Messages récents

Pages: [1] 2 3 4 5 6 7 8 ... 10
1
La marche à pied
L'activité physique la plus vieille au monde peut être pratiquée de 1 à 100 ans ! De la promenade digestive à la marche sportive, on ne lui connaît que des bienfaits.
Contre-indications ? Aucune, ou presque...
Par le Docteur Daniel Gloaguen, journaliste médical
Une dépense utile !

Comme tout sport, marcher brûle des calories, d'autant plus que la vitesse est élevée
    A partir de 5 km/h : 250 calories par heure… soit 75 g de frites ou encore deux ou trois pommes
    A 8 km/h : la dépense devient plus élevée que celle de la course ! Et plus le terrain est accidenté, monte ou descend, plus les chaussures sont lourdes… plus la consommation calorique augmente

Attention !
Plusieurs heures de marche à petite allure sont nécessaires pour perdre du poids... La marche à pied ne dispense donc pas d'une alimentation équilibrée !

Un cœur tonique
La marche est un excellent exercice pour tonifier le coeur
Elle est d’ailleurs pratiquée en rééducation après une opération du cœur.

Les effets de la marche
    Augmentation du diamètre et des ramifications des coronaires (vaisseaux nourriciers du coeur), ce qui limite les risques d'infarctus
    Le coeur est plus efficace et se fatigue moins
    Très faible augmentation de la tension artérielle
    Au contraire, on observe une baisse au repos chez les hypertendus, même sévèrement atteints

Attention !
En ce qui concerne l’hypertension, le traitement doit être maintenu. L’amélioration évoquée apparaît à partir de trois séances de 45 min par semaine.

Des bienfaits universels

ENCORE PLUS DE BONNES NOUVELLES POUR LE CORPS…

Maintien de la masse musculaire
En développant de façon modérée la masse musculaire, la marche aide les personnes âgées à éviter la fonte liée à l'âge, à la sédentarité et aux bouleversements hormonaux.

Des os plus résistants
Elle a les mêmes effets sur la destruction osseuse : ainsi, les marcheurs - surtout les femmes - font moins de fractures du col du fémur que les sédentaires.

Un meilleur retour veineux
Moins d'œdèmes, de varices et de jambes lourdes en fin de journée

… rien d'étonnant à ce que l'espérance de vie augmente chez les personnes âgées actives !

Des vertus métaboliques
La marche est bénéfique pour ceux qui souffrent de maladies comme le diabète ou l'hypertriglycéridémie.

… ET MOINS DE MAUVAISES !

    Baisse du mauvais cholestérol
    Augmentation du bon cholestérol, ce qui freine l'artérosclérose (à l'origine des infarctus par obturation des coronaires)

Attention !

Si la marche semble augmenter l'efficacité du traitement médical, il ne faut pas l'abandonner.

Un style de vie plus sain

Comme toute pratique sportive, celle de la marche influe sur les habitudes de vie :

    Le bien-être obtenu évite de compenser par la nourriture : on ressent moins le besoin de manger, moins d’envies de grignoter
    L’effet anti-stress de l’exercice permet de limiter la consommation de tabac, ce qui est bénéfique pour le cœur et les artères
    On digère mieux et on dort mieux après une bonne marche d'une demi-heure ou plus après le repas

Quelques précautions

Quand demander le "feu vert" à son médecin ?

    Pour pratiquer la marche sportive (au-delà de 5 km/h) ou la randonnée en montagne, qui peuvent être très fatigantes
    Surtout quand on se sent fragile, malade ou que l’on éprouve des difficultés à se mouvoir

Nos conseils pour bien marcher

    Choisir une paire de chaussures parfaitement adaptée au type de terrain : les pieds sont sensibles et la marche ne se pratique pas en talons aiguilles, même en ville !
    Prévoir de quoi boire et manger pour les longues sorties : l’effort musculaire entraîne une élévation de la température et une demande énergétique.
    Après chaque sortie, quelques exercices d'assouplissement s’imposent : dans la marche, les muscles travaillent en effet en permanence sur un même type de mouvement, avec peu d'amplitude.

