Auteur Sujet: Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)  (Lu 20168 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne ADF

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 69
  • Sexe: Homme
  • Agir plutôt que subir.
    • Voir le profil
    • Ambulanciers De France
Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« le: 27 juin 2012, 15:33:27 »


ACTUALITE ADF:  Sur invitation, ADF participera demain à Tulle à une réunion de travail aux côtés de différentes ATSU de France. Cet événement accordant une importance à l'expression d'un syndicat professionnel de salariés est historique et confère donc un début de légitimité à notre organisation. L'ordre du jour sera le suivant:

I. Constat sur les différentes difficultés
II. Faut-il créer une ATSU nationale ?
III. Faut-il organiser une manifestation nationale ? Et comme le souhaitent certains départements
faut-il la faire à Tulle ?
IV. Quels sont vos idées et vos souhaits ?
V. Faut-il créer un site national ATSU pour échanger avec les différents départements ??

David ANQUETIL, président-fondateur d'ADF exposera son angle de vue aux employeurs/présidents d'ATSU qui auront eu la volonté de se déplacer afin de soutenir et défendre leur profession. D'ores et déjà un mauvais point est distribué à l'ATSU du Gers dont la présidente a décliné l'invitation sur le ton du "oui monsieur, bien monsieur au revoir monsieur". A notre sens cette attitude est révélatrice d'un manque de professionnalisme et pose donc la question de "la bonne personne à la bonne place".

Enfin, le président ADF ayant exercé sa profession jusqu'à présent à Toulouse, nous comptons donc sur la venue du président de l'ATSU 31 (Service d'Ambulance de Secours).

Plus d'information sur www.ambulanciersdefrance.fr rubrique "Actualités" où l'information était communiquée dès le 18 juin... date symbolique.

Hors ligne poys

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 12
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #1 le: 28 juin 2012, 20:01:47 »
Bonjour, y a t-il a cette heure ci déjà un petit bilan de cette réunion ?
tenez nous au courant,
merci d'avance
alexandre

Hors ligne poys

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 12
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #2 le: 12 juillet 2012, 09:44:37 »
Bonjour , dommage que l'on ait pas de retour de cette réunion.

Hors ligne Le Nain

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 167
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier D.E.
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #3 le: 12 juillet 2012, 16:04:54 »
Réumé de la réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)


RESUME DE LA REUNION

Le 28 juin 2012 à eu lieu à Tulle (19-Corrèze) une réunion des présidents de différentes ATSU de France. ADF fut cordialement invité à participer à ce groupe de travail afin de présenter l'organisation, ses motivations, ses objectifs.

Une douzaine de représentants d'ATSU firent le déplacement accompagnés pour certains de leur bureau. En raison de la décision urgente de nous réunir à la dernière minute, bon nombre de présidents ne purent se déplacer et s'en excusèrent. D'autres n'eurent pas l'information probablement parce qu'ils n'étaient pas joignables. La présidente de l'ATSU du Gers déclina l'invitation.

M.Sébastien BREUIL (président ATSU de Corrèze et initiateur de cette réunion) nous accueilli à la Chambre des Métiers à 14h. Un tour de table permit à l'ensemble des participant de se présenter et de partager leurs constats et inquiétudes quant à la réponse ambulancière à travers l'urgence pré-hospitalière.

L'ordre du jour était le suivant :
I. Constat sur les différentes difficultés
II. Faut-il créer une ATSU nationale ?
III. Faut-il organiser une manifestation nationale ? Et comme le souhaitent certains départements faut-il la faire à Tulle ?
IV. Quels sont vos idées et vos souhaits ?
V. Faut-il créer un site national ATSU pour échanger avec les différents départements ?

ADF s'est principalement exprimé sur les questions I et IV n'étant pas concerné par le fonctionnement interne et l'organisation des ATSU mais a donné son point de vue aux différents participants sur les questions II et V à savoir : oui à la création d'une ATSU nationale, oui à la création d'un site ATSU national ET départemental !!! et avons défendu la position suivante :

Les ATSU devraient accorder une plus grande importance à leur image afin d'être en position de véhiculer une information. Mais pour véhiculer une information il faut un support. Les employeurs ambulanciers, par manque d'homogénéité entre les sociétés, peinent à remplir ce rôle. Que dire alors du fait que la plupart des ATSU en France ne disposent même pas d'un support informatique, d'une vitrine sur internet, un site tout simplement... il en résulte que la plupart des présidents d'ATSU n'ont pu être joints et que la population même ignore jusqu'aux missions déléguées par le service publique aux ambulanciers. Puisque la profession n'a pas accès aux grands médias (si ce n'est lorsqu'elle est citée pour des faits de fraude, de défaut d'hygiène, ou encore de manque de professionnalisme) il apparaît fondamental que les ATSU s'organisent en conséquence en prenant certaines dispositions en matière de communication, voire, de riposte...

