce aux bornes d’urgence situées tous les deux kilomètres. La prévention routière est le souci de tous, soyez responsables en toutes circonstances.