Source https://www.maif.fr/conseils-prevention/la-vie-quotidienne/sports-et-loisirs/guide-marche.html

2
Détente, sports et lectures. / Les blessures sportives !
« Dernier message par Jeano 11 le 26 mai 2018, 19:07:50 »
Le sportif, même entraîné, n'est jamais à l'abri de la blessure... Claquages, entorses, fractures de fatigue ou autres tendinites jalonnent la vie du sportif. Ces accidents ne sont généralement pas dus à la fatalité, mais le plus souvent à des erreurs d'entraînement. Connaître les accidents sportifs les plus fréquents permet donc de mieux les éviter... et le cas échéant de mieux s'en remettre.

La tendinite - A quoi ressemble une tendinite ?

    La tendinite est une inflammation d'un tendon ou de la gaine qui l'entoure
    C’est un surmenage lié à la répétition de certains mouvements et accentué par l'utilisation d'un matériel inadapté ou par un geste technique défaillant
    La douleur, discrète au début, croit progressivement jusqu’à rendre le mouvement impossible. Un sportif continuant à s'entraîner en "serrant les dents", s’expose alors à la rupture du tendon
    Le risque de tendinite concerne la pratique de tous les sports
    Les plus fréquentes sont la tendinite du tendon d'Achille en course à pied, le "tennis elbow", ou épicondylite, en tennis et la tendinite rotulienne en cyclisme

La prévenir ou la guérir

    Avant et après l'effort, il est essentiel de bien s’hydrater et de pratiquer des mouvements de stretching ou d'étirement
    Pendant la pratique du sport, ne pas hésiter à s’arrêter de temps en temps afin de soulager les tendons, même si aucune douleur n’est ressentie
    Seul un repos sportif total d'au moins 15 jours et l'analyse de la cause de la tendinite permettront une guérison durable

La fracture de fatigue - Qu’est-ce qu’une fracture de fatigue ?

    Hantise des coureurs à pied (chez qui elle se manifeste le plus souvent), la fracture de fatigue ou de stress, n'est jamais le fait du hasard
    Elle touche le plus souvent le pied et la jambe, mais aussi le bassin et même les vertèbres
    La douleur débute d'abord insidieusement et rend peu à peu impossible tout appui
    La fracture de fatigue n’est pas une véritable fracture mais plutôt une microfissure de l'os
    Invisible sur les radiographies initiales, ces examens peuvent donc rassurer à tort : seule la scintigraphie osseuse permet de faire précocement le diagnostic

Comment elle survient, comment la soigner

    La fracture de fatigue se produit le plus souvent lors de l'augmentation de la charge d'entraînement, sur route notamment, lorsque les chaussures sont usées ou inadaptées
    Il faut compter un arrêt sportif de trois mois avant une reprise (prudente) de l'activité
    Sauf cas particulier, la fracture de fatigue n’est généralement pas plâtrée
    Le port de cannes anglaises (béquilles) est recommandé les premières semaines

Les accidents musculaires - A savoir !

    Fréquents, les accidents musculaires touchent essentiellement le mollet et l'arrière de la cuisse (muscles ischio jambiers)
    L'intensité de la douleur est proportionnelle à la sévérité de la lésion musculaire

Courbatures et contractures

    Ces accidents musculaires ne comportent pas de lésion anatomique du muscle
    Le muscle apparaît dur, tendu et douloureux à la palpation
    Ces douleurs disparaissent en quelques jours
    Elles surviennent le plus souvent le lendemain de l'activité et traduisent une mauvaise adaptation ou un manque d'entraînement de l'individu

L’élongation

    Elle se traduit pendant l'effort par une douleur un peu plus importante
    Elle nécessite dix jours d'arrêt sportif

Le claquage

    Il correspond à une déchirure de quelques fibres musculaires
    Contrairement à l'élongation qui permet la poursuite de l'activité, le claquage empêche le mouvement

La déchirure

    De gravité supérieure, la déchirure correspond à la lésion de très nombreuses fibres musculaires
    Tout mouvement est impossible et la douleur est syncopale
    L'arrêt peut dépasser plusieurs mois

La rupture musculaire

    Véritable fracture du muscle, la rupture musculaire relève de la chirurgie

L'entorse - Qu’est-ce qu’une entorse ?