En ce qui concerne la question III (concernant directement les employeurs...) ADF ne s'est pas prononcé. Cependant nous avons pu nous rallier à l'idée que les employeurs ne devraient pas mener d'action sous le coup de la contestation sans avoir au préalable posé sur la table des propositions concrètes en vue de défendre la profession sous l'angle de la réduction des déficits publics. ADF a abordé la question de la dette souveraine et des possibles conséquences sur notre profession si celle-ci venait à faire l'objet de mesures de rigueur supplémentaires. Sur ce dernier point ADF regrette que la discussion ne se soit pas poursuivie d'avantage en ce sens...

A la question I, de l'avis général le constat suivant a pu être dressé : la loi française n'est pas également appliquée... ce qui pénalise les ATSU et les entreprises. Des employeurs subiraient la partialité de certains SAMU à la faveur des SDIS voire des pressions... sans rentrer dans de plus amples détails touchant à la confidentialité des propos exposés, la situation est grave. L'Etat doit prendre ses responsabilités en veillant à ce que ses administrations ne laissent pas le champ libre à des « coutumes » locales...

Parallèlement, ADF a souligné qu'en fonction des départements on peut noter des améliorations, dans d'autres, des défaut de fonctionnement. Le référentiel commun SAMU/SDIS/AMBULANCIERS porte atteinte à la profession via les « départs réflexes » de VSAV. En outre, la mise en place de coordonnateurs ambulanciers payés par les ATSU est loin d'être généralisée (seul l'ATSU de l'Oise présente en justifiait...). Il en va de même pour la géolocalisation des ambulances par les centre 15 où tout reste à faire... et pendant ce temps là les Sapeurs-Pompiers progressent dans cette logique.

L'argument redondant de « l'indisponibilité ambulancière » véhiculé par la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France a jusqu'à présent joué en leur faveur et a permis la mise en place de départ réflexe de VSAV. Les employeurs consciencieux et progressistes récusent fermement cet argument opposé par la FNSPF pendant que d'autres, l'alimentent... par manque de sérieux.

Enfin, pour conclure sur cette première question ADF a évoqué l'insignifiance des tarifs de prestations allouées aux sociétés d'ambulances lors des gardes départementales et ne stimulant pas l'activité des entreprises bien au contraire. Certaines ATSU n'ayant pas signé de convention avec les autorités locales, les sociétés d'ambulances sont privés d'indemnisation en cas de « déplacement inutile » ou de « soin sur place » n'ayant pas donné lieu à une évacuation du patient vers une structure d'accueil d'urgence. Le cas de la Haute-Vienne où l'on peut voir des missions s'effectuer « gratuitement » est particulièrement préoccupant. Reste à savoir comment sont indemnisés les transports médicalisés, les drop zones etc... sur l'ensemble du territoire.

Vient maintenant la position d'ADF sur la question V. Par manque de temps tous les points suivants n'ont pu être détaillés à la connaissance des présidents des ATSU présents. Cependant il semble vital pour les employeurs comme pour les employés de défendre une position commune autour de la question de l'avenir de la profession. Les coupes budgétaires à venir peuvent être favorables à une redéfinition du rôle de l'ambulancier français du XXI ème siècle. Mais pour cela il faudrait sans doute imposer la création d'un emploi C (ambulancier technicien et non ouvrier) ceci afin de rendre complètement légitime notre action aux côtés des SAMU/SMUR par la réduction drastique de la facture des SDIS. Proposons mieux qu'eux et pour moins cher. C'est un chantier certes, mais si les ATSU ne s'engagent pas intégralement dans un premier temps dans la voie de la réponse téléphonique et de la disponibilité immédiate d'une ASSU à la demande du centre 15 et ayant à son bord un équipage performant il sera impossible de contre argumenter les départs réflexes. Par ailleurs ADF s'est opposé pour un certain nombre de raisons à l'idée de « paramédicalisation » des ambulanciers via le recrutement d'I.D.E. Une professionnalisation accrue via la création d'un emploi C pourrait remplacer un(e) I.D.E en s'appuyant sur les meilleures candidatures des ressources ambulancières existantes (et le baccalauréat pour les ressources ambulancières entrantes futures mais parenthèse non abordée lors de la réunion).

