Auteur Sujet: Pourquoi apprendre les gestes qui sauvent ?  (Lu 7755 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne atlas

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 157
  • Sexe: Homme
Pourquoi apprendre les gestes qui sauvent ?
« le: 21 juin 2004, 12:46:52 »
Pourquoi apprendre les gestes qui sauvent?

Chaque année, 10 000 vies pourraient être épargnées si 20 % de la population française connaissait les gestes d’urgence. Un sondage effectué en septembre 2000 par la SOFRES à la demande de la Croix-Rouge Française a montré que nos concitoyens sont sensibilisés à ce problème, puisque 93 % d’entre eux jugent qu’il est "important" de se former aux premiers secours. Mais, de la théorie à la pratique, l’écart est grand et, dans la réalité, moins de 7 % des Français sont initiés à l’urgence. Apprenez à avoir les bons réflexes.

Environ 7 000 à 8 000 Français décèdent chaque année des suites d’un accident de la route, 15 000 d’un accident domestique et 1 000 d’un accident du travail. Quant au nombre de blessés, il a dépassé 167 000 en 1999 sur la route parmi lesquels 3 000 personnes handicapées à plus de 50 %. Et, ce sont 5 millions d’individus qui subissent annuellement un accident de la vie courante. Or, on estime que la moitié de ces tragédies pourraient être évitées, si davantage de personnes savaient pratiquer les gestes élémentaires de sauvetage en attendant l’arrivée des premiers secours.


Des chances de survie accrues grâce au premier sauveteur et à la défibrillation

De nombreux travaux scientifiques ont prouvé l’intérêt du premier sauveteur lors de la chaîne de survie. Les experts de la Croix-Rouge estiment “que si le secouriste du premier instant est relayé rapidement par des secours spécialisés, dotés entre autres d’appareils de défibrillation semi-automatique, les chances de survie d’une victime d’un arrêt cardiaque sont augmentées de 20 %”. En revanche, “si ce premier secouriste est absent du lieu de l’accident, ces chances se réduisent à 2 à 3 %”.

L’European Resuscitation Council, organisme scientifique qui émet des recommandations sur la prise en charge des urgences au niveau européen, encourage une utilisation accrue, par les secouristes voire par des publics cibles, de ces défibrillateurs portables, capables de délivrer un choc électrique pour réanimer un cœur défaillant.

En effet, pour être efficace, un choc électrique doit être administré dans les 5 premières minutes qui suivent l'arrêt cardiaque. Or, dans les grandes villes, les secours n’arrivent sur les lieux qu’au bout de 10 minutes au minimum. La diffusion de ces appareils aux policiers et aux pompiers bien sûr, mais aussi aux personnes en contact avec le public comme le personnel aérien permettrait de préserver encore davantage de vies.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 7082
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Pourquoi apprendre les gestes qui sauvent ?
« Réponse #1 le: 16 août 2023, 12:58:51 »
"Ma mère, elle n'arrive pas à se réveiller. Venez" : à 7 ans, il sauve sa maman en appelant les pompiers et en appliquant les gestes de premiers secours.

Le service départemental d'incendie et de secours des Yvelines (Sdis 78) a partagé l'enregistrement d'un appel reçu par le centre opérationnel des pompiers du département. On y entend un enfant de 7 ans décrire que sa maman est inconsciente, et calmement appliquer les gestes communiqués par le sapeur-pompier au bout du fil.

C'est un enregistrement qui a ému les internautes.
Les pompiers des Yvelines (Sdis 78) ont publié lundi 14 août sur les réseaux sociaux l'extrait d'un appel d'urgence reçu par les services de secours, partagé par Actu 78.
Au bout du fil, un enfant de 7 ans qui appelle au sujet de sa maman. "Bonjour. Ma mère, elle n'arrive pas à se réveiller. Venez...", signale calmement l'enfant, avant de communiquer son adresse aux pompiers. La personne au bout du fil tente alors d'en savoir plus au sujet de la mère de l'enfant, qui répond tour à tour et avec sang-froid à toutes les questions. "Elle a quel âge ta maman ?", demande l'opérateur du Sdis 78. "34 ans", répond le garçon. "C'est une maison ou un appartement ?", "Une maison", poursuit-il.

La personne au bout du fil commence ensuite à guider, étape après étape, l'enfant vers les gestes de premiers secours, lui demandant notamment de mettre sa maman sur le dos et de vérifier "s'il y a de l'air qui sort de son nez". "Oui", répond le jeune garçon. L'opérateur du Sdis 78 tente de faire placer la victime, inconsciente, en position latérale de sécurité : "Est-ce qu'on peut essayer de mettre maman sur le côté ? Tu la mets sur son épaule." "C'est bon", répond le bambin, qui semble y être arrivé sans trop de difficulté. Ce dernier indique par ailleurs être avec sa petite sœur âgée de "4 ans et demi".

Un appel exemplaire

L'opérateur dit alors à l'enfant d'aller voir un de ses voisins. "C'est très bien ce que tu fais", le rassure-t-il en même temps. On entend le petit garçon décrire la situation à une voisine qui récupère l'appel téléphonique en cours. La voisine, qui se rend dans la maison de l'enfant, confirme alors que la mère est inconsciente mais qu'elle respire.

"Vous la surveillez. Les pompiers arrivent, d'accord", recommande alors le pompier à l'autre bout du fil. "Ça marche", répond la voisine. "Et une fois que les pompiers sont là, vous pouvez féliciter son fils parce que c'est grâce à lui. Félicitez-le de notre part, c'est très bien ce qu'il a fait", lance l'opérateur du Sdis.

Un appel exemplaire au 112, que les pompiers des Yvelines ont tenu à diffuser sur leur page Facebook. "Grâce à son calme et à son sang-froid, l'enfant donne les informations essentielles (situation, adresse, ...) à l’opérateur, qui conseille et guide l’enfant dans la réalisation des gestes de premiers secours", explique le Sdis 78, qui précise que l'appel "met en lumière le quotidien" des opérateurs du centre opérationnel des pompiers du département. "Si un enfant de 7 ans peut le faire, vous aussi", conclu le message, qui recommande de se former "aux gestes qui sauvent"

Bravo à ce petit garçon d'avoir su garder son sang-froid et la tête froide face à la situation  et agi après avoir été formé dans son école, d'autres auraient pu être tétanisés !