    La cheville est l'articulation de l'organisme la plus exposée à l'entorse, mais toutes les articulations peuvent se déformer au-delà de leurs limites habituelles
    Appelée improprement « foulure », l'entorse distend les ligaments, voire les déchire, provoquant un saignement et un oedème
    Il existe différents degrés de gravité d’entorse : une douleur intense n'est pas obligatoirement inquiétante contrairement à un craquement ou à une ecchymose importante

Comment la soigner

    L'application de glace accélère la récupération
    Un arrêt sportif de 15 jours est requis pour une entorse bénigne (peu d'oedème et douleur discrète), et jusqu'à six semaines pour une entorse grave
    Un plâtre est recommandé dans les entorses comportant une importante distension ligamentaire ou une déchirure

Source  https://www.maif.fr/conseils-prevention/la-vie-quotidienne/sports-et-loisirs/blessures-sportives.html?xtor=CS5-2054


3
 Allô les pompiers je ne sais plus où je suis !  :-\

Les opérateurs des pompiers disposent de nouvelles informations sur les appels au 18.

Allô, les pompiers, y a le feu chez moi, avenue du Général de Gaulle à Chaunay !

A l'autre bout du fil au centre de traitement des appels des pompiers, un numéro de téléphone et une carte apparaissent sur l'écran de contrôle de l'opérateur. Et, il voit tout de suite que son interlocuteur se trompe. « Vous êtes sûr que vous n'êtes pas plutôt à Civray ? »

Un lien par SMS pour localiser à 20 m près

En situation de stress, les appels aux pompiers sont parfois émaillés d'erreurs grossières, les gens se trompent en donnant leur adresse. Depuis quelques semaines, les pompiers de la Vienne sont les premiers en France à utiliser un nouveau système qui, d'ici à l'automne 2017, devra être utilisé par tous les services de secours, des pompiers au Samu en passant par les gendarmes et les policiers.
« Ce n'est pas en soi une révolution, c'est une amélioration du système actuel qui nous apporte des compléments d'informations »,détaille le lieutenant-colonel Gerbeaux.
Une personne appelle depuis chez elle avec son téléphone fixe, le numéro apparaît comme c'est déjà le cas depuis une vingtaine d'années, mais, maintenant cette personne est localisée sur une carte. L'opérateur peut contrôler tout de suite ses déclarations.
Une personne appelle depuis son téléphone mobile, son adresse de facturation apparaît mais aussi sa localisation sur une carte. « Ça peut nous aider quand les gens ne sont pas capables de nous dire où ils se trouvent. On a eu le cas récemment avec un routier qui circulait entre Poitiers et Limoges. Au vu de sa localisation, les pompiers de Montmorillon sont partis et l'ont trouvé. »
Cette dernière option ne définit pas d'emblée une position précise, mais une zone dans laquelle se trouve la personne. « Elle est de deux à trois kilomètres de rayon en zone urbaine où il y a plus de relais, ça peut être dix kilomètres dans certaines zones rurales. On peut la localiser, à vingt mètres près, en lui envoyant un lien par sms qu'elle doit activer. »
Les pompiers sont allés tester récemment le dispositif en forêt de Moulière avec une mauvaise surprise à la clé : la dispersion des ondes donnait une information erronée sur la localisation du testeur, vingt kilomètres plus au sud de sa position réelle.
En revanche, l'activation du lien par sms a permis de le situer très exactement. Une solution qui va s'avérer très intéressante en gain de temps lors de recherches de personnes perdues incapables de donner le moindre point de repère aux secours.
Les pompiers de la Vienne ont participé activement à la mise au point de ce système appelé en jargon secours la PFLAU pour plateforme nationale de localisation des appels d'urgence.

(1) La société Systel d'Aytré en Charente-Maritime a installé le serveur permettant les liaisons sécurisées avec la plateforme délivrant les informations sur les appelants.

en savoir plus

Un système sécurisé

La mise en place de cette plateforme s'est faite avec des conditions de sécurisation des transferts de données drastiques. En effet, dans le cadre de la mise en place de cette plateforme avec les opérateurs, les pompiers vont avoir accès à de nouvelles informations, notamment celle de la liste rouge, les box internet et les lignes précises provenant des entreprises qui ne donnent actuellement que la " porte d'entrée " du système, celle du standard. Le système fonctionne selon deux modes : le " pull ", l'émission d'une demande de renseignements automatique entre les pompiers et la plateforme nationale lors d'un appel de secours depuis un téléphone fixe ; le " push ", l'opérateur téléphonique envoie systématiquement au centre de traitement des appels des pompiers le numéro de téléphone mobile de l'appelant et sa localisation. Toutes ces données sont chiffrées et transmises à des serveurs qui ont fait l'objet d'une authentification.