_ La mise en place d'un coordonnateur ambulancier payé par les ATSU à la disposition des centre 15 (cf référentiel SAMU/SDIS/AMBULANCIERS) afin de lutter contre les possibles mœurs locales en matière de prise de position pour les SDIS. Les régulateurs n'étant pas tous neutres...
_ La géolocalisation de chaque ASSU par le centre 15... cela aurait déjà dû être mis en place depuis quelques années...
_ Mise à disposition des centres 15 des équipages les plus compétents. Il important de comprendre que la qualité de prise en charge d'un blessé, parturiente, malade en pleine décompensation etc... est déterminée par les capacités de réactivités, les connaissances et les compétences des salariés. Les bilans des ambulanciers doivent être clairs, concis, concrets, fluides... et ne laissant apparaître aucun « flottement ». Leur présentation doit être soignée (tenue homogène, ASSU adaptée etc...) et la prestation en elle-même doit à répondre à une logique d'application en adéquation avec les problématiques posées par le terrain. Il conviendrait donc d'édifier des critères de sélection sur les bases de la condition physique, taille, poids, moralité, culture générale et même( n'ayons pas peur des mots) d'intelligence... certains équipages font peur, ce sujet ne doit pas être un tabou, car il est ici question de la sécurité des patients, de l'image de notre profession et de sa capacité à accomplir une mission à... deux. Pour comprendre la position d'ADF (si tel n'est pas le cas) il vous faut regarder en direction de ce qui se passe chez nos voisins ; alors vos saisirez mieux les objectifs visés par notre organisation.
_ Suivi annuel de formation aux gestes de soin d'urgence (pour les ambulanciers effectuant des interventions à la demande 15)
_ « Scission » de la profession entre « Service de Transport de Patients » et « Service d'Ambulance de Secours ». Terminologie à définir mais dans l'idée (et ce afin de professionnaliser durablement notre corporation et nous imposer en tant que telle...), le choix des mots et la défense d'objectifs communs employeurs/employés sont prépondérants chez ADF. Nous vivons dans l'ère de la communication par l'image et le choix judicieux de l'usage des mots. A ce titre, soulignons qu'une ATSU n'est que la transcription d'une forme juridique (l'association) définissant son champs d'activité, le transport sanitaire. Cette formule semble faible, peu pertinente voire rétrograde. La notion de transport sanitaire est vague et réductrice (à mon sens) au regard du London Ambulance Service (pour une ville) ou encore le SAS 31 (Service d'ambulance de Secours pour le département de la Haute-Garonne). Le citoyen est inconsciemment attaché à la notion de service (service publique par exemple) et à la couverture géographique de celui-ci. Les pompiers l'ont bien compris tant au niveau de la nomination (SDIS) que de l'exploitation d'un logo que d'un numéro de téléphone. Tout cela est de la communication et rien ne doit être laissé au hasard. Une autre appellation possible, plutôt bien pensée et d'ores et déjà utilisée est la celle du 91 (Esonne) avec l'Antenne Départementale de Soins d'Urgences. Peut importe le choix, celui-ci doit être facilement identifiable par le citoyen et ce, à échelle nationale.

Points non traités par ADF par manque de temps :

_ Les équipages qui effectuent des gardes préfectorales ne doivent pas faire autre chose à côté...
_ L'arrêt d'envoi de petits volumes sur des appels 15.
_ L'arrêt d'achats de moyen/grand volume type « Renault Trafic surélevé » inadaptés à la médicalisation.
_ Les médecins traitants devraient faire réguler leurs urgences par le SAMU.
_ La mutualisation des achats (ASSU, consommables, tenues, carburant, etc...) afin de baisser les factures individuelles des sociétés adhérentes de l'ATSU/participant à l'AMU.
_ Une ligne de téléphone devrait être attribuée à chaque ASSU et ne jamais en changer ceci afin de permettre une identification du véhicule et établir une communication constante entre le centre 15 et l'équipage s'en jamais avoir à passer par la régulation de l'entreprise.
_ Mettre à bord de l'ASSU un dictionnaire médical.
_ Etablir une fiche bilan nationale optimisée (triptyque?) facilitant la prise d'information sur le patient et pour la société dans le même temps (incluant n° de sécurité sociale, kilométrage etc...).