Emmanuel Coupaye https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/allo-les-pompiers-je-ne-sais-plus-ou-je-suis
4
Recommandations et bon sens / Re : Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!
« Dernier message par Jeano 11 le 25 mai 2018, 14:12:11 »
Connaissez-vous le Code de la route à vélo ?

S’il y a une chose qu’un bon cycliste doit connaitre, c’est bien le Code de la route ! C’est en effet la garantie de rouler en sécurité et en harmonie avec les autres usagers…

Petit rappel des grands fondamentaux !
Couloir à autobus mentionnant la présence des cyclistes.

Peut-on rouler dans les couloirs de bus ?

Uniquement quand c’est autorisé.
Attention certains couloirs de bus peuvent en effet être des zones à risques pour les cyclistes, la cohabitation bus/vélo n’étant pas toujours si évidente. Dans certains couloirs vous pouvez ainsi être autorisés à rouler tandis que dans d’autre non.

Pour savoir si c’est le cas, jetez un œil aux panneaux de signalisation et aux marquages au sol qui vous indiqueront clairement si vous avez le droit ou non de circuler.

Téléphoner à vélo, c’est possible ?

Absolument pas !
L’interdiction de téléphoner au volant valable pour les automobilistes l’est tout aussi pour les cyclistes. En effet selon l’article R412-6-1 du Code de la route, « l’usage d’un téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation est interdit », le cycliste étant considéré comme un conducteur de véhicule comme un autre. Il en est de même pour l’utilisation d’un kit main-libres, sous peine de payer une amende de 135€.

Peut-on perdre des points sur son permis de conduire ?

Rassurez-vous, la réponse est non.
En cas d’infraction au Code commise à vélo, aucun point ne vous sera retiré. Le Ministère de l’intérieur explique qu’il ne peut pas y avoir de retrait de points lors de l’utilisation d’un véhicule pour la conduite duquel un permis de conduire est exigé. Mais attention, le cycliste n’est pas à l’abri d’une amende en cas de non-respect des règles. Et dans des circonstances vraiment dangereuses comme la conduite en état d’ébriété, la suspension du permis pourra être soumise à une décision d’un juge.

Emprunter les pistes cyclables est-il obligatoire ?

Oui mais pas toujours !
En effet, certains aménagements doivent obligatoirement être empruntés tandis que pour d’autres vous aurez le choix.

Une seule chose à faire : se référer aux panneaux. S’ils ont une forme carrée, ils vous indiqueront simplement un aménagement facultatif. Des panneaux ronds seront quant à eux une indication pour un aménagement obligatoire. Quoi qu’il en soit, rouler sur les pistes et bandes cyclables est beaucoup plus sûr.

Rouler sur le trottoir, c’est autorisé ?

Pas vraiment.
Le Code stipule que seuls les enfants de moins de huit ans peuvent rouler sur le trottoir. Néanmoins vous pourrez y circuler, à condition d’être à pied et de pousser votre vélo à la main.

Il existe toutefois une petite exception : si sur une portion du trottoir, une piste cyclable est matérialisée par deux bandes blanches avec un pictogramme de vélo. Mais faites toujours preuve de vigilance car des piétons peuvent se trouver dans ces espaces.

Et dans une rue ou aire piétonne ?

Sauf indication contraire, oui, vous pouvez circuler à deux-roues dans une rue ou aire piétonne ! Mais il vous faudra tout de même « conserver l’allure du pas et ne pas occasionner de gêne aux piétons », comme le précise l’article R 431-9 du Code de la route. Ces derniers sont en effet toujours prioritaires, vous devrez donc leur céder le passage et si nécessaire vous arrêter pour ne pas entraver leur déplacement.

Peut-on circuler côte à côte à vélo ?

Au-delà de deux vélos, ce n’est pas autorisé. Si vous êtes à deux, vous avez le droit mais soyez attentif à la circulation. En effet, l’article R431-7 dispose que les cyclistes « doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent, notamment lorsqu’un véhicule voulant les dépasser annonce son approche ».

Y a-t-il des équipements obligatoires ?

Votre vélo doit être en bon état et comporter obligatoirement une sonnette, de freins à l’avant et à l’arrière. Pareil pour les feux : un à l’avant blanc et un à l’arrière rouge. Sans oublier les réflecteurs oranges sur le côté.

D’autres équipements sont facultatifs à vélo mais toutefois recommandés pour améliorer votre sécurité. Casque, gilet fluorescent ou autres brassards réfléchissants seront donc conseillés, surtout de nuit.