Conclusions : Dans le cadre d'une réunion de quatre heures improvisée dans l'urgence (échéance un peu courte) beaucoup de sujets et de problématiques auront été traités. ADF aura pu s'exprimer autant que possible afin de se confronter à ou s'accorder sur différents points de vue exprimés.

Il n'y aura pas eu de scoops à l'issue de cette réunion, ADF n'aura rien n'appris de « majeur » si ce n'est que nous aurons une fois de plus constaté les disparités et particularités de fonctionnement des départements à échelle nationale. Par exemple, un département peut avoir deux ATSU... cela paraît surprenant et peut poser la question de la cohésion (à notre sens...).

Il aura subsisté un véritable décalage sur le plan sémantique et sur les motivations d' ADF et des ATSU face à l'ordre du jour proposé. ADF tend à vouloir poser les bases d'une élévation du niveau d'exercice de la profession d'ambulancier « urgentiste » à la française dans le cadre d'un « idéal de civilisation » opposé à la logique dépensière et polluante que nous connaissons tous. Pour la plupart des présidents d'ATSU présents (employeurs) il ne nous a pas semblé que la notion de « corporation ambulancière » et « progressiste » soit une fin en soi. Au contraire l'appréciation de la situation de la profession d'ambulancier se pose sous l'angle des « transports sanitaires » et comme dans bien des cas ce sont les activités des taxis et des VSL qui équilibrent les comptes des sociétés... Inversement d'autres employeurs sont favorables à une « scission » de la profession... à condition que le gouvernement est un discours clair à leur encontre, ambulancier = urgence ou pas urgence. Ce point de vue est légitime et ADF comprend la position des employeurs qui ont fait des efforts et n'ont pas eu le retour d'activité escompté, voire ces efforts ce sont retournés contre eux. Bref, ce sentiment naturel de confort offert par la navigation à vue (parfaitement compréhensible) avec des instruments de bord que l'on connaît permet de maintenir les transports sanitaires « à flot » mais probablement pas au bénéfice des ambulanciers. Les ATSU de France partagent-elles la volonté de voguer au même titre qu'ADF vers de nouveaux horizons ? Cette dernière interrogation pose indirectement la question du choix du bon commandement à bord du navire pour mener l' équipage à bon port malgré une mer qui s'annonce houleuse. ADF a déjà un doute en ce qui concerne la « capitainerie » Gersoise.

Nous retiendrons particulièrement les cas de l'Isère et de l'Oise pratiquement aux antipodes l'un de l'autre. La première ATSU étant en « grève » de gardes préfectorales à hauteur de 60% des entreprises participant à l 'Aide Médicale Urgente. Leur département pose le problème du dialogue avec les administrations face à des pratiques locales discutables. Inversement l'Oise a eu droit à une écoute de la part de l'administration et a pu mettre en œuvre un certain nombre de mesures favorables à un fonctionnement plus rationnel sans toutefois atteindre des « sommets » si l'on peut s'accorder ce raccourci. Pour autant l'ATSU de l'Oise dispose (entre autre) de ses coordinateurs ambulanciers au sein du CRRA et est donc en avance sur bien des ATSU au niveau de l'application du référentiel commun ainsi que sur un bon nombre de points. Mais au prix de difficultés de financement...

A l'issue de la réunion dont l'intégralité de l'ordre du jour a été passé en revue, les présidents d'ATSU se sont accordés sans aucuns problèmes sur la création d'un site internet ATSU national ainsi que sur l'envoi très prochainement d'une délégation à Paris auprès du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. ADF considère que l'initiative de M.Sébastien BREUIL de réunir les ATSU de France tout en accordant une importance au point de vue de notre organisation marque une volonté d'agir ensemble au lieu de subir ensemble. Que l'on soit employeurs ou employés, nous sommes des ambulanciers français et nous devons adopter un langage commun en vue de défendre nos intérêts communs.

Fin du résumé.