Y a-t-il une distance à laisser aux véhicules pour doubler ?

Toujours selon le code, pour doubler un vélo, un automobiliste « doit se déporter suffisamment pour ne pas risquer de heurter l’usager qu’il veut dépasser. Il ne doit pas en tout cas s’en approcher latéralement à moins d’un mètre (1 m) en agglomération et d’un mètre et demi  (1.5) hors agglomération s’il s’agit d’un véhicule à traction animale, d’un engin à deux ou à trois roues, d’un piéton, d’un cavalier ou d’un animal».

Pour votre sécurité toutefois, dans les rues étroites et à sens unique, préférez toujours rouler au milieu de la route plutôt que de serrer à droite. Vous éviterez ainsi d’inciter l’automobiliste à doubler alors la distance préconisée est insuffisante tout en évitant de vous faire surprendre par une portière qui s’ouvre ou un piéton qui traverserait brusquement.

Doit-on indiquer un changement de direction avec son bras ?

Oui !
 Comme le cycliste est considéré comme un conducteur de véhicule, l’article R 412-10 s’applique à lui. Il a donc l’obligation d’indiquer tout changement de direction de son véhicule aux autres usagers de la route en tendant son bras. Plus pratique encore, il existe aussi des feux clignotants à installer sur le vélo. N’oubliez pas, en effet, que voir et être vu est essentiel !

Vous voilà donc un peu plus au courant des principales choses à savoir concernant le Code de la route pour une pratique du deux-roues en toute sécurité.

Source https://www.citycle.com/22530-connaissez-vous-le-code-de-la-route-a-velo/
5
Recommandations et bon sens / Re : Vélo - Les 5 risques du cycliste urbain !!
« Dernier message par Jeano 11 le 25 mai 2018, 13:48:06 »
Règles de positionnement du cycliste dans le trafic  :P

Bien se positionner dans le trafic est primordial pour se sentir bien et en sécurité.

Ci-dessous quelques conseils et règles à savoir et à appliquer :
    quand et comment utiliser une piste cyclable, un SUL, la bande taxi/bus…
    les manœuvres importantes à effectuer dans le trafic et comment les effectuer, schémas à l’appui
    les 4 règles à ne jamais oublier !

Quand et comment doit-on utiliser…
… une piste cyclable ?
Dès que cette partie réservée aux cyclistes (et aux cyclomoteurs jusqu'à 50 km/h) est présente et praticable (lignes blanches au sol et/ou panneau(x) indicatif(s)), vous êtes dans l'obligation de l'utiliser. Vous êtes autorisé-e à la quitter uniquement en cas de dépassement ou de changement de direction. Lorsque la piste cyclable s'interrompt, le cycliste continuant dans la même direction est prioritaire. En cas de changement de direction, vous cédez le passage aux véhicules venant de votre droite et de votre gauche.

… la bande cyclable suggérée et les chevrons ?
Il s'agit de bandes de couleurs différentes de la chaussée ou d'une signalétique tracée sur le macadam. Ces deux types d'infrastructures ne font que suggérer la place du cycliste sur la chaussée. Nullement obligatoires, elles rappellent aux conducteurs la présence potentielle de cyclistes.

... le SUL ?
Un Sens Unique Limité permet, dès qu'un panneau l'indique, d'ouvrir un sens interdit aux cyclistes. Le cycliste doit y prendre sa place (c'est-à-dire à au moins un mètre du bord) mais doit serrer à droite dès qu'une voiture survient en sens inverse. Il est conseillé de se placer au milieu de la bande lors de son entrée dans le SUL. Vous établissez ainsi un contact visuel avec l'automobiliste avant de vous rabattre.

… la ZAC ?
Une Zone Avancée pour Cyclistes, plus communément appelée "sas vélo", vous permet d'être davantage visible et de vous placer en tête de file dans un carrefour agrémenté d'un feu rouge.

… la bande bus / taxis ?
Le cycliste peut emprunter ce type de bandes uniquement si un panneau l'y autorise ou s'il tourne à droite au prochain carrefour. Tenez bien votre droite et respectez les feux prévus pour les bus. Il est strictement interdit d'y rouler à deux de front.

… les zones piétonnes ?
Utilisez-les uniquement si un panneau vous y autorise. N'oubliez pas que le piéton reste prioritaire. Roulez donc au pas et descendez de votre vélo lorsque le flux de piétons est trop important.

Quelques manœuvres importantes + Prendre sa place sur la chaussée  ???

Pour rouler en toute sécurité, le cycliste doit se placer sur la chaussée et rouler à un mètre du bord droit : vous éviterez ainsi les dépassements dangereux dans les rues étroites et le risque d'accident lors de l'ouverture d'une portière de voiture.

En tant qu'usager de la route, le cycliste ne peut emprunter les trottoirs et passages pour piétons que s'il marche à côté de son vélo.

À deux de front ?
En agglomération, tant que le passage en sens inverse reste possible, il est autorisé de rouler à deux de front. Hors agglomération aussi, mais vous êtes, alors, tenu-e de vous placer en file indienne lorsqu'une voiture arrive par l'arrière.

Tourner à gauche
Décomposez votre manœuvre en plusieurs temps :
    à l'approche du carrefour, retournez-vous pour évaluer la situation
    indiquez votre intention en tendant votre bras gauche
    revérifiez derrière vous en gardant votre bras tendu
    déportez-vous au milieu de votre bande de circulation
    analysez le carrefour en faisant attention à tous les véhicules (venant de chaque côté)
    tournez à gauche le plus largement possible (en « angle droit »)

Traverser un rond-point
Outre les cinq premières étapes de la manœuvre précédente à exécuter de nouveau, voici quelques astuces pour se lancer dans un rond-point en toute sécurité :
    dans le rond-point, gardez votre position au centre de la chaussée. Vous évitez ainsi de vous faire dépasser et vous restez bien visible
    indiquez clairement vos intentions. Vous pouvez garder le bras tendu à gauche si vous continuez dans le rond-point et vous devez le tendre à droite lorsque vous prenez la prochaine sortie

Remonter une file de voitures
Lorsque les véhicules sont à l'arrêt, vous pouvez choisir de remonter la file par la droite ou par la gauche. Néanmoins, en cas d'accident de portière, si vous remontez la file à droite (sans la présence d'une piste cyclable), la loi pourrait considérer que vous êtes en tort.

Si les véhicules sont en mouvement, remontez la file par la gauche. Vous effectuez alors un dépassement. Cette manœuvre à gauche vous rend plus visible et sécurise donc votre mouvement.

Les angles morts

Les accidents impliquant cyclistes et poids lourds (camions, bus...) sont particulièrement graves. Afin d'éviter ces situations dangereuses, veillez à respecter ces quelques consignes de sécurité :
    ne dépassez JAMAIS un camion par la droite
    ne dépassez pas à l’approche d’une intersection
    maintenez un contact visuel via le rétroviseur pour éviter l’angle mort
    aux intersections, même si vous vous trouvez sur un aménagement cyclable et êtes prioritaire : retournez-vous pour vérifier qu’aucun camion ne s’apprête à tourner à droite et méfiez-vous de l'arrière des bus qui se déporte
    soyez visible de nuit : feu blanc à l’avant et rouge à l’arrière obligatoires

En tant qu'usager faible, votre comportement va déterminer votre confort et votre sécurité.

Les 4 règles à ne jamais oublier
    priorité n'équivaut pas à sécurité
    soyez visible et prévisible
    mieux vaut être courtois
    il faut rester attentif. Sortez votre radar !

Bonne route ! https://www.provelo.org/fr/page/regles-positionnement-cycliste-dans-trafic
6
Véhicules / Re : Câblage gyrophare
« Dernier message par Jeano 11 le 22 mai 2018, 09:13:05 »
Bonjour
désolé mais nous ne sommes pas des électriciens auto !
cordialement
7
Véhicules / Câblage gyrophare
« Dernier message par Diwix le 21 mai 2018, 19:36:26 »
Bonjour tout le monde,

Je vous soumet mon problème: j' ai un vpsp qui date de 2001, il est monter en sirac halogène, lors d'une intervention on a cassés un gyrophare a l'avant et étant donner qu'il sont en série l'autre ne fonctionner plus on donc décidés de contacter sirac pour que ils nous envoient un autre gyrophare, et ils nous ont répondu que ils ne se faisaient plus, que ils allaient  nous en vendre des led qui  s'adapte et dessus et bien sûr ce n'est pas la même prise... donc la on a un problème..
Je voulais savoir si vous connaissez l’existence d'un adaptateur d'un  prise a halogène vers un prise led ?
Et deuxième question es qu' il est simple de changer les batteries d'un cellule car la notre ne tiens plus ? 
Merci bonne journée
8
Bonjour
il faut rajouter à votre titre pourquoi et où ? ... parce qu'ils œuvrent dans les DPS

Dans l'Hérault, les secouristes de la Croix-Rouge française expérimentent la réalisation et la télétransmission d'électrocardiogrammes, en collaboration avec le SAMU. Une petite révolution avec un objectif: optimiser la prise en charge des victimes.