Le président ADF
David ANQUETIL


NB: ADF expose une vision de l'avenir pour le moment méconnue en raison de sa création récente (août 2011). D'ores et déjà nous avons pu attirer l'attention d'une députée, des employeurs soutiennent notre projet (de loin...), nous avons été invité à discuter avec des présidents d'ATSU, les premières réponses des ministères contactés récemment par ADF nous font part de leur attention. Il appartient désormais aux salariés de se mobiliser massivement autour d'un syndicat professionnel qui pour la première fois de l'histoire de notre profession vise à sa reconnaissance. Des actions sont menées mais elles n'auront de sens que si vous les soutenez ouvertement en adhérant. Une telle organisation ne peut vivre qu'à partir des adhésions. Dans le cas contraire, elle mourra et très rapidement. Par conséquent les salariés ambulanciers doivent assurer la relève de la communication via le bouche à oreille afin de porter notre action à la connaissance de tous. Il convient d'unir nos volontés dès maintenant sinon les ambulanciers français seront une fois de plus marginalisés par leur inaction en permettant à d'autres de décider à notre place. Si vous êtes fiers de votre profession et que vous souhaitez la voire grandir, rejoignez-nous.

Source: http://fr.myspace.com/ambulanciersdefrance/blog/545969388

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #4 le: 12 juillet 2012, 20:31:18 »
Citer
par la réduction drastique de la facture des SDIS. Proposons mieux qu'eux et pour moins cher.

Comment ? 
On peut difficilement réduire les frais de fonctionnement concernant l'incendie et tout ce qui est secours spécialisés.

Comment assurer le même maillage territorial sans le réservoir du volontariat ? Vous aller avoir un équipage disponible à chaque instant à moins de vingt mn de tout point du territoire ?

Comment comptez vous rendre le même service en SAP mais pour moins cher ? Comment allez vous réussir un départ toutes les dix secondes (à la louche) pour moins cher ?

Citer
Par ailleurs ADF s'est opposé pour un certain nombre de raisons à l'idée de « paramédicalisation » des ambulanciers via le recrutement d'I.D.E. Une professionnalisation accrue via la création d'un emploi C pourrait remplacer un(e) I.D.E en s'appuyant sur les meilleures candidatures des ressources ambulancières existantes (et le baccalauréat pour les ressources ambulancières entrantes futures mais parenthèse non abordée lors de la réunion).

Ah oui, c'est vrai que seul des bacheliers peuvent prétendre à devenir des sous infirmiers ...

Quelles vont être les prérogatives de votre technicien ambulancier, et combien estimez vous qu'il devra toucher par mois ? Combien comptez vous en former ?

Pourquoi croyez vous que les syndicats d'urgentistes qui tentent de limiter l'infirmierisation des secours vont laisser un ambulancier faire une partie de leur job ?

A combien estimez vous le coût de la création de ce métier ?

Concrètement au delà de l'improbable salmigondis ésotérico économique confus qui parseme l'intervention, comment allez vous faire pour :

- faire moins cher
- faire mieux que ce qui existe
- être mieux payé qu'actuellement

et surtout être économiquement rentable dans le même temps ? Parce que c'est quand même l'objet essentiel de votre métier.  



Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #5 le: 13 juillet 2012, 10:05:15 »
Bonjour,

Citer
Par ailleurs ADF s'est opposé pour un certain nombre de raisons à l'idée de « paramédicalisation » des ambulanciers via le recrutement d'I.D.E

En fait, en dehors des sociétés de transport sanitaire, je vois que Mr David Anquetil a une maigre connaissance du monde préhospitalier actuel. Vous ne pouvez pas vouloir faire évoluer les choses ou un système seul, dans votre coin, sans tenir compte de ce qui se fait aujourd'hui. Il y a la vraie vie et c'est pas de la fiction avec des pages qu'on écrit comme on souhaite au gré des espérances...

Les transports infirmiers, vous n'avez même pas à vous y opposer. Vous devez certainement savoir que les transports infirmiers interhospitaliers ont un cadre légal : décret relatif à la médecine d'urgence, code de santé publique, circulaires, positions des sociétés savantes.
Les SAMU par exemple (les mêmes avec qui vous travaillez) mettent en place ce type de transport depuis des années. A cela il faut rajouter les STS.

Que proposez-vous pour les transferts pédiatriques en l'absence d'infirmière DE, d'infirmière puéricultrice (bac + 4) ou d'infirmière anesthésiste (bac + 5), si on suit votre raisonnement ?
Un médecin pour chaque transport ? Non, ça va vous coûter cher, vous qui voulez faire faire des économies.
Deux ambulanciers ? La sécurité du patient sera t-elle assurée ? Ben non.
Comment feront-ils pour assurer la continuité des traitements par exemple pendant le transport ?
Comment ferez vous pour appliquer les gestes sur prescriptions médicale du régulateur en cas d'aggravation de l'état de votre patient et dans l'attente du SMUR le plus proche, gestes auxquels vous n'êtes pas formés ?

Il va falloir vous renseigner et vous mettre à la page. Apprenez déjà à faire du secourisme correctement, à gérer vos transports sanitaires non urgents, vos disponibilités, vos temps de transports et ensuite vous pourrez venir donner des leçons à tout le monde.

A l'intérieur du document qui suit, vous avez, par exemple, une liste de situations cliniques qui justifient un TIIH.  A lire en PJ ci-dessous

Une réponse à mes questions est attendue...

Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #6 le: 13 juillet 2012, 10:09:05 »
Mon petit doigt me dit que nous n'aurons aucune réponse. Comme d'hab'.

Hors ligne Le Nain

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 167
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier D.E.
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #7 le: 13 juillet 2012, 11:12:02 »
Je trouve encore une fois qu'ils sont bien à coté de la plaque.
Comme tu le dis si bien instense on voit bien qu'ils ne travaillent plus depuis longtemps c'est gens.

@loulig/instence : Si une réduction de sdis est possible mais elle ne concerne que les sortie de VSAV pour le reste, le financement et incompressible sinon, on mettrait en danger la réponse des sapeurs-pompiers au niveau national.
Par-contre si on réduit les VSAV derrière ça a intérêt à assurer, ce qui au jour d'aujourd'hui ne me convient pas du tous pour la sécurité des citoyens.

Pour son idée de para-médicalisation il rêve éveillé cela n'est pas possible, il faudrait envoyer les ambulanciers pour un minimum de 1an et demi à l’école et à temps plein.
Puis si c'est pour ce taper tous les cas sociaux en formation et sur le terrain moi je dis : non merci à la para-médicalisation de la profession, rien que pour protéger les citoyens.

Puis souvent ce sont gens qui se disent, pensent et oublient qu'en France on fonctionne avec des agréments et des autorisations de mise en circulation ; du coup comment pourront t-ils assurer une réponse aussi claire que précise que propose les sapeurs-pompiers sans augmenter le nombre d’agréments délivrés ??

En tout moi se qui m'agace c'est qu'ils en veulent toujours plus alors qu'ils n'ont jamais essayé d’améliorer leur propre système. Puis à les attendre c'est la faute du sdis s'ils sont dans la merde... ils ne se remettent même pas en question ces idiots de patrons.
De toute façon quand on voit la gueule des sociétés d'ambulances privées il n'est pas bien difficile pour le sdis de créer l’écart.... mdr !!!

D'autre part la question de la mise en circulation n'est pas posée mais elle le devrait car on voit bien que ce sont que des patrons qui parlent encore une fois.
Si moi demain j’obtiens deux agréments gratuitement (je dis bien gratuitement ) car payer une fortune pour un foutu bout de papier qui est gratuit à la base, ça me révolte que l’état laisse courir ce genre de pratique m'enfin...) en faisant ma petite demande administrative à l'ARS il faudra bien que je passe en commission pour l'autorisation de mise en circulation, ba la ces connards de patrons vont bien me faire chier car ils auront peur pour leur porte-feuille.

@loulig pour répondre à ta question sur la rentabilité.
Une société d'ambulance qui ne fait que de l'urgence donc, rien d'autre à coté, son patron ne peut se verser qu'un salaire +/- équivalant à ces salariés, le bénéfice prévisionnel à la fin de l'année n'est pas mirobolant. Mais il ne faut pas oublier qu'il est possible d'obtenir un peu d'argent au prés de l'état pour ce genre de structure.
Par contre ce financement doit bien sur être injecté dans la société et pas dans la poche du patron.
On demande bien aux ambulanciers d’être humble alors pourquoi pas au patron.

Bon moi je m’arrête là, il m'agace ce type, je ne le supporte plus, plus ça va plus je le trouve con à toujours rejeter la faute sur le sdis où le samu cela devient vraiment gavant.
En suite les patrons devraient tous dégager car ce sont eux le vrai poison de la profession.



Hors ligne FAB01300

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 1
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #8 le: 06 août 2012, 18:24:22 »
Bonjour à toutes et tous.