En Corrèze, depuis 2016 les secouristes SP font des ECG dans les VSAV.
Un dispositif innovant qui permet de détecter rapidement une gravité ou de lever le doute. (voir la fiche ci-dessous)
10
Avant que l'affaire Naomi ne soit médiatisée, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait confié au député LREM Thomas Mesnier une mission pour "limiter le recours aux urgences".

Le journal du dimanche a pu consulter son rapport achevé début mai.

L'élu de la Charente, lui même ancien urgentiste, y fait le constat d'un système de santé "à bout de souffle" et avance 19 pistes de réforme.

Après quatre mois d'auditions et de déplacements d'hôpitaux en cabinets médicaux, le bilan de Thomas Mesnier est alarmant, mais sans surprise : "Le système de santé, inventé à partir de la fin des années 1950, est à bout de souffle", explique-t-il à l'hebdomadaire. "Le Samu, par exemple, a dévié de sa mission de traiter seulement les urgences vitales pour répondre à tous les besoins de la population. Et la moitié des personnes qui se retrouvent aux urgences ne nécessitent ni les compétences des urgentistes, ni le plateau technique de l'hôpital".

Les urgences des hôpitaux français enregistrent près de 20 millions d'entrées par an. Les causes de cet engorgement sont bien connues : vieillissement de la population, pénurie de généralistes, hausse de la demande de soins et de conseils médicaux de la population... "Les jeunes parents ne savent plus comment gérer la première fièvre d'un premier bébé", constate notamment le député âgé de 32 ans.

"Cacophonie des numéros d'urgence"

Selon lui, le 15 (Samu) est devenu "non un numéro d'urgence mais le numéro de régulation de la santé". Il concède également une certaine "cacophonie" entre les différents numéros d'urgence (Samu 15, pompiers 18, 112 SOS Médecins...). L'élu avance 19 pistes pour inventer "une organisation nouvelle" susceptible de délester les urgences. Il propose notamment d'obliger, par la loi, les généralistes à s'occuper des "premiers soins". "Les médecins de ville ont une vraie responsabilité sociétale et territoriale, ils doivent prendre leur part des soins aigus", déclare-t-il au JDD.

Une autre préconisation suggère de faire intervenir des généralistes dans les centres 15, au côté des urgentistes, pour décharger ces derniers des maux bénins. "Encore plus d'urgentistes, comme cela a été réclamé après le drame de Strasbourg, n'est pas une solution à court terme", selon lui. "Il faut repenser toute l'organisation".

Face à une succession "d'affaires qui remontent", Agnès Buzyn avait estimé vendredi qu'une "marge d'amélioration" existe dans les pratiques des Samu. "Très peu de Samu ont une assurance qualité, or c'est une activité profondément à risque (...) donc elle doit être soumise à une forme d'accréditation, de certification" et "il faudra que ce soit très rapidement mis en place", dès cet été, avait ajouté la ministre.

Plusieurs drames, révélés ces derniers jours dans la presse, mettent en lumière la saturation du Samu et plus généralement des urgences. Outre la mort de Naomi Musenga, une enquête préliminaire a été ouverte à Cahors, après la plainte de la famille d'un septuagénaire décédé début avril, qui reproche au Samu une intervention trop tardive. Le parquet de Saint-Étienne a également ouvert jeudi une enquête pour "non-assistance à personne en danger et homicide involontaire", après le décès en mars d'une femme de 38 ans, enceinte, qui avait appelé le Samu neuf jours auparavant. Par ailleurs, au CHU de Tours, deux femmes de 88 et 93 ans sont récemment mortes dans la salle d'attente des urgences, après une longue attente.

Source https://actu.orange.fr/france/samu-il-faut-repenser-toute-l-organisation-thomas-mesnier-magic-CNT0000013bwV8.html
Pages: [1] 2 3 4 5 6 7 8 ... 10