Concernant les suites de la réunion de Tulle (19) le 28 juin 2012,
en réunion le 25 juillet a Oullins (69), il est décidé à l’unanimité la création d'une ATSU de France. Étaient réunis 22 représentants d'ATSU de divers département : 26,07,38,19,71,42,60,67,69,01,74,92 et 73 entre autre.

Pour reprendre Tulle le 28 Juin, les contacts ont été pris auprès du cabinet de la ministre en vu de la réunion de demain le 07 Aout 2012.
Délégation composée des représentants des ATSU 19,38,60,67 et 01.
la suite étant une réunion le 07 Septembre 2012 à Lyon pour finaliser les statuts de l'ATSU de France.

Il est décidé prioritairement de mettre en discutions avec le ministère ;
- définition du transport sanitaire d'un point A a un point B peu importe le lieu et la nature.
- définition d'un équipage ; du personnel diplômé et agréé par les ARS avec un contrat de travail. [exit les auto-entrepreneur]
- les normes européennes concernant les véhicule, cahier des charges à élaborer et à travailler avec les représentants urgentistes (SAMU de France), en vu d'aboutir à une homogénéisation d'un vecteur typé qui serait le 1er intervenant du SAMU et qui formerait les intervenants ambulanciers du .H24.
- discutions sur la concurrence déloyale des SDIS sur les ambulanciers.
Pour info les SP de France sont traduit devant la cour européenne de justice pour exercice illégal d'une activité.
Il a été défini que les SP avaient vocation à soustraire patient ou victime à un danger ou à un risque, le transport n’étant pas dans leurs prérogatives. Leur travail s’arrête ou commence celui du transporteur Sanitaire Public (SAMU-SMUR) ou privé si pas de médicalisation.

 A suivre dans les prochains jours la réunion de demain au ministère.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6769
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #9 le: 07 août 2012, 11:07:55 »
Bonjour

Citer
Il est décidé prioritairement de mettre en discution avec le ministère ;
- définition du transport sanitaire d'un point A a un point B peu importe le lieu et la nature.
- définition d'un équipage ; du personnel diplômé et agréé par les ARS avec un contrat de travail. [exit les auto-entrepreneur]
- les normes européennes concernant les véhicule, cahier des charges à élaborer et à travailler avec les représentants urgentistes (SAMU de France),

à priori le Code de la Santé n'est pas votre livre de chevet  ::)

donc à lire ou relire les Art. L6312- à L6312-5 plus les Art R6312-1 à R6312-28 ainsi que l'Art Annexe 31-1 de ce sympathique livre !!





 Transports sanitaires -> Définition

Les transports sanitaires comprennent : les transports spécialisés (ambulances privées, ambulances d'établissements publics hospitaliers, services mobiles d'urgence et de réanimation - SMUR - des hôpitaux publics) et les transports non spécialisés utilisés par les malades (transports publics, taxis, voitures particulières).

Vous faites l'acquisition d'un agrément ( Approbation, permission donnée par... ) et fondez ou rachetez une entreprise mais cet agrément est loin du statut public comme, par exemple la "charge" qu’acquiers un Notaire, et surtout vous n'êtes pas encore organisés en "Ordre" juridique, disciplinaire et moral comme eux ou les médecins afin d'encadrer votre profession... donc chacun fait comme bon lui semble ?

Sur le plan juridique, chaque Ordre est formé des professionnels qui en sont membres et constitue une personne morale de droit public au sens du Code civil.
Les ordres professionnels sont délégataires de pouvoirs réglementaires et de la puissance publique en lien avec la protection du public. Ils s'inscrivent donc dans le droit public et administratif. Sur certains aspects, leur fonctionnement emprunte toutefois à celui d'une association.
Le mode d'organisation de la réglementation et de la surveillance d'une profession par un ordre professionnel repose sur le principe d'autogestion.
Un comité d'inspection professionnelle, formé d'au moins trois ou quatre personnes nommées par le Conseil d'administration, et représentant les différentes catégories de la profession et de l'administration de tutelle, procède à une inspection/vérification ou à une enquête sur la compétence. Il est assisté d'inspecteurs, d'enquêteurs et d'experts. Les pouvoirs du comité peuvent être délégués par règlement à une personne responsable de l'inspection professionnelle.
Le comité peut recommander au Conseil d'administration l'obligation pour un membre de compléter avec succès un stage ou un cours de perfectionnement afin d'actualiser ses connaissances. Il peut du même souffle recommander de limiter ou de suspendre le droit d'exercice du professionnel jusqu'à ce qu'il ait satisfait à ses obligations.



Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #10 le: 07 août 2012, 11:58:06 »
C'est de mieux en mieux, franchement.

- discution sur la concurrence déloyale des SDIS sur les ambulanciers.

Il y aurait peut être concurrence déloyale si déjà vous étiez à même d'accomplir vos missions sans leur concours, et ce n'est aujourd'hui pas le cas.

Je ne vois d'ailleurs pas en quoi il y a concurrence, ni en quoi c'est déloyal.

- les normes européennes concernant les véhicule, cahier des charges à élaborer et à travailler avec les représentants urgentistes (SAMU de France), en vu d'aboutir à une homogénéisation d'un vecteur typé qui serait le 1er intervenant du SAMU et qui formerait les intervenants ambulanciers du .H24.

SAMU de France n'est pas LE représentant des urgentistes. C'est UN syndicat parmi d'autres. Ce n'est pas lui qui édicte les différents règlements.

Et si tu veux diner avec le diable, prévois une longue cuillère ...

Pour info les SP de France sont traduit devant la cour européenne de justice pour exercice illégal d'une activité.
Il a été défini que les SP avaient vocation à soustraire patient ou victime à un danger ou à un risque, le transport n’étant pas dans leurs prérogatives. Leur travail s’arrête ou commence celui du transporteur Sanitaire Public (SAMU-SMUR) ou privé si pas de médicalisation.


Là chapeau ... Si, si !

La prochaine étape c'est quoi ? Les vigiles de supermarchés qui portent plainte contre les gendarmes et la police pour concurrence déloyale ?

En quoi le transport sanitaire serait votre chasse gardée ? Vous participez sur vos gardes à une mission de service public, vous n'en êtes pas le propriétaire. Et lisez les textes proposez par Jeanot, vous apprendrez manifestement quelques règles législatives en rapport avec votre exercice professionnel.


Donc selon vos propositions, on va avoir des pompiers qui vont faire le relevage, le conditionnement, la réa, ... et les AP qui vont faire uniquement du transport de "colis" ? Génial, ça va être vachement épanouissant. Et puis c'est bien pour la victime qui va rester à glander en attendant que tu arrives avec ta cape de zorro  ADF.

D'ailleurs tu torpilles par là même l'intérêt de ton ambulancier 2.0 qui pose des perfs.

C'est merveilleux. Surtout pour le contribuable qui paiera un service public ET une entreprise privé pour UNE prestation (de merde il faut bien le dire).



Bon et une fois que vous aurez eu la peau des 250 000 rouges, vous allez faire quoi à 60 000 ? Comment vous comptez assurez leurs missions sur le territoire ?


Hors ligne poys

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 12
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #11 le: 08 août 2012, 08:24:31 »
Bonjour, pour moi la concurrence déloyale vient du fait que les pompiers sont censés apporter leur concours au secours à personne pas à en avoir l'exclusivité et cela quand ça enlève des emplois ça devient dérangent,
bonne journée
alex (n'ayant pas d’appartenance a ADF)

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #12 le: 08 août 2012, 14:18:12 »
Les pompiers ont ils l'exclusivité du secours à personne ?

Faut quand même recadrer un peu les choses, le secours à personne est une mission de service public.

Pas la propriété des privés, d'autant qu'à ce jour vous ne pouvez assurer seuls cette mission.

et cela quand ça enlève des emplois ça devient dérangent,

Quand ça enlève des emplois, ou quand le marché ne vous revient pas ?

C'est pas tout à fait la même chose.

Si les privés participent à cette mission, c'est juste dans une logique de privatisation à outrance de tous les services. Et parce que c'est très lucratif pour certains (et malheureusement pas pour les ambulanciers eux mêmes).

Ça n'a jamais été fait pour améliorer la qualité dudit service.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6769
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #13 le: 08 août 2012, 14:29:03 »
Citer
Faut quand même recadrer un peu les choses, le secours à personne est une mission de service public.

C'est même une mission Régalienne si je ne me trompe pas et les SP font parti de la Fonction Publique (territoriale ou d'état) donc normal qu'ils soient les premiers sollicités et concernés  ::)


Rappel de la situation avant 2006 dans la fiche ci-dessous

Hors ligne poys

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 12
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Réunion des ATSU de France à Tulle (Corrèze)
« Réponse #14 le: 08 août 2012, 18:18:58 »
regalienne ne veut pas dire forcement service publique